L’ENSUP bientôt transférée à Kabala ENSUP : Le torchon brûle entre le DG et les enseignants professionnels

2
A l’Ecole normale supérieure (EN Sup), rien ne va entre les enseignants professionnels et le directeur Ibrahim Camara. Pour les enseignants professionnels, l’école doit les prendre tous sans aucune protocole. L’administration de l’EN Sup avance que la demande dépasse l’offre. Les enseignants professionnels des différentes facultés de Bamako ayant une licence bénéficiaient tous auparavant d’un transfert direct à l’EN Sup. Cela leur permettait de poursuivre leur rêve d’enseigner à un niveau plus supérieur. D’ailleurs, un engagement décennal était signé par ses derniers en ces termes. Selon un porte-parole des enseignants professionnels, la situation est préoccupante et mérite une attention particulière. “Depuis quelque moment, les responsables de l’EN Sup sous l’égide d’Ibrahim Camara veulent mettre fin à cela. En effet, ils veulent que les enseignants professionnels soient comme tous les autres soumis au test d’entrée de l’EN Sup dès la rentrée des classes prochaine. Cela risquerait d’exclure plusieurs d’entre nous”, a-t-il expliqué au journal Le Confident. Lorsque les enseignants ont tenté d’approcher le directeur de l’EN Sup en vue d’en savoir davantage, celui-ci leur aurait que “tant que je reste ici, vous passerez par voie de concours”. Une réponse considérée comme un défi par les enseignants qui, depuis lors, sont en train de frapper à toutes les portes pour ne pas perdre ce qu’ils voient comme un droit. En vue de faire la lumière sur la question, nous avons envoyé une équipe de rédaction au sein de la structure pour recueillir la version du patron des lieux. Avant de nous faire visiter les salles de classes, le directeur Camara a tout d’abord expliqué qu’il n’a absolument rien contre les enseignants professionnels. “L’EN Sup est une école qui appartient tous les Maliens. Mais il s’agit d’une structure qui a une capacité d’accueil que nous ne pouvons pas dépasser. Chaque année, nous recevons de plus en plus d’enseignants professionnels. C’est la raison pour laquelle l’Etat a décidé d’opter pour le concours. Je ne fais qu’appliquer les textes”, a-t-il signifié. Drissa Kantao Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here