Présidentielle de juillet 2018 : La candidature d’IBK portée par 60 partis politiques

38
C’est l’air du temps: à la veille des joutes électorales, les alliances politiques se font et se défont au gré des intérêts des uns et des autres. La présidentielle du 29 juillet ne fait aucunement exception à cette règle, avec des fortunes diverses. Si le soleil brille pour IBK, candidat probable pour un second mandat, c’est la panique chez d’autres. Le camp présidentiel est loin d’être dépaysé, bien au contraire. Il est en train de gagner le jackpot électoral jamais réalisé, avec le soutien d’une soixantaine de formations politiques engagées à porter la candidature de son champion. Le comité central du Rassemblement pour le Mali (RPM), devant procéder à la proclamation officielle de la candidature du président IBK pour un second mandat le 5 mai, est bien parti pour que l’événement soit un rendez-vous politique majeur. On est décidé à faire les choses en grand, d’autant qu’il s’agit de prendre en compte l’engouement que cette candidature suscite au sein de la classe politique. Et cela, pour en restituer toute la force politique de son caractère consensuel en vue d’assurer au « Kankélétigui (un homme de parole) » une victoire sans appel dès le premier tour. Dans cette optique, il est clair que l’entourage d’IBK mise sur des alliances puissantes et solides, ponctuées par l’adhésion des poids lourds. En toute logique, dans ce courant proche du camp d’IBK, la candidature unique, contrairement à d’autres coteries, où c’est encore la chimère, ne souffre d’aucune difficulté, étant donné que le seul objectif, ici, c’est d’assurer la même meilleure compétence possible au service de la nation. A cet effet, précise nos sources, il y a eu une rencontre avec des partis politiques désirant faire chemin avec le RPM pour la réélection sans anicroche du président Ibrahim Boubacar Keïta en juillet prochain. Après l’engagement d’une soixantaine de formations politiques à soutenir la candidature de leur porte-étendard, et pour organiser l’événement conformément aux attentes politiques nées de cette nouvelle convergence autour d’IBK, le RPM a choisi de modifier quelque peu son agenda pour le comité central prévu initialement du 28 au 29 avril, en le programmant pour le 5 mai 2018. A l’issue de cette rencontre de haut niveau, une plateforme politique avec un plan détaillé du rôle et des responsabilités de chacun sera mise en place. A l’évidence, l’enthousiasme est au beau fixe au RPM qui, requinqué par l’adhésion des grandes formations politiques à la cause de son candidat, ne souhaite pas faire les choses dans la demi-mesure. En politique, une grande cause appelle un grand événement. Au RPM, on ne veut pas se faire surprendre par cette marque de civilité politique: pour la cause d’IBK, c’est un grand événement qui en portera la marque. A cet évènement inédit, annoncent les initiateurs, outre la proclamation de la candidature du président IBK à briguer un second mandat, on dévoilera les multiples aspects politiques de la nouvelle plateforme d’alliance politique et électorale, constituée par l’ensemble des forces politiques et sociales ainsi que des personnalités indépendantes qui s’engagent sans ambigüité à rendre l’élection du président IBK possible dès le premier tour. Et puis, on définira, en rapport avec les nombreux partenaires politiques et sociaux du camp présidentiel, les modalités et procédures pratiques de l’investiture du candidat El Hadj Ibrahim Boubacar Kéita à l’élection présidentielle 2018. Faut-il le préciser, avant l’investiture du candidat IBK, ces premières assises du comité central regrouperont : les membres du bureau politique national du RPM, les membres du bureau national de l’union des femmes ; UF/RPM ; les membres du bureau national des jeunes, UJ/RPM ; des délégués par fédération régionale ; des délégués par section de l’intérieur et de l’extérieur ; les députés membres du groupe parlementaire ; les conseillers nationaux RPM ; les chefs d’institutions et ministres membres du RPM ; les présidents des collectivités (communes, cercles et régions) membres du parti ; les membres des commissions permanentes du parti et les personnes ressources déléguées par le président du parti. Eh bien ! Au RPM et ses alliés politiques, c’est désormais le temps de réaffirmation et de fidélité qui a sonné. Un fort et solide élan politique qui doit animer chacune des composantes politiques de cette nouvelle et grande plateforme politique, soucieuse de faire rempiler son idole dès le 1er tour de la prochaine bataille électorale qui s’annonce rude. Oumar KONATE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here