« La CDS est membre de la Majorité présidentielle et partage le bilan d’IBK», l’honorable Zoumana N’tji Doumbia dixit

64
C’était à la faveur d’une interview qu’il a accordé à notre rédaction, au sortir de la conférence de la section de Bougouni de la Convention Démocratique Sociale. En tant que Secrétaire général de la cette structure, l’élu parlementaire a pu assurer que les ultimes équivoques sur la position de la CDS seront levées en Mai prochain, à l’issue d’une Conférence nationale, soit d’un congrès de son parti. LT : quels étaient les objectifs de votre conférence de section à Bougouni ? Zoumana N’TJI Doumbia : L’objectif de cette conférence était sur la vie du parti, acquérir les nouveaux venants. En effet, nous avons enregistré onze conseillers communaux issus de l’URD, FARE, CNID et RDP. Beaucoup d’autres cadres aussi bien de l’opposition comme de la majorité présidentielle ont également rejoint nos rangs. En ce qui concerne la vie du parti, le constat est qu’il engrangé des succès durant les élections communales passées. Aujourd’hui, il la première force politique du cercle de Bougouni avec 82 conseillers dont 8 maires. A cela s’ajoute deux députés. Nous avons également discuté des difficultés qui ont émaillé le parti pendant ladite élection. En effet, il faut reconnaitre que le ….n’a pas eu de conseillers dans deux communes du cercle notamment à Sibirila et Weridjeja. Ce qui est une défaillance de la section. LT : Quels sont les raisons de cette défaillance et quels sont les correctifs que vous envisagez apporter ? ZND: Nous avons tiré des leçons de nos erreurs. Nous nous sommes rendus compte que l’animation politique a manqué dans certaines sous-sections et même au niveau de la section. Pour cause, la section devrait au une fois par mois rendre visite aux sous-sections et tenir les réunions de sous-sections. Mais, malheureusement, cela n’a pas été toujours le cas. Comme correctif, nous avons décidé de revoir les sous-sections là où le parti n’a pas eu de conseillers. Il s’agit de mettre sur place de nouvelles structures pour renverser la tendance. LT : Quel est la position du parti à la présidentielle, allez-vous présenté un candidat ou soutiendrez-vous le président sortant ? ZND : Cette question, c’est la conférence nationale ou le congrès qui pourront la déterminer. Ce mois de Mai nous allons tenir soit la conférence nationale ou le congrès pour écarter toutes les équivoques sur la question. Mais je puis vous dire que nous sommes de la majorité présidentielle et nous souscrivons à toutes les actions de la majorité. Et le bilan du président IBK est le nôtre. LT : Que pensez-vous du bilan du président de la république ? ZND : Le bilan du président est élogieux. Dans la mesure où nous sommes économiquement troisième puissance de la sous-région, malgré les difficultés que nous connaissons tous. Au niveau social, il y a eu des avancées avec les efforts quant aux travailleurs et envers les forces de sécurité. Il s’agit de textes de lois votées pour améliorer les conditions de vie des travailleurs et la Loi de Programmation Militaire. Sur le plan diplomatique, le Mali a fait son retour sur la scène internationale. Bref, beaucoup a été fait même si on pouvait mieux, mais seulement dans l’union sacrée autour d’un idéal. LT : Faisant allusion à son âge, on demande aujourd’hui au président IBK de renoncer à un second mandat. Vous le président de la commission des lois de l’hémicycle mais aussi un juriste, y a-t-il une loi qui prévoit la limite d’âge pour être candidat à une élection en République du Mali ? ZND La construction n’a pas prévu de limite d’âge pour être candidat à la présidentielle. On l’avait prévu dans la révision de la constitution. Mais ce sont ces mêmes personnes qui révoltaient la rue. Et le président, pour le bonheur des Maliens, l’a retirée. Cette sollicitation des détracteurs d’IBK prouve à suffisance le bien-fondé de la dite révision constitutionnelle. Mais, ce que je peux vous dire, c’est que cette question d’âge est dans le mental, plus dans le comportement que dans l’âge lui-même. Pour cause, il y a des jeunes qui sont plus âgés que les vieux. Mais il y a également des vieux qui sont plus âgés que les jeunes. Aujourd’hui, en matière de discernement et de gestion d’Etat, je ne pense pas la plupart des jeunes qui se tapent la poitrine soient en mesure de mieux faire que le président IBK. Sur le plan dynamisme, je ne crois pas qu’ils soient plus dynamiques qu’IBK. Pour moi la question d’âge à une élection ne se pose pas, mais plutôt le comportement et la réflexion de la personne. LT : Un message à vos militants ? ZND : Nous demandons aux militants de Bougouni et d’ailleurs plus d’engagement, plus d’esprit militant pour qu’ensemble on puise défendre le message de la majorité. Je les invite surtout à s’approprier le bilan du président de la République et de le faire partager par la population. Propos recueillis par Amidou Keita Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here