Dramane Dembélé et la présidentielle de 2018 : « Pourquoi je suis candidat »

4
Dans une lettre adressée aux Maliens et aux Maliennes, l’ancien ministre, Dramane Dembélé explique pourquoi il est candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet prochain. Lisez son texte en intégralité ! Lettre à mes Compatriotes Maliennes et Maliens Mes chers compatriotes, Voici venue l’heure des décisions importantes, régaliennes, exigeant des Sacrifices ! Quand la situation du pays appelle et interpelle, il est du devoir du Citoyen de se mettre à la disposition de la Nation, au Service du public. En 2013, en modeste fils d’un anonyme du terroir, j’ai partagé avec vous mon ambition pour le Mali, à travers un livre intitulé « Quand l’espoir est permis… » Dans la continuité de ce service à la Nation, je vous propose en 2018 le Nouveau Pacte Social Solidaire, Un Projet de Société ambitieux, un Ensemble de réponses concrètes à nos préoccupations communes. Oui, lors de mes nombreuses rencontres avec le pays profond, vous avez partagé avec moi vos difficultés et vos peurs liées à la situation préoccupante de notre pays. Mais, dois-je aussi dire, vous m’avez aussi fait part de vos légitimes attentes et espérances. J’ai, avec parcimonie, pris le temps de vous écouter et de comprendre vos nobles aspirations. En réponse à ces échanges, ouvert et résolu à apporter ma modeste contribution à nos chantiers communs, j’ai décidé d’être candidat au scrutin présidentiel de cette année. Mon horizon est la Nation Malienne Je suis candidat pour le Mali. Mon horizon est la Nation Malienne, une fusion harmonieuse des différences. Oui, le Mali est la finalité de toutes nos hypothèses et doit le rester résolument et absolument. La fierté d’être malien doit aller au-delà des slogans et s’exprimer comme un Engagement, un Sacrifice, un Don de soi à la Commune patrie. Le Mali éternel, terre d’Histoires glorieuses et de Peuples à la Mémoire féconde doit s’entendre plus qu’un territoire. Nous sommes une Nation fondée sur le Vivre Ensemble dans le creuset républicain. Le Mali nous invite à résister aux périls, à relever les défis de la Sécurité, de la Stabilité et de la Prospérité. Ces trois mots ne seront jamais réalités sans l’Unité. En effet, l’Unité commande tout le reste en tant que Condition première, Soubassement, Fondation et Clé de voûte de notre Avenir. Quel Mali voulons- nous donc? Le Mali que nous voulons doit primer sur les intérêts personnels, sur les oligarchies diverses et surtout vaincre les sectarismes afin que le fils du paysan ait les mêmes chances que celui du haut cadre. Voilà pourquoi la Justice sociale doit être au cœur de nos projets de société. Le pouvoir n’a de sens que lorsqu’il est au service du Peuple citoyen qui a le privilège de le confier à l’un des compétiteurs, sur la base des Projets de société. Le pouvoir qui entend construire, bâtir sur du Solide ne peut le faire sans aller avec le Peuple. Aller avec le Peuple, c’est non seulement aller à sa rencontre, à son écoute et prendre en compte ses profondes et légitimes aspirations. C’est la seule Méthode garantissant une Gouvernance efficace fondée sur la légitimité et capable de tenir compte des frustrations populaires qui ne manquent pas. L’action politique doit absolument prendre en compte ces Frustrations. Je suis Candidat pour notre une Jeunesse La Jeunesse, notre première richesse, notre premier Trésor, notre premier Capital, le Capital humain, le plus solide, le plus sûr ! La Jeunesse, notre Investissement le plus rentable et le plus prometteur ! Plutôt que de subir la politique et ses décisions, la Jeunesse doit en être actrice en prenant son destin en main. Nos aînés ont eu leurs parts de défis, de combats et de sacrifices dont il faut louer la part de mérites. Oui, la première génération du mouvement démocratique a eu ses mérites incontestables mais aussi ses échecs, à l’instar de toute activité humaine. Bien qu’ayant été aussi de cette lutte pour l’avènement de la démocratie aux côtés de nos aînés, nous devons prendre le relais au nom de la chaîne générationnelle et de l’esthétique du Flambeau. Oui, le Flambeau est beau, surtout quand il est bien honoré ! Je suis candidat pour notre démocratie D’âpres luttes ont permis d’arracher la démocratie. Des maliens ont versé leur sang. Si de nombreux défis restent à relever, nous devons préserver le système démocratique contre les dérives autoritaires et personnelles afin d’en faire l’outil commun à même de fortifier davantage le fonctionnement de notre société en général et de notre système politique en particulier. Ses acquis doivent être donc consolidés et la part d’innovations nécessaires à apporter. Chers Compatriotes, Comment consolider et préserver notre belle démocratie avec une situation sociale marquée par les défis sécuritaires et stratégiques, surtout le vivre ensemble menacé en certaines parties de notre pays ? Cette redoutable question renvoie sans doute à la nécessité de la Sécurité et de la Stabilité. Je suis candidat pour un Mali en Sécurité et en Paix L’un des Objectifs majeurs de ma candidature est justement d’œuvrer pour un Mali en sécurité, conforté dans sa Défense, conditions à la Stabilité, elle-même indispensable à l’Unité et au Vivre ensemble. Nos institutions de sécurité et de défense doivent être davantage consolidées, renforcées et nos forces dotées de moyens conséquents et adéquats, nécessaires à leur mission régalienne de sécurisation et de défense de nos populations. Je suis Candidat pour un système éducatif fiable et viable Chers Compatriotes, Et voici un autre Chantier fondamental ! Aujourd’hui, l’éducation n’assure plus la mobilité sociale ; l’école favorise les fractures sociales au lieu d’être un facteur de correction des inégalités. L’égalité des chances, au cœur du Pacte républicain, est un leurre. Nous devons œuvrer à en faire une réalité, une effectivité. Avec leurs enfants bien formés, souvent à l’extérieur, l’élite gouvernante perpétue son règne. En cohérence avec cette partie de notre Hymne national, nous devons rester debout sur les remparts pour un Mali juste où les enfants de Tji, de N’Golo, de Bernard, d’Ali, de Boubacar, de Nangazanga…. seront tous fiers de partager une société garantissant à chacun et à tous des chances et des opportunités d’épanouissement. Un Mali qui redevient une terre de chances, d’opportunités, de justice et d’égalité pour nous tous. Pour cela, nous devons reformer notre système éducatif, l’adapter à nos besoins, surtout en matière de société, d’économie, d’industrie et prenant en compte les évolutions du monde, sans oublier notre dynamique d’intégration sous-régionale et régionale. Je suis Candidat pour un Mali pour nous Oui, ma candidature porte la soif de Justice sociale et d’Egalité républicaine. Le Mali pour nous tous doit mettre l’éducation au cœur de notre modèle de société. Le Mali pour nous tous doit intégrer les différences dans le Creuset unitaire et égalitaire. Le Mali pour nous tous doit rouvrir les portes de l’espoir ! Le Mali pour nous tous doit être un pays où la justice sociale, l’égalité des chances, la promotion sociale, l’unité nationale, la fraternité, la solidarité et le travail retrouvent leurs lettres de noblesse. Le Mali pour nous tous doit remettre la République à l’endroit et replacer le malien au cœur de ses actions. Le Mali pour tous doit être un Mali qui sécurise, protège, éduque et nourrit. En somme, un Mali qui permet l’expression des ambitions et garantit la réussite dans le Mérite et la Solidarité. Je suis Candidat pour la République La République, garante de la cohésion sociale, est la meilleure promesse que nous puissions faire aux générations futures. La république doit être notre agenda collectif à travers les urgences et les perspectives. Ce quinquennat à venir doit être celui de la Refondation de l’Etat, de la Nation mais aussi du Pacte social et républicain. Ce Pacte ne vaudra que par la Sécurité, la Stabilité, l’Egalité, la Justice et l’Unité. Il doit permettre la Consolidation du Vivre ensemble. Je suis Candidat pour une bonne gouvernance territoriale La gouvernance territoriale a trois piliers: – les réalités, – les acteurs – les ressources financières. Ces trois paramètres sont intimement liés. Les Acteurs donnent Sens aux Ressources, lesquelles constituent des moyens au service des Idées et de la Vision des Acteurs dans le cadre du RENOUVEAU TERRITORIAL. A cela, s’ajoutent les réalités culturelles, sociales et souvent spécifiques qu’il faut prendre en compte pour plus de Cohérence, d’Ordre et d’Efficacité. Je suis Candidat pour créer de la richesse et une meilleure gouvernance Du voyage historique du Roi Kankou Moussa à la Mecque à la gestion de nos ressources minérales d’aujourd’hui, nous devons poser la question des causes profondes de notre pauvreté. Ce questionnement légitime et important doit nous amener à repenser le rôle de l’Etat stratège dans le cadre d’une Vision stratégique prenant en compte nos capacités humaines, institutionnelles, notre potentiel, nos moyens et nos réalités culturelles. Rien qu’en production d’or, sur les 20 dernières années, nous ne sommes pas à moins de 1000 tonnes extraites. Mais avec cet immense potentiel, qu’avons-nous réalisé en termes de développement humain durable? Au regard de notre environnement législatif et réglementaire, rien ne s’oppose à ce que nous valorisions notre portefeuille minier. Selon nos textes, les parts du Mali doivent être des parts attribuables en or au lieu de s’accrocher à une hypothétique distribution de dividendes. Rien ne s’oppose à ce que l’Etat du Mali développe et exploite lui-même les mines dans un partenariat stratégique. Cependant, le blocage persiste, faute d’arbitre capable de mieux appréhender la problématique au profit de notre pays. Aujourd’hui, le Mali a environ huit (08) mines en exploitation et nous avions droit de 10 à 20% dans chaque mine. Si on prenait nos parts en quantité pour en faire des opérations financières sur le marché dans le cadre d’un Fonds souverain, le Mali ne serait pas aujourd’hui dans cette précarité. C’est pour cela que nous préconisons une gestion stratégique de nos ressources minières non renouvelables. Les recettes minières, très volatiles, doivent être considérées comme une ressource extra budgétaire dont les emplois devront être uniquement dans les secteurs de transformation. Aujourd’hui nos recettes fiscales sont de l’ordre de 1800 milliards de francs F CFA (source MEF) et la masse salariale oscillant entre 400-500 milliards de nos francs; or il se trouve que le ratio recette fiscale – masse salariale doit tourner autour de 35%. Au total, notre revenu fiscal est suffisant pour supporter la masse salariale que nous pouvons amener à 630 milliards F CFA pour avoir un pacte de stabilité sociale sur 5 ans afin de faire face au problème de sécurité et de développement en exploitant nous-mêmes quelques mines d’or. Si l’Etat du Mali exploite lui-même une mine de la dimension du projet de Fekola : 4 millions onces, dans un système de vente à terme à 1000$ US/oz avec la Chine, l’Inde ou la Russie; cela correspondrait à un pactole de 4 milliards $US soit 2.400 milliards de nos francs, suffisants pour amorcer l’émergence du Mali, uniquement sur l’or. Et cela est du domaine du possible si nous sommes inscrits dans la Vision d’un État stratège. D’antan, en charge des mines, je m’étais évertué à expliquer cette idée, sans réussir à la faire prospérer. En face, j’ai rencontré un mur de surdité, un océan d’incompréhensions de la part des décideurs qui m’opposaient des argumentaires tels : nous sommes en zone UEMOA, la BCEAO, les partenaires financiers. A la vérité, j’ai conclu que nous avons un problème d’interlocuteurs attentifs sinon la science demeure universelle. Le modèle marche sous d’autres cieux mais au Mali, c’est plutôt l’omerta. Le Ghana, avec ses ressources minérales, se passe aujourd’hui de l’aide des partenaires financiers. Le Mali est pourtant 3ème producteur d’or en Afrique, un rang estimable. Candidat à l’élection présidentielle de 2013, dans mon offre politique, j’évoquais déjà le « modèle de Dubaï ». Il y a 25 ans, cette zone était un immense désert hostile à l’épanouissement de la vie humaine mais avec leurs ressources naturelles (pétrole et gaz) non renouvelables, ils l’ont complètement transformée en misant sur le capital humain (en formant des compétences) et sur les infrastructures. Nous maliens ne devrions donc pas avoir de complexe en nous inspirant des modèles réussis, le tout dans le cadre de nos réalités et besoins propres. Je suis Candidat pour l’intérêt du Mali et pour une bonne lecture des ENJEUX du Nord. Le nord du Mali un enjeu régional et mondial Enjeu régional : Aujourd’hui avec le méga projet de gazoduc transafricain qui prendra racine au Nigeria et débouchant sur la Méditerranée via le Niger, l’Algérie…, pour aller vers l’Europe, le Mali peut et doit saisir cette opportunité stratégique. Au Nord du Mali, si nous n’avons rien, nous aurions du gaz dont les ressources inférées sont estimées à quelques milliers de milliards de mètres cubes. Malgré tous les indices probants de maturité en gaz, pourquoi le Mali n’arrive-t-il pas à forer? Certainement en interrogeant les stratèges en reconstitution des réserves stratégiques nous aurions un début de réponse. Il se trouve que l’Algérie serait en difficulté économique avec la baisse accélérée de sa production d’hydrocarbures amorcée depuis 2006 (-20%). Alors que ce secteur représente 30% de son PIB, 97% de ses exportations et près 70% de ses recettes fiscales. En même temps la pression de sa consommation nationale doublerait à l’horizon 2030 dans 15 ans au plus. À horizon 2040, sa production gazière serait de 100 milliards de m3 alors que sa consommation nationale pour produire de l’énergie pour ses 60 millions d’habitants va brûler 60 milliards de m3. Cela impactera fortement ses recettes d’exportations. Son alternative en gaz de schiste est énorme dont l’exploitation aura des impacts environnementaux néfastes incommensurables. Alors, pourquoi ne pas consolider nos gisements transfrontaliers. Cela permettra du coup une mutualisation nos efforts de sécurisation de la mobilité des personnes et des biens. Enjeu mondial: En 2001, durant 2 ans, j’ai assuré le rôle de chef géologue de la mission de cartographie et d’inventaires miniers dans l’Adrar des Iforas. Aujourd’hui, il est établi que la zone de Tessalit et Boureissa sont des points géostratégiques pour observer tout le bassin méditerranéen. Dans le cadre d’une Vision stratégique de notre immense potentiel en ressources minières, nous devons adopter une démarche prospective dans le cadre de partenariats stratégiques gagnant-gagnant avec nos partenaires algérien, français et autres. Je suis Candidat pour le Renouveau Malien Le Renouveau malien, c’est la mobilisation des intelligences et des ressources autour d’un Object stratégique commun : un Mali nouveau vivant dans l’Unité, sécurisé, stable et prospère. Le Renouveau malien, c’est une démocratie revitalisée, fonctionnant efficacement. Le Renouveau malien, c’est une République fidèle à sa vocation originelle : la réalisation de l’égalité et la promotion de l’intérêt général dont est d’ailleurs porteuse l’expression « Res Publica ». Le Renouveau malien, c’est surtout des Partis jouant bien leur partition de mobilisation et de formation des Citoyens autour des Enjeux vitaux à travers des offres politiques, elles-mêmes informées, inspirées et conscientes des défis majeurs. Le Renouveau malien, c’est aussi des Citoyens bien éduqués, bien éveillés et mobilisés, faisant de l’action politique une sorte de Sacerdoce, d’Engagement, soumise aux exigences de Redevabilité. Chers compatriotes, Au nom de tous ces enjeux et défis, je suis Candidat à l’élection présidentielle de 2018. Je suis candidat pour le Mali, son Passé, son Présent, son Avenir, lequel est à Inventer ENSEMBLE ! Je suis candidat pour vous, mes concitoyens ; vous qui guettez encore la lumière, avec l’ardente espérance d’un jour neuf, au bout de la nuit de : – l’insécurité Alimentaire, – l’insécurité énergétique, – l’insécurité sociale, – l’insécurité territoriale… Ensemble, nous allons bâtir un pays qui sécurise et protège ses enfants, qui le tirent vers le haut, pour un But commun, un Horizon commun. Comme vous, je rêve d’un Mali à la fois juste et solidaire, un Mali fort. Au regard de tout ce qui précède, je vous invite HUMBLEMENT et FRATERNELLEMENT à Partager le Nouveau Pacte Social Solidaire dont je vous proposerai le contenu en détails dans les semaines à venir. C’est une Invitation au Volontarisme, à l’Unité, à la Fraternité pour inventer dans l’Enthousiasme et la Solidarité notre AVENIR COMMUN. Le Nouveau Pacte Social Solidaire est une Ambition pour un Mali par et pour tous ! FRATERNELLEMENT, avec un Cœur ardent, NOURRI PAR LE MALI. – Je suis candidat au nom du Vert, Or, Rouge ! – Je suis candidat au nom d’un Peuple, un But, une Foi ! – Je suis candidat au nom de notre Amour Commun pour le Mali ! Cordialement ! Dramane Dembélé Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here