L’opposition prévoit des marches pour une présidentielle transparente

12
Les leaders des partis de l’opposition, d’associations et autres activistes et syndicalistes se sont retrouvés le 14 avril à la Maison de Presse de Bamako pour échanger sur l’alternance et la manière d’y parvenir. Etaient entre autres présents Soumaila Cissé, chef de file de l’opposition; Tièbilé Dramé du PARENA, l’ex-général Moussa Sinko Coulibaly et le chroniqueur Ras Bath. Tièbilé Dramé dira que le bilan du pouvoir en place est un « échec total », que le pays est en feu et que si IBK a un nouveau mandat, il n’y aura plus de Mali en 2023. Le général Moussa Sinko Coulibaly indique, lui, que la solution des maux qui minent le pays se trouve dans l’alternance et elle seule. Sanou Sarr, représentant du parti FARE, assure que si l’élection se tient à la date prévue, IBK sera balayé et que s’il n’y a pas d’élection, le chef de l’Etat devra démissionner. Soumaïla Cissé, pour sa part, salue la jeunesse malienne pour sa maturité et lui demande de faire davantage confiance aux hommes politiques pour réaliser l’alternance. Dans une déclaration commune lue par Etienne Fakaba Sissoko, ex-conseiller d’IBK, les parties présentes décident d’entreprendre des actions (marches, meetings ) afin d’obliger le régime actuel à organiser des élections libres et transparentes à bonne date. Abdoulaye Koné Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here