Gouvernance du territoire: Impliquer les autorités traditionnelles pour une gestion inclusive du pays

23
Les responsables du Cercle de Réflexion et d’Information pour la Consolidation de la Démocratie au Mali (CRI 2002) étaient face aux médias, le samedi 5 mai 2018, à la maison des Ainés de Bamako pour une restitution des résultats auxquels l’organisation est parvenue avec l’accompagnement des coopérations Suisse et Luxembourgeoise, du Gouvernement et des collectivités territoriales du Mali. La rencontre a été animée par le Président de (CRI 2002) et non moins ancien ministre des Relations avec les Institutions, Dr Abdoulaye Sall. Il avait à ses côtés, Mamadou Fadjalan Kéïta, Modibo Koly Kéita, secrétaire Général de (CRI 2002). Cette rencontre entre les journalistes et les responsables de (CRI 2002), intervient à la suite des remises officielles des répertoires des chefs et conseillers de villages, fractions et quartiers des régions de Ségou, Sikasso, du district de Bamako, et des cercles de Mopti et Bandiagara, contenant plus de cinq mille (5000) données sur leur statut mais aussi sur le niveau et le degré de leur implication dans la gestion des affaires publiques voire locales et nationales. Le principal orateur de la rencontre, Dr Abdoulaye Sall, le Président de (CRI 2002) a entamée ces propos en rappelant une allocution radiodiffusée au Peuple du Mali le 01 octobre 1961 par le Premier Président de la République du Mali, Modibo Kéita qui s’exprimait ainsi « Bien avant la période coloniale, l’esprit communautaire a prédominé dans nos villages et a constitué la base et les racines de notre société. Le village est, chez nous, la cellule de départ et c’est la vitalité de cette cellule qui engendra la vitalité de la nation toute entière. En effet, aucun régime ne peut être viable s’il ne repose sur le village ». C’est à partir de ce constat que les responsables de CRI 2002 entendent faire sortir les chefs de village dans les ténèbres pour leur rendre visible afin qu’ils puissent participer activement au respect des lois et règlements du Mali, de jouer leur rôle de prévention et de gestion de conflits tout en contribuant à la mobilisation des ressources financières pour l’essor de leur village ou fraction. De l’avis de Dr Abdoulaye Sall, le Président de CRI 2002, « Nous devons chercher à connaitre le nombre de village du Mali car tout le monde sait le nombre de région, de cercle et d’arrondissement qui existe au Mali. Voilà comment nous est venue l’idée de faire le répertoire des chefs de village, de quartier et de fraction. Depuis 2010-2011 on a commencé l’élaboration de ces répertoires dans 10 collectivités territoriales du Mali. Seulement 30% des chefs de villages ont leur décision de nomination grâce aux efforts de CRI 2002 car avant l’enquête c’était seulement de 10%». Par ailleurs, il dira que le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Kéita s’est engagé pour la délivrance par l’administration au chef des villages qui ne sont contestés de leurs décisions de nominations qui leur confèrent des attributions conformément à la Loi N° 06 – 023 du 20 juin 2006 relative à la création et à l’administration des villages, fractions et quartiers délibéré et adopté par l’Assemblée Nationale du Mali en sa séance du 02 juin 2006. Sidiki Dembélé Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here