Direction générale de la protection civile : La section syndicale est-elle au service du DGA ?

1
Depuis plusieurs semaines, rien ne va plus entre le Directeur général le colonel Seydou Doumbia et la section syndicale de la protection civile. En cause, la violation des textes au cours du recrutement de 350 nouveaux agents de même que certaines décisions prises par le DG Col. Seydou Doumbia. Alors que de son côté, la direction générale pense que la section syndicale est au service du DGA dans le but de propulser ce dernier au poste de Directeur général. Un bras de fer est donc lancé entre les deux camps. La section syndicale porte atteinte à l’image de la protection civile à travers la publication des courriers confidentiels Plusieurs courriers confidentiels ont été publiés par la section syndicale de la protection civile. Des courriers qui dévoilent tous les secrets dans les échanges entre les autorités de la protection civile et militaires. Cela, dans le cadre de la formation des élèves sapeurs-pompiers du Mali, qui sont au nombre de 350. Dans une 1ère correspondance signée le 12 avril 2018, le colonel Seydou Doumbia demande au chef d’état-major général des armées, une mise à disposition de moyens de transport de la direction du matériel, des hydrocarbures et du transport des armées afin d’acheminer les nouvelles recrues de la protection civile sur le centre d’entraînement de Ségou pour leur formation militaire. Il ajoute que les frais inhérents à la mission sont pris en charge par la direction générale de la protection civile. Dans une seconde correspondance signée le 20 avril 2018, adressée au chef d’état-major général des armées, sur le démarrage de la formation militaire des élèves sapeurs-pompiers en question. Le colonel Seydou Doumbia informe non seulement l’état-major de l’acheminement des nouvelles recrues, mais il signale par ailleurs qu’à l’exception du chef de centre, du corps médical et de trois encadreurs de la protection civile, le reste du personnel militaire n’est pas sur place. Le colonel Seydou Doumbia demande alors à l’état-major de bien vouloir prendre les dispositions nécessaires pour l’arrivée des encadreurs militaires en vue du démarrage effectif de la formation. Selon la section syndicale de la protection civile, le DG assurait dans cette correspondance que toutes les dispositions financières étaient prises de concert avec la direction des écoles militaires. Alors que, non seulement il n’avait rien payé à la direction des écoles militaires, il n’avait pas non plus donné son accord pour la validation du budget proposé par le colonel-major Bakaye Thiero, directeur des écoles militaires. Ce dernier a répliqué en s’inscrivant en faux contre les allégations du DG de la protection civile, qui disait avoir eu un accord sur le budget de la formation avec le colonel-major Thiero. Lequel dément tout règlement financier avec la direction générale de la protection civile et l’accuse d’avoir son propre agenda. Ce qui veut dire que, selon lui, la direction générale de la protection civile veut elle-même faire la formation. C’est dire que, sur les 176 millions de Fcfa, un seul centime n’a été versé à la direction des écoles militaires. De son côté, la direction générale assure que les nouveaux agents de la protection civile ont été recrutés dans les règles de l’art. Car, même les irrégularités constatées deux semaines après la finalisation de la liste, auraient été corrigées. À en croire la direction générale, les huit éléments déclarés inaptes ont tout simplement été radiés des effectifs par le DG qui les aurait fait remplacer par huit autres. Parlant des échanges de correspondances entre la Direction générale et les autorités militaires, le chargé de communication et des relations publiques, lieutenant-colonel Thiam Samaké, a nous confié que c’était une incompréhension entre les services financiers de la protection civile et ceux des écoles militaires. Et Col. Samaké de dire que tout est rentré dans l’ordre après une séance de travail entre les services financiers pour régler le différend. À l’en croire, les nouvelles recrues seraient actuellement en formation au centre d’entraînement militaire de Ségou. Ils sont formés par les instructeurs de l’armée malienne en collaboration avec les services de la protection civile. Selon la Direction générale de la protection civile, le Directeur général adjoint serait derrière les manœuvres de la section syndicale. D’autant que ce dernier serait dans la logique de mettre les bâtons dans les roues de l’actuel DG afin de le faire partir et occuper son fauteuil. D’où son silence radio sur la situation qui prévaut dans le camp des soldats du feu. Affaire à suivre… André TRAORE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here