Qu’est ce qui fait courir Soumi ?

187
Au regard de la stratégie de communication du chef de file de l’opposition, Soumaila Cissé, les langues se délient et condamnent sa manière de communiquer qui consiste à ramener tout à sa personne. Toutes les occasions sont bonnes pour ramener toutes les activités de l’opposition et de la coalition pour l’alternance à la personne de Soumi. A titre d’exemple, après la marche qui a été contenue par les forces samedi dernier, deux communiqués sortie d’une réunion qui n’a pas réuni tous les leaders de la coalition pour l’alternance, ont été publié ; l’un porte l’entête du cabinet du chef de file de l’opposition, l’autre cette de la coalition pour l’alternance. Pire, la coalition des baptiseurs qui prévoit d’animer une conférence de presse le huit juin prochain, jour de la marche décrétée par le chef de file de l’opposition et ses associations, une curieuse coïncidence qui donne déjà des débats que la méthode de Soumi envers ses camarades de l’Opposition. Les commentaires vont sur l’attitude du cabinet du chef de file de l’opposition. Que comprendre donc dans ce jeu jugé machiavélique çà et là de Soumi et de son équipe qui veulent faire croire à l’opinion nationale et internationale qu’il y a une unanimité autour de sa personne ? Loin s’en faut. « Ce qui est archi faux », rétorque un jeune leader. La création d’une nouvelle coalition prouve à suffisance déjà que Soumi ne constitue pas le candidat unique, ni rassembleur de l’opposition. Pire, il lui est reproché sa politique de débauchage d’élus au sein des autres formations ; ce qui a créé un climat délétère au sein de la plateforme et surtout, sa tentative à ramener toute la communication autour de sa personne, irrite bien de leaders qui se méfient de l’homme tout comme sa manière de faire pour une alternance véritable au Mali, même s’il faut emprunter d’autres voies à condition que l’actuel locataire de Koulouba quitte le palais pour le lui céder puisque dans son entourage, on clame sans sourciller, que c’est son tour qui a sonné oubliant que c’est dieu qui donne le pouvoir . Quel dommage ?», a martelé notre interlocuteur. A ce rythme, il n’est pas exagéré de dire que l’union sacrée de cette opposition, n’est pas pour demain. Et il est fort probable que ce chef de file dont lui et ses partisans se voient déjà à Koulouba avant même l’élection présidentielle de part des propos et actes, qu’il ne soit isolé en perdant le soutien de bien de leaders de l’opposition et non les moindres connus pour leur modération, surtout leur sens élevé du respect de l’état de droit et de la démocratie. Affaire à suivre ! La Rédaction Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here