PRESSE : L’autorégulation en amont d’élections générales cruciales

9
Le fait marquant de la célébration de la Journée internationale de la liberté de la presse a été ce jeudi l’installation des membres du Comité éthique et déontologique des pairs (Cedep) qui devront faire le ménage dans la profession et garantir sa pérennité. Le jeudi 3 mai 2018, la Maison de la presse de Bamako a abrité la cérémonie de lancement de la 4e édition de la liberté de la presse. C’était en présence de l’ensemble des acteurs de la presse malienne sous la présidence du ministre de l’Economie numérique et de la Communication. Le thème choisi pour cette 4e édition est : “Responsabilité de la presse pour des élections apaisées dans un contexte de crise”. Le ministre de l’Economie numérique et de la Communication Arouna Modibo Touré a jugé le thème choisi assez pertinent, tout en indiquant que le Mali n’est pas en crise, mais en post-crise. Il signalera ensuite quelques acquis de son département notamment la nouvelle carte presse, la dépénalisation des délits de presse (en cours), le renforcement de la liberté de la presse, la création de la Hac, la mise en place d’un observatoire de régulation (en cours)… Pour lui, la liberté de la presse est indispensable et son département sous l’égide du président de la République ne ménagera aucun effort pour continuer à aider la presse. “Un journaliste qui se laisse acheter ne sera jamais parmi les meilleurs”, a-t-il averti. Et de souhaiter bonne fête de la liberté de la presse à l’ensemble des journalistes maliens. Abdoulaye Sidibé, président du Comité national de l’égal accès aux médias d’Etat, parrain de cette 4e édition, n’a pas tari d’éloge pour les hommes de médias. Il a remercié les organisateurs qui ont bien voulu le désigner comme parrain de l’édition de cette année. Selon lui, n’est pas journaliste qui le veut, mais qui le peut. Brahima Coulibaly, conseiller technique au ministère de l’Administration territoriale et de décentralisation a fait le point des préparatifs de l’élection présidentielle de juillet 2018. À l’analyse du diaporama présenté, tout semble prêt pour la tenue de l’élection présidentielle. Il a mis l’accent sur les efforts de son département notamment la rencontre avec les responsables des partis politiques, la révision des listes électorales, la tenue des réunions hebdomadaire, l’établissement des cartes électeurs… Drissa Kantao Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here