Observatoire : En HAUSSE : Boubacar Tandia

12
Le très discret président du Groupe Tandia, mais connu comme l’un des plus grands opérateurs économiques du pays, a été choisi par l’Association Wélé Gnuman comme son parrain. La révélation en a été faite lors du 11è anniversaire de cette association, fêtée le samedi 5 mai dernier au Palis de la culture Amadou Hampathé Ba de Bamako, en présence de la présidente nationale de cette association, Mme Simpara Saran Traoré. L’Association Wélé Gnuman est un cadre national d’entraide et de concertations qui polarise toutes les forces vives e la nation et actions socioéconomiques qui s’investissent dans la gestion des ressources naturelles, l’assainissement et la protection de l’environnement, le développement harmonieux des populations, la lutte contre la pauvreté et la promotion des activités génératrices de revenus. Le choix de Boubacar Tandia, qui est un modèle pour la jeunesse, se justifie donc amplement au vu du cursus de l’homme qui est actuellement à la tête d’un des plus grands groupes intervenant à la fois dans le commerce et l’industrie, en plus d’être vice-président de l’Organisation patronale des industriels, après des pas de géant à la Jeune Chambre économique. Pr Abinou Témé Le Pr Abinou Témé a été nommé ministre de l’Education nationale lundi dernier dans la soirée, en remplacement de Husseini Amion Guindo dit Poulo, désormais ministre démissionnaire.
Observatoire : En HAUSSE :  Boubacar Tandia
Pr Abinou Témé
Ainsi le Rpm renforce sa présence dans l’attelage gouvernemental car le Pr Témé est 4è vice-président de la formation politique du président de la République. Il a été également conseiller municipal en commune IV du district de Bamako où il est très bien connu. Avant sa nomination, il était Doyen de la Faculté des sciences humaines et des sciences sociales de Bamako. Auparavant, il était secrétaire principal de la Faculté des lettres, langues et sciences humaines. En remplaçant Poulo au pied levé, le Pr Témé doit très vite se mettre dans le bain, notamment pour organiser les examens de fin d’année où il est très attendu, même s’il bénéficie de préjugés favorables, notamment de rigueur et de sérieux. En plus, il doit faire face aux nombreux dossiers qui perturbent le secteur éducatif et surtout faire l’état des lieux sur les malversations et fraudes sur les orientations dont son prédécesseur avait eu à parler amplement. EN BAISSE : Mme Fatoumata Sacko dite Djina
Observatoire : En HAUSSE :  Boubacar Tandia
Diallo Fatoumata Sako Djina
La désormais secrétaire nationale au Bureau politique du Parti pour le développement économique et la solidarité (Pdes) a récolté les fruits de son imprudence politique en faisant du travail fractionnel pour tenter d’amener le Pdes dans le giron du président IBK. Pour les héritiers politiques du président ATT, c’est un reniement que la majorité des membres du Parti ne sauraient cautionner. Venant d’ailleurs de Fatoumata Sacko dite Djina, c’est très étonnant, si l’on sait qu’elle a toujours défendu, bec et ongles, ATT et son œuvre. C’était connu que depuis quelque temps elle s’agitait dans un groupe parrainé par Ahmed Diané Séméga qui doit une reconnaissance à IBK pour l’avoir proposé à la tête de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (Omvs). D’ailleurs, depuis son retour d’exil suite au coup d’état de 2012 où il avait fui pour se réfugier au Sénégal, Séméga avait commencé à travailler pour une fusion entre le Pdes et le Rpm, mais s’était heurté à une fin de non-recevoir des caciques du Pdes. Ces derniers temps, le ralliement du Pdes à la Majorité présidentielle est revenu avec force, mais le camp du non l’a remporté et Fatoumata Sacko dite Djina renvoyée du Parti. A SUIVRE Housseyni Amion Guindo On attendait depuis quelques mois que le président IBK penne la responsabilité de le sortir du gouvernement, à cause de ses prises de position qui divorcent d’avec celles de la Majorité présidentielle.
Complot contre le football malien dans l’affaire du TAS
Housseini Amion Guindo, président du Codem
A défaut de le chasser, lui-même a finalement décidé de partir, certainement pour mieux préparer la Présidentielle de juillet 2018, à l’occasion de laquelle, selon des indiscrétions qui nous sont parvenues depuis l’année dernière, son parti, la Codem, ne veut accorder son soutien que pour le second tour de l’élection présidentielle. En d’autres termes, la Codem, une jeune formation politique qui s’agrandit au fil des scrutins, n’entend pas se faire hara-kiri en se faisant embarquer dans le bateau de la Convention de la majorité présidentielle pour un soutien à IBK. En effet, il nous revient que la Codem veut jauger sa force réelle et en cas de soutien au second tour pourra savoir ce qu’elle apporte réellement en termes de représentativité. Contrairement à nombre de formations politiques que le président IBK pourra regarder demain, en cas de victoire, et leur dire, comme il l’avait fait en 2013 au Rpm, que ce n’est pas la victoire de la Cmp. Quel choix définitif
Observatoire : En HAUSSE :  Boubacar Tandia
Jeanmille Bittar
pour la Codem ? A suivre alors ! Jeamille Bittar Le leader du parti Mc-Att est très suivi cette semaine à cause de assises de ladite formation politique où des décisions importantes seront prises et détermineront ainsi l’avenir du Parti. Ce Mouvement citoyen (Mc) qui a comme crédo l’alternance, le travail et la transparence (Att) a déjà tracé la voie de son avenir rien qu’avec son nom. Mais puisqu’au Mali cela ne veut rien dire pour les formations politiques qui s’engagent dans des combines en lieu et place d’alliances, reniant au passage leur idéologie (si elles en ont encore) pourvu d’avoir une place au banquet du pouvoir. Attendons donc de voir les grandes lignes des conclusions et recommandations qui sortiront de ces premières assises après celles de la formation du parti, pour juger de la pertinence des choix et des options. De toute façon, ce parti que l’on présume très proche de l’ancien président de la République (Att) ne devra pas décevoir dans la grande décision concernant l’échéance de juillet 2018, notamment sa participation à la Présidentielle. Qu’elle y aille seule ou en alliance, il y a quand même des fondamentaux à défendre pour ne pas plonger le Parti dans des travers préjudiciables à son évolution. C’est là où les assises de ce weekend trouvent tout leur intérêt et sont à suivre de très près. La Rédaction

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here