L’UEMOA a “l’une des croissances les plus fortes en Afrique“ (BCEAO)

31
Le gouverneur de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Tiémoko Meyliet Koné, s’est félicité de la bonne tenue de l’économie dans l’UEMOA. Le taux de croissance dans l’Union figure parmi les plus fortes sur le continent. "Cette croissance qui a été amorcée depuis 2012, continue à un niveau que nous considérons comme satisfaisant puisqu’elle est supérieure à 6 %. C’est l’une des croissances les plus fortes en Afrique, l’heure actuelle", a dit le Gouverneur Tiémoko Meyliet Koné à la presse. Le Comité de politique monétaire de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest se réunissait, ce mercredi, 6 juin, au siège de l’institution, à Dakar. La rencontre s’est déroulée sous la présidence de Monsieur Tiémoko Meyliet Koné, Gouverneur de la BCEAO, président du Comité de politique monétaire. Le CMP a examiné les principales évolutions de la conjoncture économique internationale et régionale. Au plan international, la BCEAO relève "que l’activité économique est restée dynamique à l’échelle mondiale au premier trimestre 2018." Sur le plan régional, le Comité de politique monétaire a noté une activité économique vigoureuse dans l’Union, au premier semestre de l’année 2018. Ainsi le produit intérieur brut réel a progressé. Cette progression du PIB réel est “soutenue principalement par la demande intérieure“. Le produit intérieur brut réel s’établit à 6,5 %, en glissement annuel, après 6,4 % du trimestre précédent. Toujours sur la situation économique de l’Union, le Comité de politique monétaire a noté un accroissement de la masse monétaire qui s’élève à 8,8 %. Par ailleurs, le CPM observe un taux d’inflation, en glissement annuel, de 0,9 % pour le premier trimestre. Il est à noter une stabilité du taux par rapport au trimestre précédent. Évoquant le déficit budgétaire pour l’ensemble de l’année 2018, le Comité de politique monétaire de la BCEAO le situe, “base engagement, dons compris“, à 3,8 % du produit intérieur brut, contre 4,2 en 2017. L’objectif communautaire étant fixé à 3,0 %, le CPM préconise la poursuite des efforts de mobilisation des recettes et de rationalisation des dépenses publiques. Au regard de ces évolutions, le Comité de politique monétaire a décidé de maintenir inchangés ses principaux taux directeurs. MC Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here