Gouvernance locale: la SNV récompense trois communs

1
L’ex-Crès de Badalabougou a abrité, vendredi dernier, la remise de prix à trois communes d’intervention du programme de gouvernance locale redevable (PGRL). Les trois communes dont les gouvernances ont été jugées plus transparentes ont reçu chacune un chèque de 30 millions de CFA, en guise de récompense. La cérémonie de remise était présidée par le ministre des collectivités territoriales, en présence de M. Amadou GOITA, ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne. On y notait également la présence de l’ambassadeur du Royaume des Pays-Bas au Mali, et de M. Jean de Matha OUEDRAGO, directeur pays de l’ONG SNV au Mali. Ce sont les communes rurales de Ouenkoro dans la région de Mopti, de Pélégana de la région de Ségou et de Djalasoukou également dans la région Mopti qui ont respectivement décroché ce prix de bonne gouvernance lancé par la PGRL, il y a quelques mois Le programme de Gouvernance locale redevable s’inscrit dans un contexte de crise politique, sécuritaire, humanitaire et sociale que le Mali traverse, depuis 2012. Il s’agit d’un programme de 6 ans financé à hauteur de 16,77 millions d’euros financé par l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas. Selon le Directeur pays de la SNV, ledit programme est mis en œuvre par ICCO, Oxfam et SNV, en collaboration avec plus de 14 partenaires locaux de mise en œuvre qui accompagnent 3 960 jeunes leaders, dont 50 % de femmes pour la réalisation des plans d’action communaux des Jeunes Leaders et l’atteinte des résultats recherchés et cela dans 180 communes. « L’objectif global du programme est la contribution au développement des services sociaux de base par l’amélioration de la gestion des affaires publiques locales, à travers la mise en marche d’un mouvement pérenne, notamment une culture de jeunes citoyens et citoyennes actifs et engagés dans la gouvernance ; par l’influence des citoyens et citoyennes sur les décisions locales ; par le relèvement du niveau de recevabilité des autorités locales et des Organismes de Gestion des Services publics dans la gestion des fonds et des services publics », a-t-il expliqué. Il a, par ailleurs, expliqué les critères des choix des lauréats par un jury, expert de la question de gouvernance locale. « Les premiers travaux de validation des documents par le jury ont permis de retenir quatre communes susceptibles d’être primées qui vous seront divulguées dans la suite du programme. Pour plus d’objectivité, il a été décidé d’organiser une mission de terrain de vérification de la conformité des dossiers soumis au concours sur la transparence. Cette mission s’est déroulée du 27 mars au 1er avril 2018 », a-t-il rassuré. M. OUEDRAGO a, pour finir, invité les partenaires techniques et financiers du Mali à appuyer des programmes similaires pour que les collectivités du Mali soient des références en matière de gouvernance locale en Afrique. « Je voudrais saisir l’occasion pour inviter l’ensemble des partenaires au développement du Mali à emboîter le pas à l’Ambassade des Pays-Bas au Mali afin de donner une plus grande envergure à ce concours sur la transparence au Mali », a-t-il martelé. Le ministre GOITA a, dans son allocution, salué cette initiative qui force les élus locaux à une citoyenneté tant recherchée par le gouvernement du Mali. Quant à son homologue des collectivités territoriales, il a félicité l’efficacité, dont les mairies récipiendaires ont fait preuve dans la mise en œuvre de ce programme, qui est un programme d’avenir pour notre pays, selon lui. « D’abord, ce programme utilise des jeunes, hommes et femmes et de façon paritaire. Et, nous savons que la jeunesse est aujourd’hui la couche la plus dynamique de notre population. Ces jeunes interviennent pour sensibiliser les collectivités. L’échantillon était de 180 communes de la région de Ségou, de la région de Mopti, de la région de Gao et de la région de Tombouctou, qui doivent sensibiliser pour asseoir une gestion saine de leur collectivité respective », a-t-il rappelé. Selon lui, ceci est extrêmement important, puisqu’en termes de développement, l’avenir du Mali se trouve entre les mains des collectivités. « Le développement doit être axé sur le développement à la base. C’est là où nous avons le potentiel économique le plus important. Et ce potentiel existe dans toutes les collectivités du Mali, sans exception. Du nord au Sud, de l’est à l’Ouest. Il faut tout simplement qu’il ait une très bonne gestion, une très bonne gouvernance locale pour que cette potentialité économique s’exprime. D’où, l’opportunité de cette intervention du projet, à travers la jeunesse », a-t-il dit, avant de rappeler que le principal problème de nos collectivités est celui de gestion, particulièrement la gouvernance financière. « Lorsque nous voyons dans ce programme qu’il y a une sensibilisation qui est faite par plus de 3000 jeunes, dans près de 180 collectivités, pour améliorer le recouvrement des taxes, pour améliorer la recevabilité, rendre compte aux citoyens de l’utilisation qui a été faite de leur contribution, pour alimenter les budgets des collectivités, on ne peut pas trouver mieux pour améliorer la gouvernance financière des collectivités », s’est-il réjoui. Il a, à cet effet, invité toutes les collectivités du Mali à suivre le bon exemple de ces trois communes lauréates dudit programme. PAR CHRISTELLE KONE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here