Le premier ministre SBM à l’AN : “Nous allons reculer les limites du possible”

32
Le Premier ministre a réaffirmé son engagement à appliquer le Programme de son gouvernement présenté au Parlement vendredi. Conscient de la contrainte du temps imparti, il promet de “faire reculer les limites du possible” pour atteindre son objectif. “Le gouvernement que je dirige appréhende la longévité qui lui est impartie non comme un handicap, mais comme un stimulant. Notre volonté de travail peut faire reculer les limites du possible et, je puis vous l’assurer, elle les fera reculer”, a assuré Soumeylou Boubèye Maïga (SBM) à ceux qui s’interrogent sur la réalisation de sa déclaration de politique générale (DPG) en moins de quatre mois. Conformément à l’article 78 de la Constitution, le Premier ministre a présenté le programme de son gouvernement à l’Assemblée nationale, le 20 avril. Le texte soumis à l’étude des députés compte vingt pages. Il est inspiré des orientations données par le président Ibrahim Boubacar Kéita au cours du premier conseil des ministres du gouvernement SBM, le 5 janvier. Ces orientations devenues le programme du gouvernement sont axées sur les quatre piliers prioritaires suivants : poursuivre avec la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, endiguer l’insécurité grandissante dans le Centre du pays, satisfaire la demande sociale par l’accélération de la mise en œuvre du Programme présidentiel d’urgences sociales et organiser des élections transparentes, crédibles et apaisées. “Pour exécuter la feuille de route délivrée par le président de la République, le gouvernement se donne une triple vocation : protéger, rassembler et servir”, a indiqué le Premier ministre. Pour la protection des Maliens, le Premier ministre entend bâtir un Etat protecteur capable de venir à bout de l’insécurité et des guerres asymétriques imposées par les terroristes. SBM a annoncé la poursuite de la mise en œuvre de l’accord pour la paix qui consacre l’intégrité territoriale et la souveraineté de notre pays. Pour ce faire, il a insisté sur la présence de l’Etat partout sur le territoire national à travers le commandement local et les services techniques afin de délivrer les services de base aux populations. “Le redéploiement de l’armée se fera de manière progressive, méthodique et résolue”, a affirmé le chef du gouvernement. Il a annoncé aussi l’opérationnalisation des mécanismes opérationnels conjoints (Moc) d’ici la fin du mois de mai à Kidal, Tombouctou et Taoudéni. S’agissant du Centre du pays, SBM a déclaré que le gouvernement procédera à une rapide et véritable normalisation de la situation. “C’est dans ce cadre que nous avons entamé le renforcement de l’effectif militaire sur le terrain à travers l’opération Dambé qui, aujourd’hui, mobilise plusieurs milliers d’hommes. Nous allons continuer à accroitre cette présence dissuasive pour qu’aucune partie de la zone ne soit laissée vacante et ne permette à des groupes terroristes de s’installer sur la durée”, a-t-il souligné. Le gouvernement s’est donné comme deuxième vocation de rassembler les Maliens. Pour ce faire, le Premier ministre a annoncé la rédaction d’un projet de loi sur l’entente nationale, “proposant des mesures spéciales d’amnistie ou de cessation de poursuite en faveur de certains acteurs” de la crise. “Le texte, qui sera sous peu sur la table de l’Assemblée nationale, s’inscrit en droite ligne des résolutions de la Conférence d’entente nationale et de la Charte issue des travaux de cette conférence. Il a bénéficié pour son élaboration du précieux concours du Médiateur de la République qui nous a remis le 6 mars dernier une proposition d’avant-projet de loi”, a affirmé SBM. Aussi, le travail de rassemblement et d’apaisement que le gouvernement entame concerne de manière spécifique les acteurs de la situation au Centre de notre pays. “Nous y avons initié un processus de dialogue de proximité ouvert à tous ceux qui renoncent à la violence”, a expliqué le chef de l’exécutif national. L’apaisement et le rassemblement des Maliens passent également par la bonne organisation de l’élection présidentielle selon le Premier ministre. “Nous nous sommes donné comme objectif l’organisation d’élections transparentes, crédibles, apaisées et à bonne date. A cet égard, nous prenons les mesures nécessaires pour fédérer toutes les bonnes volontés désireuses de s’impliquer en faveur d’un déroulement apaisé des élections”, a promis SBM. La troisième vocation du gouvernement est de servir le peuple malien. Cela passe selon le Premier ministre par le Programme présidentiel d’urgences sociales dont l’exécution a déjà commencé. “Le gouvernement déploiera tous les efforts nécessaires pour accélérer la mise en œuvre du Programme. Que ce soit dans le domaine de la santé, du désenclavement, de l’éducation ou de la fourniture d’eau et d’électricité, nous ferons en sorte que la prise en charge des besoins fondamentaux et pressants bénéficie en priorité aux couches fragiles et aux revenus modestes”, s’est-il engagé. Confiant et déterminé, Soumeylou Boubèye Maïga a rassuré les sceptiques qui s’interrogent sur la brièveté du temps imparti. Les débats s’ouvrent ce matin à l’Assemblée nationale sur la DPG du Premier ministre et seront suivis par le vote. En cas du rejet du texte par les députés, le Premier ministre remettra au président de la République, la démission de son gouvernement selon la Constitution. Maliki Diallo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here