En prélude de leur grève de 48 heures : Les commerçants réclament la démission du ministre des affaires étrangères, du DG de la douane et celui des impôts

3
Rien ne va plus entre les commerçants et les autorités maliennes. Pour preuve, une dizaine d’association de commerçant entend grever les 3 et 4 mai 2018. Les commerçants entendent ainsi paralyser les marchés maliens en fermant leurs boutiques. Hier, jeudi 26 avril 2018, les responsables des associations de commerçants étaient face à la presse à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM) pour évoquer leur préavis de grève en 7 points dont la baisse des frais de dédouanement des marchandises, la facilitation de l’octroi du visa Chinois etc. Au-delà de ces doléances, les commerçants réclament aussi la démission du ministre des affaires étrangères, du Directeur Général de la douane et celui des impôts qui selon eux, n’ont rien fait pour solutionner leurs problèmes. Cette conférence de presse était animée par Ibrahim Maïga, président de l’Association des commerçants voyageurs du Mali et de la Diaspora Malienne (A.COV.MA.DIA), Salif Simpara, président du comité de marché Dabanani Nienta, Ousmane Diarra, membre de la commission Visa, Mamadou Coulibaly, représentant du marché Dibidani, en présence d’un parterre de commerçants. Le collectif des regroupements et des commerçants du Mali qui entend grever est composé d’une dizaine d’association. Ces associations sont : l’Association des commerçants voyageurs du Mali et de la Diaspora Malienne (A.COV.MA.DIA), l’Association des commerçants détaillants du Mali (A.CO.DE.M), l’Association des commerçants détaillants aux alentours de l'Assemblée Nationale (ACDAN), l’Association pour la Défense et les Intérêts des commerçants détaillants et Prestataires de services (A.D.I.C.P.S), l’Association des commerçants détaillants (Benkadi Ton) du centre commercial en commune III du district de Bamako, (AC DBC), la Coordination des Associations et groupement des commerçants détaillants du marche (YEREDON), l’Association des commerçants et contribuable de l’immeuble Basseydou Sylla du grand marche de Bamako (A.C.C.Ba.S), l’Association des commerçants du marche de Dabanani (A.C.D ), l’Association des commerçants détaillants de cigarettes et divers (A.C.D.C.D) et l’Association des commerçants de pièces Détachées. « Monsieur le Ministre, Nous, membres des différents regroupements et associations, avons l'honneur de vous informer que nous déposons par la présente un préavis de grève concernant tous les secteurs du commerce sur le territoire national pour une période allant du 03 Mai 2018 au 04 Mai 2018 inclus. En effet, nous exigeons : La baisse des frais de dédouanement de nos marchandises ; la libéralisation et la facilitation de l'octroi de visas longs séjours chinois aux commerçants maliens et de la diaspora malienne ; la baisse du taux d'impôt de 3% imposable à nos chiffres d'affaires ; l'affectation des bâtiments administratifs sis au marché aux déguerpis et autres commerçants du marché rose ; l'élaboration d'un cahier de charge avant la construction du marché rose ; l'arrêt de la concurrence déloyale des commerçants chinois et indiens ; la révision des textes sur l'élection du président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Mali (CCIM) pour prendre en compte nos aspirations », c’est en substance ce qui ressort du préavis de grève du collectif des regroupements et des commerçants du Mali lu par Ibrahim Maïga. Toutefois, les commerçants précisent que ce préavis de grève pourra être levé dès lors qu’ils obtiendront l'assurance que leurs doléances seront intégralement satisfaites. Selon le conférencier, Ibrahim Maïga, le commerce est le pilier de l’économie malienne. « Nous allons faire la mobilisation afin que nos doléances soient satisfaites », a-t-il dit. En outre, le conférencier, Ibrahim Maïga a réclamé la démission du ministre des Affaires étrangères, Tiéman Huber Coulibaly qui selon lui, n’a rien fait pour faciliter l’acquisition du visa Chinois par les commerçants maliens. Ibrahim Maïga a également réclamé la démission du directeur général des douanes et celui des impôts pour n’avoir pas diminué le prix de dédouanement qui, selon lui, prend de l’ascenseur. « On amène les dossiers authentiques mais les Chinois rejettent nos passeports. Or, les Chinois sont en train de faire le commerce de n’importe de quoi au Mali. Ils font entrer leurs marchandises tout en faisant savoir que ce sont les matériels de l’hôpital du Mali en complicité avec les douaniers. On va exiger l’acquisition du visa Chinois dans le cas contraire, ils ne vont pas commercer au Mali », a-t-il martelé. Il a déploré le fait que les responsables de Synacodem (Syndicat national des commerçants détaillants du Mali) ne se soucient plus de l’intérêt des commerçants. Tous les autres intervenants abondent dans le même sens. Pour sa part, Mamadou Coulibaly, représentant du marché Dibidani a souhaité l’union des commerçants du Mali. « La médaille de la lutte contre la pauvreté et le chômage doit être donné aux commerçants », a-t-il dit. A défaut de n’avoir pas eu gain de cause après leur grève de 48 heures, les commerçants prévoient d’autres actions plus vigoureuses telles que l’augmentation du prix de leurs marchandises. Aguibou Sogodogo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here