Démission des 1er, 2e et 4e Adjoints au maire de la commune II de la CODEM : Le parti de la quenouille vidé de ses indispensables dans le District de Bamako ?

12
Les trois premiers Adjoints au Maire de la Commune II, tous de la CODEM, viennent de démissionner de leur parti au profit du MPM. Considérée comme le fief électoral du parti de la quenouille, dans la capitale malienne, la Commune II vient de subir, au détriment de la CODEM, les affres du phénomène de nomadisme politique qui ronge la classe politique malienne des années 1990 à nos jours. En fait, Poulo vient de perdre tous ses Hommes clés de sa formation politique en Commune II voire dans la capitale. Une dizaine d’élus, dont les 1er, 2e et 4e Adjoints au Maire de la Commune II. Tous ont rendu le tablier au profit du MPM (Mouvement pour le Mali). Ils rejoignent ainsi le désormais ex, seul Député de la CODEM élu à Bamako, l’Honorable Hadi Niangadou. Les démissionnaires mettent en cause la gestion «patrimonia #le» du parti par Housseyni Amion Guindo dit Poulo. Donc, tout porte à croire que désormais la CODEM n’est plus une force politique à Bamako. En tout cas, la seule Commune où elle avait réussi à s’imposer souffre d’hémorragie mortelle. Il s’agit bien sûr de la commune II. Après le départ du seul Député élu à l’Assemblée Nationale sous ses couleurs à Bamako, à savoir l’Honorable Hadi Niangadou, les autres cadres aussi ont déposé leurs lettres démissions en cascade. Ce qui menace aujourd’hui l’existence même de la CODEM en Commune II. Il ne reste presque plus rien de la section II de cette formation politique à Bamako. Elle est désormais déserte de ses forces mobilisatrices et financières. Des départs qui sont sur toutes les lèvres dans de différents QG des partis politiques et les salons feutrés de Bamako. Parmi les partants de la section II de la CODEM, on retrouve des barons du Bureau politique national, de nombreux élus communaux et de vaillants cadres du parti. Ils sont, entre autres, le Premier adjoint au Maire de la Commune II, Fodié Salim Traoré, le Deuxième adjoint, Mahamadou Touré dit Kaou, le Quatrième adjoint, Abdoulaye Bassolé et la Présidente des femmes du parti qui est de la même Commune II, Mme Traoré Assetou C. Diakité. Par ailleurs, l’Officier d’état civil de Bougouba, a plié bagages. La liste est longue ; car, aux dernières nouvelles, il y a aussi parmi les partants l’Officier d’État civil de Quinzambougou, Mme Traoré Ramata Sissoko ; l’Officier d’État civil de Bagadadji, Ibrahim Dicko ; l’Officier d’État civil de Médina Coura, Mme Dembélé Gogo Kaba Diakité (un membre influent du Bureau exécutif national du parti). Ce n’est pas tout, le Chargé des Maliens de l’Extérieur au niveau du Bureau exécutif national de la CODEM, Baba Tékété Wagué est aussi parti. En Commune VI également, Amadou Saye et Harouna Barry (Ancien conseiller à la Présidence de la République) y font partie. Faut-il noter que tous les démissionnaires ont déposé leurs bagages au Mouvement pour le Mali (MPM) de l’Honorable Hadi Niangadou qui a été le premier a donné le ton de départ. Housseyni Amion Guindo Poulo est-il fautif ? Plusieurs autres départs ont été aussi enregistrés bien avant ces démissions. Toutes choses qui constituent un coup dur pour le parti de Poulo ; surtout à quelques mois de la présidentielle. Cependant, il (Poulo) n’est pas sans reproches. Du moins, à en croire les désormais ex-cadres de la CODEM. Selon certains démissionnaires, ce sont des divergences de points de vue avec le premier Responsable du parti, le Ministre Housseyni Amion Guindo et/ou des dysfonctionnements au sein du parti de quenouille qui ont motivé les départs. « Ma décision est motivée par les considérations suivantes: le non-respect des principes de fonctionnement du parti ; la non-valorisation des ressources humaines du parti ; la non-application des décisions régulières des instances du parti ; le financement opaque du parti et de ses activités ; le manque de sincérité et de considérations dans les relations interpersonnelles…», a souligné Harouna Barry, dans sa Lettre de démission. De toutes les façons, Commune II constituait le fief de la CODEM dans le District de Bamako. Un fait qui est un secret polichinelle. En plus d’y avoir un élu national, le conseil communal de ladite circonscription électorale était dominé par des Responsables et hauts cadres du parti de la quenouille. Et ce sont eux qui ont claqué la porte. Du coup, le parti perd sa force dans la capitale malienne en plus de l’antipathie que nourrit IBK à son égard, selon des indiscrétions. Oumar Diakité : LE COMBAT Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here