Situation sécuritaire au centre et période post-électorale: Les leaders religieux et chefs coutumiers en apôtres de la paix au Cabinet du chef de file de l’Opposition

7
Le Groupement des leaders religieux, avec à leur tête le guide de Ançar Dine internationale, Ousmane Madani Haïdara et les chefs coutumiers ont organisé les 13 et 14 mai derniers des journées de mobilisation d’urgence face à la crise sécuritaire qui prévaut actuellement au Centre du Mali avec comme thème central : « Défendre notre humanité, notre foi et notre vivre ensemble». Après le président de la République et les partis de la Majorité présidentielle, les recommandations de ces journées ont été remises aux partis politiques de l’opposition, dont le chef de file est Soumaila Cissé. C’était le mercredi 23 mai 2018 au siège du Cabinet du chef de file de l’opposition, sis à Badalabougou. Plusieurs ténors de l’opposition ont pris part à cette rencontre dont le président du PARENA, Tiébilé Dramé, celui du FCD, Djibril Tangara, du PSP, Oumar Hamadoun Dicko, le président de l’ADP-Maliba, l’honorable Amadou Thiam, plusieurs leaders religieux et coutumiers et bien d’autres personnalités. Dans sa prise de parole en langue bambara, Ousmane Madani Haïdara rappellera que l’objectif global de ces journées était d’informer, de sensibiliser et de mobiliser les leaders religieux et les chefs coutumiers, dans un cadre d’échanges, sur leur rôle et implication dans la consolidation de la paix, la réconciliation, la sécurité et la stabilité au Mali. Au terme des travaux, dit-il, les participants ont fait des recommandations aux autorités politiques et administratives. Cela, afin qu'elles travaillent pour le retour dans les brefs délais de l’administration dans les zones où elle est absente, de veiller au principe de l’égalité et de la laïcité, de valoriser les légitimités traditionnelles et religieuses à travers un statut légal, de donner de l’emploi aux jeunes afin de réduire le chômage. Aussi, les participants ont souhaité l’organisation des séances de formations publiques sur l’Accord et le point de sa mise en œuvre sur toute l’étendue du territoire, d’un cadre d’échange entre les leaders religieux, Chefs coutumiers et la classe politique avant les élections 2018. Les participants à ces journées ont recommandé de réorienter l’éducation, de revoir le système éducatif au Mali, d’accroître et intensifier la lutte contre le narcotrafic et la consommation des stupéfiants, que l’Etat et les légitimités s’assument dans la gestion des crises etc. Enfin, selon le guide Haïdara, un accent particulier a été mis sur la bonne tenue de l’élection présidentielle du 29 juillet prochain dans la transparence et la crédibilité, afin d’éviter une crise postélectorale. Car, dit-il, «le Mali appartient à nous tous. A l’approche des élections, il est normal pour nous de parler avec la majorité et l’opposition. Nous ne sommes pas certes des politiques mais nous disons que tout doit être mis en œuvre pour la bonne tenue des élections, pour la transparence et la crédibilité du scrutin afin d’éviter une crise postélectorale. Nous prions Dieu pour que le Mali soit dirigé par celui qui amènera la paix et la quiétude dans le pays», a-t-il dit. Au passage, le guide Haïdara n’a pas manqué de féliciter l’opposition pour ses actes de sagesse. A ses dires, Soumaïla Cissé respecte les musulmans et la religion musulmane. Il a symboliquement remis une copie de la Résolution au chef de file de l’opposition malienne. En retour, Soumaila Cissé, chef de file de l’Opposition a félicité les organisateurs de ces journées. Il indique que «pour trouver une solution au conflit intercommunautaire entre les peulhs et les dogons, nous avons parlé avec les associations Ginna Dogon et de Tabital Pulaaku». Pour ce problème, dit-il «nous avons même sollicité une audience, un dialogue avec le président de la République pour qu’on puisse trouver une solution à ce conflit intercommunautaire. Nous attendons la réponse suivant la disponibilité du chef de l’Etat. Je ne doute pas qu’il va nous recevoir et qu’on va pouvoir en parler». Le chef de file de l’opposition malienne trouve que la situation au centre du pays est très grave, que c’est une guerre ethnique qui amène à la guerre civile et que notre pays n’a pas besoin de cela. «Nous sommes déjà en crise, nous ne souhaitons pas qu’il y ait une deuxième crise» a-t-il fait savoir. Concernant les élections, le candidat de l’URD à la présidentielle du 29 juillet prochain souhaite qu’il n’y ait pas une crise postélectorale. Ainsi, dit-il, «il faut anticiper sur les difficultés. C’est pour cela que nous avions nous-mêmes demandé à la communauté internationale de nous aider à la certification de ces élections pour que nous soyons tous rassurés sur la conformité des résultats». Notons enfin que cette rencontre entre les leaders religieux, chefs coutumiers et les responsables des partis de l’opposition a pris fin par les bénédictions des leaders religieux pour la Paix au Mali et pour des élections apaisées. Dieudonné Tembely Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here