Incendie au Ministère de l’Aménagement du Territoire : Le Bureau d’Adama Tiémoko Traoré parti en fumées

2
Très tôt dans la matinée d’hier mardi, un incendie s’est déclenché dans le bâtiment du Ministère des Finances, sis à l’ACI 2000. Heureusement, il y a eu plus de peur que de mal ; car, hormis les dégâts matériels, il n’y pas eu de perte en vies humaines. De la fumée noire s’échappant par des fenêtres de l’immeuble qui abrite le Ministère de l’Economie et des Finances et celui de l’Aménagement du Territoire. L’image a vite fait le tour du web, hier mardi, dans la matinée. De prime à bord, l’on croyait que c’était le Département du Ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, qui était atteint par les flammes. Logique, puisque le bâtiment a été construit pour abriter ce Département avant celui de l’Aménagement du Territoire n’y soit abrité. Ainsi, les premières informations ont fait état d’un « incendie au Ministère de l’Economie et des Finances ». Avec son humour caustique, le confrère, Seydou Oumar Traoré, lui écrivait sur sa page facebook que le « Ministère de l’argent » avait pris feu. Et de renchérir que cela intervenait dans un moment de disette pour les caisses de l’Etat. Des appels et un rapide tour sur les lieux nous ont permis de savoir qu’au lieu du Département de l’Economie et des Finances, c’était celui de l’Aménagement du Territoire qui avait été victime des flammes. Le pire a été évité ; car, le Bureau du Ministre, Adama Tiémoko Diarra, a été ravagé par les flammes. En plus du mobilier, beaucoup de données auraient été consumées par les flammes. Le pragmatisme des «soldats du feu» a permis de vite maîtriser l’incendie pour éviter plus de dégâts. Cet incendie un mois seulement après celui qui s’était déclenché au Ministère des Affaires Etrangères et qui avait tout comme celui-ci occasionné d’énormes pertes matérielles et d’archives du Département. En début de semaine, c’est l’ancienne imprimerie de l’Agence Malienne de Presse (AMAP), société éditrice du quotidien national l’ESSOR qui partait en fumées. Là également, les dégâts sont de mêmes natures. Mais si à l’AMAP, l’origine des flammes est, selon des témoins, due à un « court- circuit », pour les départements ministériels l’on ne sait encore pas l’origine des incendies. Il est clair qu’une enquête sera ouverte pour en établir l’origine. Mais, il faut toutefois espérer que les résultats ne tardent pas comme c’est le cas avec l’incendie du Ministère des Affaires Etrangères dont on ignore encore les causes. S’il y a lieu de se féliciter que ces incendies n’aient fait aucune victime humaine, il faut, cependant, dire que les départements victimes prennent leurs responsabilités pour situer les responsabilités et surtout porter à la connaissance du Public la nature des documents emportés par les flammes. Et si, toutefois, encore ils sont récupérables ou pas encore quelles seraient les conséquences qui peuvent en découler. C’est ce qui se fait dans tous les Etats sérieux. Mohamed Sangoulé DAGNOKO : LE COMBAT Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here