Gouvernance, Paix et Sécurité au Mali : La société civile se constitue en un observatoire pour apporter sa contribution

3
Pour impulser une dynamique visant à se mobiliser autour de la sécurité afin de créer les conditions d’une bonne collaboration entre les acteurs étatiques et non étatiques du secteur de la Sécurité et faire de la sécurité une affaire de tous les citoyens, des structures de la société civile malienne se sont constituées en un observatoire. Dénommée Observatoire malien des organisations de la société civile pour la gouvernance, la paix et la sécurité, l’initiative de sa mise en place a été soutenue par l’Institut National Démocratique (NDI) et l’ambassade de la Norvège au Mali. Devenir un cadre de référence au plan national et sous régional en matière de promotion de la Bonne Gouvernance, des Droits de l’Homme, de la Paix, de la Sécurité, de la Prévention et de la Gestion Non Violente des Conflits ; telle est la vision de cet observatoire composé de ARGA Mali (Alliance pour la Reforme de la Gouvernance en Afrique), de la CONASCIPAL (Coalition Nationale de la Société Civile pour la Paix et la lutte contre la Prolifération des Armes Légères), de WANEP Mali, du réseau des blogueurs du Mali, Réseau Femmes du Sahel, Amnesty International etc. S’étant fixé pour mission de fédérer les organisations de la société civile œuvrant pour la sécurité, de promouvoir et renforcer leur rôle et leur capacité opérationnelle au moyen d’une plateforme sous régionale commune à l’espace du Liptako- Gourma, l’observatoire se veut le développement de l’expertise de la Société Civile en vue d’une meilleure participation citoyenne à la réforme et au contrôle de la gouvernance du secteur de la sécurité. A peine a t-il vu le jour le jeudi 07 juin 2018 à l’hôtel Onomo à la suite d’un atelier préparatoire initié et soutenu par le NDI, cet observatoire a organisé une conférence de presse dite de présentation. Animée par son directoire sous la houlette de son président M. Ambroise Dakouo d’ARGA-Mali, cette rencontre d’avec les hommes des médias était d’expliquer le fonctionnement de ce nouveau-né. Ainsi, après lecture de la charte de l’Observatoire, le président de son directoire s’est attelé à la présentation de la stratégie conçue pour mener à bien la mission assignée à la structure. M. Dakouo a axé cette stratégie autour de quatre axes. Il s’agit selon lui de la contribution à la Gouvernance et réforme du secteur de la sécurité. Celle-ci passe par l’appropriation nationale de la RSS, du DDR et du MOC. La prise en compte du genre et la promotion de la sécurité humaine ne sont pas du reste dans cet axe. Le second axe de la stratégie est, selon le président Dakouo la contribution à la construction et à la consolidation de la paix, de la promotion des droits humains. L’observatoire entend également passer par la contribution à la lutte contre les nouvelles formes d’insécurité à savoir l’extrémisme violent, la radicalisation, le terrorisme, la criminalité transnationale et la cybercriminalité pour atteindre ses objectifs. Le dernier point avancé par M. Dakouo pour le compte de la stratégie de l’Observatoire, est la promotion de la gouvernance démocratique et de l’appui aux réformes politiques et institutionnelles. Il s’agit ici, aux dires du président, de la régionalisation (décentralisation), de la lutte contre la corruption dans le secteur de la sécurité et le contrôle démocratique de ce secteur. André SEGBEDJI/abamako.com Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here