LA CSTM reste dans la constance

25
Comme à l’accoutumée, la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM) a organisé, à l’occasion du 1er mai, un défilé sur la Promenade des Angevins au «Rail-da» sur le thème : «Paix et justice sociale pour la stabilité et la cohésion nationale». Outre le secrétaire général Hammadoun Amion Guindo, la cérémonie s’est déroulée en présence du ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim et de son collègue de l’Education nationale, Housseïni Amion Guindo. Dans une grande mobilisation, toutes les sections syndicales ont défilé. Ces heures de parade étaient l’occasion pour les travailleurs de montrer leurs produits mais aussi d’exprimer des préoccupations liées aux conditions de vie mais aussi de travail dans leurs entreprises. «La CSTM a de réelles préoccupations mais sans aucun pessimisme car en tant que centrale syndicale, nous avons foi en nos propres capacités à nous investir pour aider notre pays à sortir du cycle infernal dont il est en proie depuis les évènements de 2012», a souligné le patron de la Confédération. Par rapport à l’insécurité dans le pays, Hammadoun Amion Guindo a rappelé que de septembre 2013 à nos jours, au moins 2.108 personnes ont trouvé la mort et l’année 2017 a été plus meurtrière avec 716 personnes qui ont perdu la vie pendant que 546 autres étaient blessées. «Il est impératif de libérer notre pays et notre peuple du carcan de la politique politicienne et de la gestion calamiteuse des deniers publics», a-t-il critiqué. Selon le syndicaliste, nos enfants, notamment ceux du Nord comme du Centre, clament fort le besoin d’étudier dans des établissements sécurisés et dans un système scolaire performant avec des enseignants de qualité. Le ministre du Développement industriel a rappelé les efforts exceptionnels du chef de l’Etat à l’endroit des travailleurs depuis 2013 à maintenant. Il a aussi mis l’accent sur les actions concrètes que le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga est en train de réaliser depuis son arrivée. Mohamed Z. DIAWARA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here