Ministère du commerce et de la concurrence : Préavis de grève des commerçants détaillants

20
Le jeudi 26 Avril 2018, la salle de conférence de la chambre de commerce et d’industrie du Mali a refusé du monde et pour cause tous les commerçants détaillants de Bamako se sont donnés rendez-vous dans cette salle, pour venir supporter les responsables syndicaux, plaider leur cause vis-à-vis des plus hautes autorités du pays en présence d’un parterre de journalistes invités pour la circonstance. Malgré le sabotage de cette conférence par des responsables de la chambre de commerce et d’industrie du Mali, les organisateurs syndicalistes ne se sont guère découragés. Ils ont tour à tour pris le micro pour expliquer les mobiles de cette conférence. L’unique objectif était de réclamer et d’exiger la réalisation d’un certain nombre de doléances aux plus hautes autorités. Sans règlement desdites doléances, une grève de 48 heures est inévitable allant du 3 au 4 mai prochain. Selon le président de l’Association des Commerçants Voyageurs du Mali et de la Diaspora Malienne (A .COV.MA.DIA), Ibrahim MAIGA et non moins président de la plateforme d’associations, les commerçants détaillants du Mali sont victimes de dédouanements excessifs. C’est la raison qui fait que des commerçants d’autres pays de la sous-région ne viennent plus acheter au Mali a-t-il souligné ? Avant de renchérir que malgré la crise qui sévit le septentrion Malien, le nouveau directeur général de la douane à laisser entendre qu’il a rehaussé les recettes à hauteur de 100 milliards de FCFA pour cette année. D’où viendra cet argent s’interroge MAIGA ? Certainement dans la poche des commerçants Maliens, tout en oubliant que sur les 10 régions du pays seuls 5 font entrer des recettes. « Le Mali a le plus grand taux de dédouanement en Afrique et il vient en 4eme position en matière d’impôt dans le monde après la France, l’Angleterre et les Etats-Unis d’Amérique » a également rappeler MAIGA. Aboubacar TRAORE Quant au secrétaire administratif de ce regroupement associatif, Aboubacar TRAORE, les commerçants détaillants Maliens sont victimes de plusieurs injustices à cause du laxisme de l’Etat. Nous demandons humblement au gouvernement de satisfaire les 7 points de revendication que nous réclamons avant le 3 mai 2018. « Nous ne sommes contre personne, mais nous revendiquons ce que nous considérons comme nos droits et pour ça nous n’avons peur de personne » a-t-il dit. Même celui mandaté comme négociateur auprès du gouvernement Cheick Oumar SACKO, qui était de bonne foi au début et avait fait de cette lutte la tienne mais, est désormais de connivence avec le gouvernement. Donc celui-là ne pourra aucunement défendre leurs intérêts. Selon M. MAIGA cette lute démocratique pour réclamer nos droits est un devoir pour eux.A travers cette grève les commerçants détaillants veulent réaffirmer leur ras-le-bol face aux mesures coercitives prises par les autorités pour mettre fin au commerce en détail. «Nous n’allons pas nous asseoir les bras croisés et assistés impuissants à cela», ont martelé les syndicalistes. C’est dans ce contexte qu’ils ont souhaité l’union sacrée des commerçants sur l’ensemble du territoire nationale du 3 au 4 Mai prochain pour la réussite de cet acte de citoyenneté. Voici l’intégralité des 7 points de doléances dont les commerçants exigent la prise en compte par le gouvernement. La baisse des frais de dédouanement de nos marchandises ; La libéralisation et la facilitation de l’octroi de visas longs séjours en Chine aux commerçants Maliens et de la Diaspora Malienne ; La baisse du taux d’impôt de 3 % imposable à nos chiffres d’affaires ; L’affectation des bâtiments administratifs sis au marché aux déguerpis et autres commerçants du marché rose ; L’élaboration d’un cahier de charge avant la construction du marché rose ; L’arrêt de la concurrence déloyale des commerçants chinois et indiens ; La révision des textes sur l’élection du président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali pour prendre en compte nos aspirations. Seydou Diarra Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here