Présidentielle-2018 : Le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, se prête à un jeu pervers

27
On aura tout vu pendant cette course présidentielle de 2018. Quitte à contourner savamment la loi électorale. Mais lorsqu’on dispose de la monnaie sonnante et trébuchante on se croit tout permis en terre malienne. Le candidat de l’Union pour la République et la démocratie (URD) se croyant le plus astucieux des adversaires politiques d’IBK a commencé ses manœuvres avant l’heure. Vivre au palais de Koulouba au frais du contribuable malien est aujourd’hui au centre de la convoitise de nombreux prétendants au pouvoir. Voilà pourquoi depuis un moment, notre pays vibre au tempo des déclarations ininterrompues de candidatures pour briguer la magistrature suprême. Cette agitation ne vise qu’un seul objectif : frapper dur sur le mental des électeurs. Mais, hélas les prétendants se trompent de cible et risque de se mordre les doigts aux termes des épreuves de campagnes. Le grand peuple du Mali, complètement dépassé par leur acharnement autour de la couronne, regarde faire le cœur serré comme une scène de Kotèba national. Le plus amusant, on se demande si les uns et les autres détiennent de véritables programmes politiques bien ficelés. Hormis l’appétit exacerbé du pouvoir, rien ne justifie autant de candidatures pour diriger un pays au bord du gouffre. Le tourbillon généré par la fièvre à vouloir devenir coûte que coûte président de la République du Mali risque d’emporter un certain candidat. Le candidat de l’URD, beaucoup trop pressé d’arpenter la pente raide pour accéder au palais présidentiel est en passe de confondre vitesse et précipitation. Or, une conception générale dit ceci : “Plus pressé que la musique, on danse mal”. Au nom d’une soi-disant investiture, le candidat de l’URD, l’honorable Soumaïla Cissé, sort la grande artillerie pour brouiller les pistes. La sagesse aurait voulu qu’il attende l’ouverture officielle de la campagne pour passer la vitesse supérieure. Emporté par sa fougue de monter à Koulouba Soumaïla Cissé à tout prix a fait son investiture en grande pompe dans le plus grand stade du Mali. Une façon pour lui de montrer sa suprématie et de se faire un bain de foule minutieusement élaboré par ses soins peu importait le prix à payer. Les rues des artères principales de Bamako ont été inondées de photos géantes. Jusqu’à nos jours ses images sont restées là. Que veut l’URD au juste ? Faire semblant de l’oublier jusqu’au mois de juin ? Personne n’est dupe et surtout ne boit pas de l’eau par les narines. Cela signifie tout simplement que chaque poster est une pierre à deux coups. D‘abord outil d’investiture avant de s’ériger en outil de campagne. Soumaïla et son équipe doivent savoir que lorsqu’on est de l’opposition c’est bien beau de passer son temps aux critiques mais on a aussi le devoir de proposer et de reconnaitre souvent les bienfaits de l’autre camp. La route qui mène au sommet du pouvoir en hauteur de Koulouba est longue et périlleuse. C’est une course de fond loin d’être celle de la vitesse. Il va falloir qu’il réduise la cadence au risque de s’époumoner assez vite avant le jour “J”… Ce qui est sûr et certain chaque candidat à l’élection présidentielle de toutes les probabilités prendra à son grade. En attendant les électeurs armés de patience les attendent au tournant. A la proclamation des résultats du scrutin, beaucoup de candidats atteints de la folie de grandeur iront voir un psy pour se soigner. Dougoufana Kéita Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here