Présidentielle du 29 Juillet 2018: Moussa Mara, une fois élu, privilégiera le bien-être des Maliens !

1
Le projet de société du candidat de Yéléma à la présidentielle de 2018, Moussa MARA, a été expliqué à la population, le 21 Mai dernier au conseil de cercle de Kati. Faut-il le rappeler sa maison paternelle se trouve dans cette ville dont son père a été le maire pendant des années. Ce deuxième chapitre du projet de société de l’ancien PM et candidat à l’élection présidentielle de Juillet prochain, a été consacré à la construction d’un nouveau type de Malien. Cela s’inscrit en droite ligne des objectifs du parti. Ce pacte qui a été élaboré touche tous les domaines du développement humain durable. A savoir, la santé, l’éducation, la formation, l’emploi des jeunes et la promotion des femmes. Dans ce projet de société, sur le plan de la santé, une amélioration sera faite au niveau de la gouvernance de ce secteur qui connait beaucoup de problèmes. Les Maliens devraient être associés à la gestion de leur situation sanitaire et faire en sorte que la question des agents de santé soit une affaire de tous. Comment peut-on croire que parmi les 1200 CSCom du pays 750 soit les 2/3 n’ont pas de médecins, un dispositif de médecin de campagne devrait être mis en place, a expliqué M. MARA. Le système de gouvernance des hôpitaux nationaux, régionaux et les Centres de santé de référence sera renouvelé afin qu’il y ait la méritocratie, a-t-il ajouté. Selon le candidat Moussa MARA, les médicaments en dénomination commune internationale doivent être disponibles (DCI) dans toutes les pharmacies de tous les CSCom. Le système éducatif et celui de la recherche doivent être réunis dans un seul département ministériel pour assurer la cohérence au sein de l’éducation nationale. Les performances du système de soutien à l’emploi pour créer 50 000 emplois chaque année et sur l’ensemble du pays doivent croitre en permanence. Dans le secteur de la promotion de l’emploi, 10 milliards supplémentaires par an seront affectés à ce segment. Les jeunes seront mis en avant dans l’identification des enjeux (ils proposeront les idées et les stratégies) et la conduite des actions à leur bénéfice. Une opération sera lancée avec les collectivités sur l’accès des jeunes aux services urbains. Une carte jaune obtenue en contrepartie du paiement de la taxe de développement locale (TDRL) devrait donner droit à une réduction de 50% de tarif normal de transport après négociations avec les transporteurs contre une baisse de leur vignette. Les collectivités des conseils municipaux de la jeunesse exclusivement composés de jeunes dont 50% de jeunes filles travailleront avec les élus pour prendre en compte les préoccupations de la jeunesse au plan local. L’Etat, en partenariat avec les collectivités, prendra des initiatives pour l’autonomisation des femmes rurales avec le financement d’au moins dix projets d’autonomisation des femmes dans chaque commune du pays avec une enveloppe globale de 10 milliards de FCFA chaque année. Ce plan une fois mis en œuvre agira sur la profondeur de la pauvreté. Seydou Diarra Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here