Réconciliation nationale: Mieux outiller les équipes régionales d’appui sur le processus de médiation

0
L’Hôtel Radisson Blu abrite depuis, le mercredi 18 avril 2018, l’atelier de planification à l’élaboration des plans d’actions des équipes régionales d’appui à la réconciliation. Organisée par le ministère de la Réconciliation Nationale et de la Cohésion Sociale (MRNCS) en collaboration avec les Partenaires techniques et financiers (PTF) du Mali, la présente session qui durera quatre jours permettra de mieux outiller les équipes régionales d’appui à la réconciliation de Kidal, de Taoudeni, de Ménaka, de Gao, de Toumbouctou, de Mopti, de Ségou, de Sikasso, de Koulikoro et de Kayes sur le processus de médiation afin de jeter les bases d’une véritable réconciliation dans notre pays. La cérémonie d’ouverture des travaux a enregistré la présence du secrétaire général du MRNCS, Attahier Ag Iknane, du chef de mission pour la paix, Modibo Kadjogué et de Mauela Riccio, chargée d’affaires, assurant l’intérim du chef de délégation de l’UE porte-parole désignée par les PTF. Rappelons que les principaux PTF qui apportent un appui institutionnel au département de la Réconciliation et de la Cohésion Sociale sont notamment, la GIZ qui appuie le processus aujourd'hui à travers le projet d’Appui à la Stabilisation et à la Paix (PASP), l’Union européenne qui finance le projet « Ensemble vers la Réconciliation pour la Paix » (ERP), la Minusma à travers la Division des Affaires civiles qui continue d’apporter son soutien logistique, technique et financier au processus de prévention et résolution des conflits communautaires, plus récemment de l’Unesco avec son projet « Les jeunes Acteurs pour la Paix et la Réconciliation », et la Folke Bernadotte Academy (de la coopération Suédoise) qui viendra appuyer le ministère en matière de planification ou de méthodologie de médiation. Dans son discours, Mauela Riccio, chargée d’affaires, assurant l’intérim du chef de délégation de l’UE porte-parole désignée par les PTF a indiqué que la mise en place récente des Equipes Régionales d’Appui à la Réconciliation, les ERAR, illustre une volonté politique forte du Gouvernement de déployer des personnes ressources de proximité ayant vocation à identifier et traiter, au plus près des réalités complexes du terrain, les foyers de conflits et les dynamiques de cohésion sociale. Pour elle, malgré les avancées notables en termes de mise en œuvre des dispositions sécuritaires, institutionnelles et politiques de l’Accord de Paix, force est de constater que la dimension réconciliation de l’Accord demeure un chantier de première importance, tant les conflits inter et intracommunaitaires demeurent présents et la situation sécuritaire, au nord comme au centre, volatile. Par conséquent, dira-t-elle, les partenaires techniques et financiers ici présents estiment fondamental, et c’est là le premier enjeu, d’appuyer le Gouvernement, et notamment le MRNCS, dans sa volonté d’apaiser la situation sur place et de faire avancer la cause de la réconciliation et de la paix. Dans cet enjeu de la réconciliation, a-t-elle dit, la coopération pour le développement n’est qu’un petit élément de la solution. « Le vrai catalyseur, le vrai déclencheur réside dans la capacité de l’Etat et des citoyens, en tant qu’acteurs du territoire, et de la vie quotidienne, à trouver leurs propres solutions à la crise, notamment en instaurant le dialogue à toutes les échelles : du niveau micro (communautaire) au niveau macro (national et international) en passant par le meso (régional). Nous pensons, à cet égard, que les ERAR représentent une valeur ajoutée essentielle pour animer ce dialogue. », a-t-elle souligné. Avant d’ajouter que le deuxième enjeu, qui est aussi un objectif, est de participer à renforcer la cohérence et la coordination des PTF dans leur appui au ministère de la Réconciliation Nationale et de la Cohésion Sociale. « Ainsi, en tant que PTF, nous avons souhaité nous aligner derrière la politique publique du MRNCS. Cet alignement est le fruit d’un partenariat étroit entre PTF qui vise à éviter les doublons ou l’éclatement d’initiatives non coordonnées, pour privilégier l’appui à l’institution publique chargée de la réconciliation et de la cohésion sociale. » a-t-elle dit. Pour sa part, le secrétaire général du MRNCS, Attahier Ag Iknane a relevé que durant cette session, les participants seront outillés et préparés à l’élaboration des plans d’actions à travers des sessions d’approches méthodologiques à la planification stratégique, l’adaptation à la gestion opérationnelle, administrative ainsi que les outils de médiation. Moussa Dagnoko Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here