Face au risque de crise postélectorale qui pèse sur la présidentielle de 2018 : Le collectif pour la défense de la République tire la sonnette d’alarme

9
Inquiet d’une éventuelle crise postélectorale à l’issue de l’élection présidentielle de 2018, le secrétaire administratif du Collectif pour la défense de la République (Crd), Boubacar Yalkoué, s’est entretenu avec la presse afin de partager ses préoccupations contenues dans un document, dont une copie a été adressée à la plupart des Ambassades et Institutions accréditées dans notre pays. l’entame de ses propos, il dira qu’à quatre mois de l’élection présidentielle, le Cdr, attaché aux principes démocratiques et républicains, résolument engagé pour une élection inclusive, paisible et transparente, s’inquiète d’une éventuelle violence postélectorale surtout à l’issue de la prochaine présidentielle, compte tenu de la mauvaise organisation de ces joutes électorales. Et de rappeler qu’après la campagne du Cdr dénommée : “Ma carte Nina mon arme”, qui a conduit son porte-parole, Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath à sillonner l’intérieur du Mali, dont les grandes villes électorales (Kayes, Sikasso et Mopti) et l’extérieur de notre pays (Espagne, France, Italie, Allemagne, Suisse, Usa, Côte d’Ivoire, Gabon, Sénégal, etc.), le constat est en deçà de l’espérance qui nous animait. “Près de 2/3 des jeunes de 18 à 24 ans n’ont pas pu être enrôlés, plus de la moitié des Maliens qui ont été enrôlés n’ont pas obtenu leur carte Nina”, a-t-il ajouté. Selon lui, à titre illustratif, le Consul du Gabon et le 1er vice-président du Conseil de Base des Maliens du Gabon n’ont reçu que 2 000 cartes Nina et 1 000 cartes consulaires, alors qu’il y a plus de 50 000 Maliens résidant au Gabon. Les Maliens perdent leur emploi faute de papiers en cours de validité À ses dires, depuis 2009, le Recensement administratif à vocation d’état civil (Ravec) n’a pas pu être poursuivi. Il précisera que cela a eu un effet considérable sur l’emprisonnement des Maliens au Gabon car beaucoup ont perdu leur emploi pour motif de non-détention de papiers en cours de validité, mais aussi en tant que sans-papier. “En Côte d’Ivoire où il y a plus de trois millions de Maliens, selon le ministre-conseiller à l’Ambassade et 1er vice-président du Conseil de base des maliens de l’Extérieur de Côte d’Ivoire, l’État n’a envoyé que 58 000 cartes Nina, sans le budget de distribution de ces cartes aux Maliens qui sont en grande majorité à l’intérieur, notamment dans les zones agricoles. Depuis l’attaque de Grand Bassam, l’État ivoirien a exigé les pièces biométriques. Cette situation expose les Maliens aux difficultés de circulation, d’opérations bancaires car le Mali n’a pas encore opté pour la carte d’identité biométrique”, a-t-il laissé entendre. Pour le secrétaire administratif, en Espagne, l’Ambassadeur a dit à la délégation du Cdr qu’il ne dispose que de de deux machines pour l’enrôlement du Ravec à Madrid (Espagne). Aussi, une faible dotation en cartes et passeports. Au Togo, aucune représentation diplomatique malienne À le croire, à cause de ces difficultés, aussi bien au Gabon qu’en Côte d’Ivoire, les populations ont proposé de payer elles-mêmes la machine d’enrôlement et le salaire du personnel. Toute chose qui a été malheureusement refusée par les autorités maliennes. “Au Togo où il y a plus de 5 000 Maliens, il n’y a ni Ambassadeur ni Consul. Au Sénégal, l’Ambassade couvre la Gambie, la Guinée Bissau et le Cap Vert. Les cartes Nina qui ont été envoyées pour les Maliens de ces trois pays sont stockées à Dakar, faute de budget de distribution. À Bamako, le cas du centre de Korofina est une illustration parfaite de la difficulté d’accès à la carte Nina. C’est encore pire à l’intérieur du pays”, a renchéri Boubacar Yalkoué. Pour l’orateur, ceux-ci constituent autant de sources de frustration pour nos populations qui croupissent sous le poids du chômage, de la pénurie d’eau, de la famine, de la pauvreté… Ainsi, dit-il, ces hommes et ces femmes fondent tout leur espoir sur les prochaines élections pour changer la gouvernance en vue d’améliorer leurs conditions de vie. Et de déplorer que celles-ci se voient déjà exclues du processus, faute de carte Nina, de titre de séjour et de passeport du fait de l’incapacité du gouvernement malien. D’après lui, celles-ci ont tout à fait raison de douter de la sincérité du pouvoir central, chargé d’organiser lesdites élections. À ce titre, les résultats proclamés de ces élections risquent d’être rejetés, surtout si ceux-ci sont en faveur du candidat du parti au pouvoir. Donc, cette situation peut amener à user de la violence pour contester ces résultats. “Nous savons tous que toutes les violences liées aux élections sont la résultante d’un sentiment d’exclusion, de fraude et de vol. Il est temps d’anticiper en créant les conditions d’inclusion par la distribution massive et rapide des cartes Nina, donner la possibilité aux citoyens détenteurs de fiches individuelles de pouvoir voter avec… Cela permettra de restaurer le sentiment inclusif, gage de processus paisible. Le Cdr reste ouvert à tout échange et est disponible pour ceux qui concourent à une élection inclusive, paisible et transparente en juillet 2018. Le sud demeure le socle qui tient le Mali, nous devons aussi veiller à sa stabilité“, a-t-il conclu. Boubacar PAÏTAO Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here