Le chef de l’État en Arabie Saoudite : Impressionnantes exercices militaires à Dahzran

18
Des militaires des pays membres du G5 Sahel ont pris part à ces manœuvres militaires d’envergure qui ont émerveillé les invités de marque Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, à l’invitation du Serviteur des deux Saintes mosquées d’Arabie Saoudite, le roi Salman Bin Abdulaziz Al Saoud, a pris part, hier, aux exercices militaires dénommés : «Bouclier du Golfe 1» à Dahzran, une localité située à environ 200 kilomètres de Dammam. Le chef de l’Etat était accompagné du ministre de la Défense et des Anciens combattants, Tiéna Coulibaly, celui des Affaires relieuses et du Culte, Thierno Amadou Oumar Hass Diallo, de l’ambassadeur de notre pays en Arabie Saoudite, Zeïni Moulaye et du chef d’Etat-major général des Armées, le général M’Bemba Moussa Kéïta Les manœuvres militaires se sont déroulées pendant plus de deux heures d’horloge dans la grande mobilisation. Les invités ont vu défiler des détachements des différents corps de l’armée saoudienne, à savoir les troupes maritimes, aériennes et terrestres mais aussi des sections armées des pays membres du G5 Sahel et une troupe égyptienne. Plus d’une vingtaine de pays ont participé à ces manoeuvres militaires conjointes. L’événement s’est tenu sous un impressionnant dispositif de sécurité car il y avait plusieurs chefs d’Etat et souverains des pays amis ou alliés de l’Arabie Saoudite qui multiplie les initiatives dans la lutte contre le terrorisme et l’insécurité de façon générale. Outre Ibrahim Boubacar Keïta, les autres présidents des pays membres du G5 Sahel étaient aussi présents: Roch Marc Christian Kaboré du Burkina, Issoufou Mahamadou du Niger, Idriss Deby Itno du Tchad et Mohamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie. Il y avait aussi là le dirigeant égyptien, le général Abdel Fattah Al Sissi. Toutes ces personnalités ont assisté à ces démonstrations militaires d’envergure initiées par les autorités saoudiennes. Des avions de guerre de dernière génération ont survolé plusieurs fois le ciel de Dahzran, dessinant des figures symboliques. D’autres engins lourds de l’artillerie ont aussi paradé. Mais au-delà de la symbolique, ces exercices militaires traduisent la détermination de l’Arabie Saoudite et de ses alliés de mutualiser les moyens pour lutter efficacement contre le terrorisme et pour relever d’autres défis qui compromettent les avancées de l’humanité. Il faut dire que le royaume saoudien a le potentiel pour peser dans la lutte contre le terrorisme et dans la quête de sécurité, de paix et de stabilité au Moyen-Orient. Ce grand pays pétrolifère impressionne par sa puissance de frappe militaire. Ses dirigeants ont compris depuis belle lurette que celui qui veut la paix, prépare la guerre. A cet effet, l’Arabie Saoudite peut aujourd’hui se targuer de boxer dans la catégorie des armées redoutées avec des missiles balistiques à longue portée, des bombardiers et d’autres avions de chasse. Mais aussi avec une troupe bien entrainée qui peut dissuader bien des ennemis. Les exercices militaires qui se sont déroulés à l’«Esplanade du silence» attestent de la capacité de riposte de l’Armée saoudienne. S’armer répond plus ou moins à toutes les probabilités. A ce propos, un écrivain haïtien résidant au Canada disait: «la sécurité d’une communauté, d’un peuple ou d’une race dépend de la prévoyance à précéder les évènements», notamment à ne pas se laisser surprendre par les conflits internes ou autres guerres. L’Arabie Saoudite et ses amis, dont le Mali, s’inscrivent dans cette logique de prévention et de renforcement des capacités d’intervention sur les théâtres de guerre et contre les terroristes qui continuent de ramer à contre courant pour des considérations qui ne répondent à aucune morale, à aucun principe de vie, encore moins religieux. La guerre est simplement une bêtise humaine, mais il faut la prévenir par la capacité de son armée à mater l’adversaire, voire l’ennemi. En ce sens, la participation des dirigeants des pays du G5 Sahel peut s’inscrire dans un cadre de coopération militaire avec la monarchie islamique qui marie bien modernité et civilisation ancienne, mais surtout expose des potentialités militaires énormes. Les pays du G5 Sahel sont confrontés à l’insécurité et au terrorisme. Leurs armées s’emploient, pratiquement tous les jours, à circonscrire ces menaces. La participation des militaires des pays du G5 Sahel à ces maneouvres peut donner un coup d’accélérateur à la coopération militaire avec l’Arabie Saoudite. Avant les exercices militaires, le roi Salman Bin Abdul Aziz Al Saoud a eu un bref entretien avec le président Ibrahim Boubacar Keïta comme pour attester que les relations d’amitié et de fraternité entre le Mali et l’Arabie Saoudite se portent à merveille. Nos deux pays s’offrent des opportunités d’affaires et coopèrent aussi dans les domaines de la culture et de l’éducation. Les manoeuvres militaires ont été suivies d’un déjeuner offert par le Souverain saoudien. Envoyé spécial Bréhima DOUMBIA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here