Le PDES soutient la candidature d’IBK à la présidentielle de juillet prochain

9
Après l’organisation réussie du premier Congrès ordinaire tenu les 5 et 6 mai 2018, le Comité directeur national (CDN) du parti pour le Développement Economique et la Solidarité (PDES) s’est réuni le 9 mai dernier sous la direction de son président M. Mohamed Dibassy. A l’issue de ces deux rencontres, les responsables du parti ont animé le jeudi 10 mai 2018 une conférence de presse pour informer les hommes de médias des résolutions qui en sont sorties. Cette conférence de presse, présidée par le président du parti, M. Mohamed Dibassy, s’est déroulée en présence de Mme Fatoumata Sacko, 1ière vice-présidente, de M. Modibo Babo, 3ième vice-président, de M. Abdoul Wahab Traoré, secrétaire général du parti. On notait aussi la présence de l’honorable Elias Goro, l’unique député PDES, de la secrétaire chargée à l’organisation et de nombreux militants du parti. En effet, dans son intervention, M. Mohamed Dibassy, président du nouveau Comité directeur national, issu du 1ier Congrès ordinaire du parti a tenu à remercier les militants et sympathisants du PDES pour la mobilisation du Congrès tenu les 5 et 6 mai 2018 au Pavillon des Sports du Stade Modibo Keita. Il indiquera que la rencontre avait à son ordre du jour l’examen du rapport d’activités, la relecture des textes du parti et la mise en place d’un nouveau bureau du Comité directeur national, dont il assure désormais les destinés. «Au cours de ce congrès, la Résolution N°5 de la convention extraordinaire de novembre 2014, positionnant les PDES dans l’Opposition a fait l’objet de larges discussions ; notamment l’abandon des charges contre le président ATT devant la Haute Cour de Justice et les conditions de son au Mali le 24 décembre 2017» a souligné M. Dibassy. Il poursuivra en annonçant qu’à l’issue desquelles une résolution a été prise pour retirer les PDES de l’Opposition et donner quitus au CDN d’orienter le parti suivant les intérêts du PDES. Ainsi, dans la Résolution lu par son Secrétaire général, on voit clairement que «le PDES décide de soutenir la candidature de Ibrahim Boubacar Keita à la présidentielle du 29 juillet 2018». Cela, après que les causes de la présence de PDES dans l’opposition soient absorbées. Car 90% était motivée par la plainte contre l’ancien président Amadou Toumani Touré. Aujourd’hui, les charges ont été abandonnées, donc, pas de raisons que le PDES soit dans l’Opposition. Aussi, d’autres grandes décisions ont été prises dans le cadre du renforcement du parti et sa restructuration de la base vers le sommet. Question des journalistes, comme il y a une autre tendance, avec un bureau, qui se réclame du même PDES, quel camp détient la légitimité et la légalité ? A cette question, nos conférenciers du jour répondront «Nous avons la télécommande du parti qui commande tout. «Nous détenons le récépissé du parti et aucune manœuvre ne peut nous intimider». Expliquant cette thèse, Mme Fatoumata Sacko, 1ière Vice-présidente du CDN dira qu’une large partie des militants à la base et des délégués sont avec nous. Ainsi, pour elle, dans le District de Bamako, sur les 6 sections, le PDES dirigé par M. Mohamed Dibassy compte 5. «A Kayes, nous avons toutes les 7 sections, à Koulikoro nous avons 6 sur 7, à Mopti 7 sur 8, à Tombouctou 3 sur 5», dit-elle avant d’ajouter que «nous avons aussi largement la majorité à Ségou et Sikasso». Elle a reconnu, contrairement à l’autre tendance, n’avoir pas de sections à Kidal et dans les deux nouvelles régions, à savoir Taoudéni et Ménaka. La Démocratie étant la loi du nombre, Mme Fatoumata Sacko a conclu en annonçant qu’ «au vote nous n’avons trouvé personne en face de nous. Alors… taisez-vous ! » Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here