Administration générale : Les indemnités de déplacement et de mission explosent

25
Les indemnités de déplacement et de mission, jadis dérisoires, connaissent aujourd’hui une augmentation fulgurante. Elles sont échelonnées selon les niveaux de responsabilités au niveau de l’administration générale. Flash-back sur une mesure que les agents de l’Etat apprécient à sa juste valeur. L’indemnité de déplacement et de mission est une indemnité journalière allouée aux fonctionnaires et agents de l’Etat en vue de couvrir les frais encourus pour les déplacements ou missions à l’intérieur ou à l’extérieur du pays. Elle est destinée à couvrir les frais relatifs à la nourriture, à l’hébergement, aux déplacements pendant la mission. Les primes et les indemnités allouées aux fonctionnaires et agents de l’Etat sont fixées par A l’ordonnance n°44/CMLN du 11 août 1975. Cependant, dans un passé récent, elles étaient tellement dérisoires que certains agents de l’Etat n’étaient pas trop motivés à faire des missions, surtout à l’intérieur. Pour cela, les cadres avaient 4000 Fcfa d’indemnités par jour, les directeurs et chefs de service central ou rattaché 7500 Fcfa, les chauffeurs se contentaient de 2000 Fcfa. Pour arrondir ou trouver une porte de sortie, des gestionnaires ou ordonnateurs s’arrangeaient à créer une rubrique dans la nomenclature budgétaire de la mission, c’est-à-dire l’avance à justifier. Les montants différaient selon les postes de responsabilités, les cadres simples gagnaient 15 000 Fcfa par nuitée et les chauffeurs se contentaient de 5000 Fcfa. Ces montants étaient destinés aux frais d’hôtel qu’à leur retour ils devaient justifier par une facture d’hôtel. Les indemnités de déplacement et de mission pour l’extérieur n’étaient pas également encourageantes, comme on pouvait le penser. A ce niveau, les cadres avaient 22 500 Fcfa par jour comme indemnités et 50 000 Fcfa destinés aux frais d’hôtel. Mais à son arrivée au pouvoir, le président Ibrahim Boubacar Kéïta a revu à la hausse ces indemnités, pour corriger une insuffisance et motiver les cadres de l’Etat. Sous la forme d’un décret pris en conseil des ministres, elles sont échelonnées selon les niveaux de responsabilité dans l’administration générale. Cependant, pour éviter des détournements de fonds et préserver les deniers publics, le Premier ministre Modibo Kéita avait mis des garde-fous. Avec le changement du taux des indemnités a rendu les missions à l’extérieur très coûteuses, le département de tutelle devrait adresser une note technique à la Primature. Elle devrait faire ressortir le bien-fondé de la mission et surtout ses retombées pour l’Etat. Beaucoup de missions à l’extérieur ont été escamotées en son temps par le Premier ministre Modibo Kéïta, un homme connu pour sa rigueur sur les principes de gestion. Pour une meilleure compréhension de nos lecteurs, ci-joint en bas les différents taux des indemnités de déplacement et de mission et les mesures d’accompagnement dans certaines zones de voyage. La Rédaction Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here