Processus électoral régulier et apaisé : Le programme EMERGE lancé

23
Mis en œuvre par le NDI et ses partenaires nationaux et financé par le Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, le programme EMERGE accompagne le processus électoral, les efforts de réforme et de gouvernance en cours au Mali. Le sigle EMERGE en anglais signifie « EnpoweringMaliansthrough Elections, reforms and gouvernance efforts », et en français « Renforcer le processus électoral et les efforts de réformes et de gouvernance au Mali ». Le projet a été officiellement lancé hier, mardi 22 mai 2018, pour deux ans, à l’hôtel Salam de Bamako. La cérémonie était présidée par le Secrétaire Général du Ministère de l’Administration Territoriale, Hamane Baba Maïga, qui avait à ses côtés le Chargé d’affaires politiques de l’Ambassade des Etats-Unis au Mali, Gregory Garland. Plusieurs Responsables des partis politiques y étaient présents. C’est le cas de l’Honorable Soumaïla Cissé, Me Mountaga Tall, Moussa Mara et Bocari Tréta. Qu’est-ce que le programme EMERGE ? Selon le Directeur résident du NDI, Badié Hima, EMERGE est un programme de deux ans (de janvier 2018 à janvier 2020) comportant quatre axes stratégiques. Il s’agit de : la mobilisation et la sensibilisation citoyenne avec un accent particulier sur les femmes, les jeunes ainsi que les personnes vivant avec un handicap ; l’observation électorale nationale non partisane et l’appui aux réformes à même d’améliorer la gouvernance. Le troisième volet du programme est l’appui aux femmes et aux partis politiques pour l’application effective de la loi. Enfin, EMERGE soutient les partis politiques en vue de contribuer à un processus électoral régulier et apaisé. Autrement dit, toujours aux dires de Badié Hima, le projet EMRGE est conçu et mis en œuvre pour accompagner les efforts du Département chargé des élections ainsi que les efforts des partis politiques à organiser des élections libres, justes, transparentes et apaisées. Pour ce faire, le NDI a développé deux approches dont l’appui et le renforcement des capacités des partenaires nationaux (il s’agit de les doter d’outils qui leur permettent d’avoir un impact positif sur le processus). En plus, il s’agira d’assurer la mise en œuvre du programme sur les attitudes, les perceptions, les besoins et les attentes des populations maliennes, de toutes les sensibilités (hommes, femmes, jeunes, personnes, âgées, personnes vivant avec des handicaps) et en toute inclusivité. Dans un premier temps, le NDI a identifié des partenaires maliens qui se sont regroupés en coalitions en vue de travailler ensemble sur les 4 composantes du programme EMERGE. Favoriser un climat où la société civile et les médias sont libres et indépendants Selon le Diplomate américain au Mali, Gregory Garland, la transparence et l’intégrité dans la gestion de l’élection incluent le respect de la liberté d’expression et de la variété d’opinions. «Pour exercer leur droit au vote libre, tous les citoyens, y compris ceux issus des groupes traditionnellement marginalisés, devraient comprendre les principaux enjeux du scrutin ainsi que les mécanismes du processus électoral. C’est pourquoi un élément clé du programme EMERGE serait de soutenir le Gouvernement à rendre l’information accessible à tous les Maliens », a-t-il justifié. Et de souligner : «Aucun montant de l’aide étrangère ou de notre assistance ne pourrait garantir des élections libres et équitables. L’aide internationale et bilatérale peut uniquement soutenir les efforts du Gouvernement, à qui revient la charge d’assurer un processus électoral transparent ». Pour être plus clair, Gregory Garland a soutenu que «les organes judiciaires et ceux en charge de l’application des lois doivent tous entreprendre des actions appropriées pour favoriser un climat dans lequel les Maliens pourront librement exprimer leur choix ainsi que leurs besoins en termes d’information avant et après qu’ils entrent dans l’isoloir pour l’élection présidentielle du 29 juillet ; et, par la suite, les élections municipales et régionales. Pour que des élections libres et équitables se tiennent, le Gouvernement doit continuer à favoriser un climat où la société civile et les médias sont libres et indépendants…». Hamane Baba Maïga, le Secrétaire Général du Ministère de l’Administration Territoriale, a rassuré qu’ils sont conscients, au niveau du Gouvernement, des enjeux, des délais et des défis liés à l’élection. Oumar Diakité : LE COMBAT Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here