Le président du groupe parlementaire ADP/MALIBA-SADI, Amadou Thiam : “L’organisation des élections n’a jamais été la priorité de ce régime”

5
En qualité de président du groupe parlementaire ADP/Maliba-Sadi, l’honorable Amadou Thiam n’a pas du tout été tendre avec le régime à l’occasion du débat sur la DPG. Selon lui, l’organisation des élections n’a jamais été la priorité de ce régime. Et d’exciper les reports successifs des élections locales et régionales. La Déclaration de la politique générale du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a été adoptée par les députés par 109 voix pour, 35 contre. Avant, les députés avaient rivalisé de talent pour défendre ou décrier sur le document. Au nom du groupe parlementaire ADP/Maliba-Sadi, l’honorable Thiam a d’abord décrié le retard pris pour présenter aux élus de la nation le Document de politique générale après trois mois et 20 jours de la prise de fonction du Premier ministre. Et d’ajouter que le Premier ministre manque de réalisme dans la détermination de ses priorités à quatre mois de l’expiration du mandat. Selon lui, l’organisation des élections n’a jamais été la priorité de ce régime. “Votre ordre des priorités prouve que l’organisation des élections n’a jamais été la priorité de ce régime, en dit long, le report successif des élections locales et régionales. Vous devriez principalement vous focaliser sur deux priorités : l’organisation de l’élection présidentielle du 29 juillet 2018 et les stratégies efficaces pour endiguer l’insécurité au centre du pays”. Amadou Thiam a également profité pour régler ses comptes avec le Premier ministre sur d’autres plans. Selon lui, le déplacement du chef du gouvernement à Kidal est purement électoraliste. “Ce voyage ne visait ni à prêcher l’unité ni le vivre-ensemble avec des parents qui arboraient le drapeau de leur chimérique Etat, en la présence d’un PM dans la pure expression de la déliquescence de son autorité”. S’agissant du déploiement ou du redéploiement des Forces armées maliennes (FAMa) et du Mécanisme opérationnel de coordination (Moc), avec près de 200 milliards de F CFA dépensés chacune des dernières années, le président de l’ADP/Maliba a estimé que les résultats ne sont pas assez satisfaisants et a demandé un audit crédible de ce secteur vital de la nation. Après avoir annoncé le mécontentement des partenaires de la gouvernance actuelle du pays, il a déploré que la DPG ne prévoie aucun chronogramme précis pour le retour effectif de l’administration et des Forces armées et de sécurité dans les régions du Nord et du Centre du pays. Y. Doumbia Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here