64 éléments des Fama à Kidal

27
Dans le cadre du Moc à Kidal, une section des Fama composée de 47 éléments, commandée par le lieutenant-colonel Mohamed Almoustapha Touré, est bien rentrée à Kidal dimanche aux environs de 16 heures. Le gouverneur de la région de Kidal Sidi Mohamed Ag Ichrach confirme cette information. Pour lui, ça s'inscrit dans le cadre de la montée en puissance des Forces armées maliennes qui doivent être au nombre de 200 lors du Moc à Kidal. Le même quota est réservé à la CMA et à la Plateforme. Le ministère de la Défense et des Anciens combattants atteste que les 47 éléments des Fama sont bien arrivés avec l'aide des partenaires de la Minusma et de Barkhane, qui sont les garants de la sécurité dans la ville de Kidal. C'est pour cela que le convoi, dès son départ, a été signalé et suivi tout le long du parcours Gao-Kidal. Ces 47 soldats s'ajoutent à 17 autres militaires maliens arrivés deux semaines avant, pour le début du Mécanisme opérationnel de coordination (Moc) à Kidal. 13 morts à Talataye Le samedi 26 mai 2018, aux environs de 13 heures 30, des individus armés non identifiés, parlant peulh, arabe et tamashek, évoluant à bord de trois véhicules et des motos, probablement des terroristes, se sont dirigés vers Abbas Ag Istaph. «Ils ont profité de la foire hebdomadaire de Talataye pour faire un coup contre le poste du Mouvement pour le Salut de l'Azawad (MSA) situé aux abords de la dune Ofaharass à l'ouest non loin de Talataye», rapporte une source. La même source ajoute que le bilan provisoire était de 4 morts côté MSA, et un blessé avec des dégâts matériels importants. Les assaillants ont enregistré 08 morts dont le responsable Abbas Ag Istaph, natif d'Infizarène. Ils ont ouvert le feu sur un groupe d'individus qui se reposait sous un arbre faisant 05 morts sur place et 02 blessés. Ce qui fait un total de 09 morts, 03 blessés, tous des hommes. L'enseignant d'ajouter que les blessés ont été évacués sur le Centre de santé communautaire (Cscom) de la localité pour des soins. Les blessés ont été reçus par un aide-soignant. Après leur forfait, les assaillants ont pris la direction du sud-ouest, la zone comprise entre Tamkoutat-Talataye. Milice ASS Un nouveau groupe armé vient de voir le jour dans la région de Mopti, Alliance pour le Salut du Sahel (ASS). C'est un groupe composé de Peulhs du Mali et du Burkina avec comme drapeau les couleurs rouge, noire et cendre. Ils disent avoir créé ce groupe pour se défendre face à des terroristes et extrémistes. Ils vont évoluer de Djenné à Koro en sécurisant les personnes et leurs biens. Parce que l'Etat est absent dans ces localités. Le groupe est en train d'envoyer ses premières images, vidéos à tout le monde. Ils ne parlent qu'en peul dans les vidéos et sans traduction. La création de cette milice complique le travail au gouvernement malien, qui est dans une logique de désarmer toutes les forces armées dans la zone. Il y a une semaine, 4 membres du gouvernement étaient à Koro pour parler aux communautés afin de les amener à faire confiance à l'Etat. Alors que certaines communautés accusent le gouvernement de soutenir des milices et donzo contre elles. Sans candidat Pour remplacer la majorité molle CMP, une nouvelle plateforme politique et électorale composée de 68 partis politiques voit le jour. Elle se nomme "ENSEMBLE POUR LE MALI. Les partis à cette plateforme ont signé un document à l’Hôtel Maeva le samedi 26 mai 2018. C’est une plateforme de soutien au président Ibrahim Boubacar Keita. Mais ce dernier n'a pas encore officiellement déclaré sa candidature. Une énième cérémonie de sa déclaration solennelle était prévue le dimanche 27 mai 2018, elle a été reportée comme les précédentes. Les proches du président disent qu'il veut une cérémonie sombre sans grand monde avec des gens qui comptent et qui peuvent mobiliser. Sans quoi, les cartons d'invitation de la cérémonie du 27 mai 2018 avaient été lancés. Dans la même foulée, il y a eu un autre protocole d'accord pour un Mouvement des associations libres pour les idéaux d'IBK (Mali IBK). Un regroupement de plusieurs associations, clubs et mouvements pour la réélection d'IBK. De plus en plus, des voix s'élèvent pour dire au président d'aller vite parce qu'ils veulent savoir s'il sera ou pas candidat. Gao-Kidal : pas de changement Le 25/05/2018, il y a eu à Gao l'enlèvement d'un véhicule appartenant au service O.C.S Gao sis à château cité perdue (office central des stupéfiants) par des individus armés non identifiés. C'était vers 20heures 05 minutes devant ledit service. À Kidal, selon des informations reçues, Barkhane a arrêté 2 personnes au quartier aviation de Kidal le 26/4/2018 vers 19h. Ils ont arrêté un mineur (17 ans), Mossa Ag Rhissa ; son père Rhissa Ag Boubacrene leur a dit «qu'il n'était pas question qu’ils amènent l'enfant tout seul», contraignant les soldats français à amener le père et le fils. Pour l'instant, nous ignorons de quoi Barkhane accuse le mineur. Avant cela, Barkhane avait fait une descente musclée chez feu Cheick Aoussa chef, militaire du Hcua. Ils ont arrêté 5 présumés jihadistes. Méditation d'un vendredi IBK à Kangaba, d'où le rejet d'un Manika par le Mandé profond. C'était plus grave que tout ce qu'on imaginait. Jamais un chef d'Etat dans l'histoire du Mali n'a été reçu aussi froidement qu’IBK à Kangaba. «Le myope démagogue avec ses troupes, des pintades, croyait que le Mandé auquel il se réclame lui réserverait un accueil chaleureux, n'a récolté que haine et dédain de la part de ce peuple noble», dit Souleymane Keita, enseignant à Dioulafoudo. Boua pouvait être bien reçu si durant ses 5 ans, il avait pensé à cette zone. Mais c'était tout le contraire et son passé sombre au soir de son règne le rattrape et le terrasse sur un ring où ses supporters ne sont rien d'autres que ses pires ennemis qui le suivent et lui vouent un culte à cause du reste des billets de banque détournés, volés : le Rpm est un puits de billets de banque, il faut puiser jusqu'à ce que le puits se tarisse, tel est leur slogan. Collusion entre politiques et affaires Dans la logique de faire réélire son père à tout prix, le Fiston National tire les ficelles à tous les niveaux pour renverser la tendance en faveur du président IBK. Dans cette dynamique, l'honorable Karim Keita et le jeune opérateur économique Mama Lah ont décidé de passer à l’offensive. Un vaste réseau de corruption se serait mis en marche pour acheter la conscience de plusieurs jeunes du Showbiz. Des artistes et musiciens auraient reçu des sommes faramineuses pour battre campagne pour le président sortant. La somme distribuée avoisinerait plusieurs centaines de millions de nos francs. Les deux mécènes auraient distribué des centaines de millions à nos jeunes artistes pour rejoindre le camp du président sortant en perte de popularité. Quelques rares jeunes du showbiz contactés ont manifesté leur refus de participer à cette gigantesque manipulation dans l’air du temps... Le garde-boxeur de Nina Walet «Je viens d'être agressé physiquement et verbalement par le garde du corps de Nina Walet (Ministre de l'Artisanat et du Tourisme)» , nous a confié un confrère qui était à Mountougoula pour une activité de soutien à IBK. Ce garde du corps n'est pas à son premier coup. Plusieurs journalistes se plaignent de sa susceptibilité. Il doit pourtant connaître les terrains pour la guerre. Le fait de boxer un journaliste ne grandit jamais un garde du corps. On peut dire aussi qu'il est à l'image de sa patronne qui arbore toujours une mine serrée, ne souriant jamais. Elle est toujours à tirer dans les pattes de certains départements. En tout cas, ils ont mobilisé jeunes, vieux, femmes, pionniers, autorités administratives et coutumières, leaders religieux tous étaient de la fête le samedi matin sur le terrain de l'école Fondamentale de Mountougoula (Chef-lieu de ladite commune). La commune de Mountougoula est située à 8 km de Bamako sur la route Nationale 6 reliant Bamako à Ségou. La cérémonie Un' coup Ko en 2018 organisée par le Mouvement IBK en marché 2018 est présidée par M. Ibrahima Traoré, Directeur de Cabinet du président de la République et Madame Nina Wallet Intallout, ministre de l'Artisanat et du Tourisme. La couleur de la cérémonie a été annoncée par M. Diarra, maire de la Commune rurale de Mountougoula, qui a étalé les potentialités de la commune et demandé à tous les électeurs de sortir massivement le 29 juillet pour aller voter ; avant cela, de tout faire pour retirer leur carte d'électeur avant de souhaiter la bienvenue aux émissaires du président de la République. IBK : de report en report ! Cause du choix du Palais des Sports de Bamako pour la déclaration de candidature solennelle le dimanche 27 mai 2018 à 10h du président candidat IBK à l’élection présidentielle de 2018. Chronologie des faits : la commission d'organisation avait souhaité faire l'événement à Sikasso, mais le président IBK a rejeté cette proposition à cause de ses querelles personnelles avec le maire Khalifa Sanogo. L'option de Ségou a été aussi rejetée à cause des récentes manifestations du CDR. La carte de la région de Kayes a été abandonnée à cause de l'état de dégradation de la route, aussi des événements de Keniéba (marche contre le soutien à IBK) de la marche des femmes à Sadiola et de la faible mobilisation lors de son dernier voyage à Kayes. Toujours parlant du choix de Kayes, Moussa Tembiné déclare que le simple nom du président de l'ADP/Aliou Boubacar Diallo provoque de la colère chez le président IBK qui le qualifie d'ingrat et égoïste de son succès. Selon le président du Rpm, le nord étant peu bénéfique en terme de votant et instable à cause de l'insécurité, Bamako a été le choix définitif pour la déclaration de candidature. Dans un premier temps, les ténors du régime avaient décidé de choisir le 26 mars pour l'événement. Les raisons du Tigre Le PM Soumeylou Boubèye Maïga alerte le pouvoir, qu'en cas de faible mobilisation, le sort du président IBK serait scellé pour de bon le même soir du lancement de sa candidature. Ensuite, vient l'option d'aller déclarer sa candidature dans une mosquée de façon sobre, surgit de la bouche de Karim Keita, avant que le même Soumeylou Boubèye Maïga déclare que cela pousserait les chrétiens du Mali à voter contre Djobrin et le Rpm pour le restant de la vie de ce parti. Finalement, la première Dame décida que l'événement aura lieu au palais des sports de Bamako avec des invités de marque exclusivement des VIP avec une Sécurité maximum. Plus de peur que de mal L'incendie au palais, c'est un incendie qui me semble d'origine criminelle. Cela ne doit pas venir d'un court-circuit qui se propage normalement le long du conducteur, mais c'est un coffret électrique qui doit même ne pas être en service qui a cramé. Cela semble être provoqué par quelqu'un : l'incendie est resté localisé uniquement sur le coffret. La seule raison pour laquelle elle ne s’est pas répandue est à la nature des conducteurs qui laissent propager le feu. Tout le système électrique fonctionnait normalement sans qu’aucune réparation n’ait été entreprise suite à l'incendie. Donc le coffret qui a brûlé n'était pas du tout en service. La seule raison était de provoquer une situation de panique générale qui pouvait avoir comme conséquence la mort de plusieurs personnes. **** MaSoumi champion Soumaïla Cissé est un homme courageux plein d'expériences. Compréhensible, il sait comment gérer les affaires de ce pays. Soumaïla a aussi de la compétence et beaucoup de relations diplomatiques. Ayant travaillé dans les grandes organisations internationales, Soumaïla Cissé en a eu beaucoup d’expériences pour conduire le Mali et amener tous les enfants de ce pays autour la même table de paix. Le parti Urd a un noyau très riche et beaucoup d'hommes d'affaires et opérateurs économiques qui peuvent aider les jeunes à avoir de l’emploi. Soumaïla Cissé et les grands leaders religieux ont beaucoup échangé sur les situations qui peuvent faire avancer ce pays. La France reconnaissante Le dimanche 27 mai 2018, Mamadou Gassama, un Malien vivant en France, a grimpé 4 étages les mains nues pour sauver un enfant. Son acte de bravoure est rentré dans les annales de la France. Le Malien a été reçu le lundi 28 mai 2018 par le président Français Emmanuel Macron à l'Elysée. Gassama a été naturalisé et a intégré le corps des sapeurs- pompiers. Il va être régularisé par l'octroi d'un titre de séjour de 10 ans. Puis, il va demander la naturalisation française par décret. La France, par le biais de son exécutif, s'engage à lui accorder cette faveur. La procédure peut prendre un an ou 18 mois. «C'est un enfant c'est pour cela que j'ai fait cet acte», dit Mamadou Gassama. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here