Tiebilé Dramé, président du PARENA : «IBK n’a pas pitié des Maliens»

17
Le président du Parti pour la renaissance nationale (Parena) ne fait pas dans la dentelle sur la gouvernance d’IBK. «Dans l’état actuel du Mali, nous voulons un président qui a pitié du pays et de ses habitants. Or, IBK n’a pas pitié des Maliens», dit Tiébilé Dramé, connu pour son franc-parler. Du 25 au 26 mars, le Comité directeur du Parti pour la renaissance nationale a tenu son 2e conseil national extraordinaire à Bamako. À l’issue des travaux, les participants ont fait une radioscopie de la situation sociopolitique du pays. Examinant la situation politique nationale, les délégués ont salué les efforts du président Tiébilé Dramé et des membres du Comité directeur ainsi que le courage avec lequel ils ont assumé leur rôle d’opposants en stigmatisant les dérives graves du régime, la gouvernance patrimoniale faite de tâtonnements, d’improvisation, de détournements impunis des maigres ressources publiques, de pillage sans précédent dans notre histoire nationale, des ressources publiques, précipitant à nouveau le Mali au bord d’un nouvel effondrement. En ce qui concerne la question de la candidature à l’élection du président de la République le 29 juillet 2018, le Conseil national a écouté la stratégie déployée par le parti, à savoir la constitution d’une large coalition pour battre le candidat sortant afin d’éviter au Mali davantage d’épreuves et de souffrances. À cet effet, le Conseil national a salué le rôle d’artisan déterminant joué par le président du parti dans l’échec du projet de révision constitutionnelle, dans la constitution de la Coalition pour l’alternance et le changement dont le Manifeste a été signé le 29 avril 2018 et dans l’élaboration en cours du Programme minimum commun. «Considérant la nécessité de constituer une large coalition pour battre le président sortant ; considérant que depuis les élections présidentielles de 2013 et les cinq années qui ont suivi, le Parena a travaillé avec l’Union Pour la République et la Démocratie et (Urd) au sein de l’opposition démocratique et républicaine et sur le plan bilatéral ; considérant que le Parena et l’Urd ont signé le Manifeste pour l’alternance et le changement, conçu comme un impératif de survie et de sécurité nationale pour notre pays ; considérant l’engagement solennel du Parena devant le peuple malien, les peuples d’Afrique et du monde, à conjuguer et unir ses énergies et ses moyens à ceux d’une large coalition pour réaliser de manière légale et pacifique l’alternance politique au Mali à la faveur de l’élection présidentielle du 29 juillet 2018 ; considérant l’engagement et la détermination du Parena à sauver le Mali par la constitution de cette large coalition de partis, de mouvements politiques, d’associations, de leaders d’opinion, de personnalités de toutes obédiences, de citoyens de tous les horizons ; le Conseil national décide de ne pas présenter une candidature à l’élection présidentielle pour conforter l’unité de l’opposition», indique Moussa Makan Camara, ajoutant qu’en conséquence, le Conseil national décide de soutenir la candidature de Monsieur Soumaïla Cissé, candidat de l’Urd. Tiébilé Dramé justifie sa position du fait de la situation actuelle du pays. «Dans l’état actuel du Mali, nous voulons un président qui a pitié du pays et de ses habitants…». Dans les circonstances historiques particulièrement graves que «nous traversons, le Mali a besoin d’un président qui ne déclare pas, comme à Kangaba, le 24 mai dernier : Boua t’a bila, maa shi fa k’a ta», ajoute-t-il. Et de poursuivre : «Nous ne voulons pas un président qui, oubliant le contrat avec le peuple, considère le pouvoir d’État comme un héritage, une propriété privée. Le peuple malien veut un président qui voyage moins. Avouons-le : 160 voyages internationaux en moins de cinq (5) ans, c’est un peu trop pour un pays en guerre. Quarante (40) voyages par mois, c’est un peu beaucoup comme dirait l’autre. Nous ne voulons plus d’un PR qui va en Azerbaïdjan pour un forum sur la culture le jour même où l’on enterre une dizaine de Fama morts pour le Mali en mai 2017 entre Diabaly et Nampala…». Pire, selon lui, «Notre peuple meurtri ne veut plus d’un chef suprême des armées qui couvre le détournement de dizaines de milliards de francs CFA destinés à notre armée en guerre. Nous ne voulons plus d’un président qui considère la constitution de 1992 comme un chiffon de papier qu’il a violée dès son entrée en fonction en refusant de faire la déclaration publique de ses biens comme l’exige notre loi fondamentale. Nous ne voulons plus d’un président qui a tenté de tripatouiller en juin 2017, sans consultations, une constitution écrite avec le sang de nos martyrs. Notre peuple qui souffre tant ne veut plus d’un président dépensier et budgétivore…». Et Moussa Makan Camara de justifier alors leur choix pour Soumaïla Cissé : «C’est pourquoi nous avons pris la décision de faire de Soumaïla Cissé le porte-étendard du bélier pour réaliser l’alternance et le changement auxquels aspirent des millions et des millions de Maliens, d’amis du Mali. Avec Soumaïla Cissé et les camarades de l’Urd, des Fare-An Ka Wuli, du Psp, de la Fcd, du Pdes, de l’Adéma et avec les camarades de bien d’autres partis, nous nous sommes opposés, ensemble, au coup d’État de 2012, ensemble, nous nous sommes opposés à la tentative de bricoler la constitution, ensemble, nous nous sommes opposés aux politiques qui ont fragilisé le Mali depuis cinq ans. Il n’est pas étonnant que nous nous retrouvions dans le vaste mouvement pour l’alternance et le changement, pour ouvrir de nouveaux horizons pour notre pays». Zan Diarra Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here