Moussa Ag Acharatoumane : « Au Mali, les djihadistes sont aux abois »

19
Nouvel acteur incontournable au Mali, Moussa Ag Acharatoumane est un chef de guerre Touareg qui commande le Mouvement pour le Salut de l'Azawad, allié de la France et de la force Barkhane. Il s'est engagé dans la guerre contre les djihadistes dans le Nord du Mali. Moussa Ag Acharatoumane est né en 1986 à Kidal. Son père appartenait à la tribu Daoussak (une fraction touareg de la région de Ménaka) et sa mère à celle de Kel Ansar (une tribu maraboutique respectée). Après ses études dans un lycée de Bamako, loin de chez lui, il entre en sociologie, toujours dans la capitale malienne. Pendant ses années estudiantines, il créé des associations avec d'autres élèves touaregs et milite pour la défense de l'Azawad, une région désertique dans le Nord du Mali. À partir de 2007, il voyage en Occident, de Bruxelles à Genève en passant par New York et Paris. En 2010, avec Bilal ag Achérif, un ami rencontré pendant ses études, il créé le Mouvement national de l'Azawad (MNA), un mouvement politique au départ pacifiste qui avait pour but de revigorer le combat mené par les générations précédentes de Touaregs. Arrive ensuite la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. Des anciens rebelles, partis en Lybie, reviennent alors au Mali avec des armes. Moussa Ag Acharatoumane décide de transformer son mouvement et devient l'un des fondateurs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA). Mouvement qui prend les armes pour récupérer le nord du Mali. Entre 2012 et 2013, ils luttaient pour l'indépendance de l'Azawad, indépendance qui ne trouvera aucune reconnaissance ou considération, tant au niveau national qu'international. Il devient le représentant du MNLA à l'étranger. En parallèle, des djihadistes, eux aussi armés lors de la chute de Kadhafi, arrivent au nord du Mali. Ils conquièrent rapidement les territoires et s'approchent dangereusement de la capitale. La France, sous la présidence de François Hollande, déclenche l'opération Serval. Quelques années plus tard, en 2016, Moussa Ag Acharatoumane décide de quitter le MNLA pour créer son propre groupe : le Mouvement pour le salut de l'Azawad (MSA) est né. À 32 ans, il est l'un des chefs de guerre les plus importants de la région. Le MSA, dès sa création, s'est allié avec la force Barkhane, la MINUSMA et les forces locales pour lutter contre les djihadistes. Reste que ce chef de guerre, connu pour son charisme et ses coups d'éclat, est accusé d'avoir pactisé en 2011 avec les djihadistes pour atteindre ses objectifs d'indépendance de la région. Des accusations d'alliance entre Touaregs et djihadistes que Moussa Ag Acharatoumane nie en bloc. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here