Marche du 2 juin dernier: le J-EPM accable l’oposition

25
La Maison de la presse a abrité, mercredi dernier, une conférence de pesse animée par la jeunesse de la Plateforme d’alliance ‘’Ensemble pour le Mali’’. Ladite conférence avait pour objectif de mettre à nu les ambitions cachées des responsable de l’Opposition dernière cette marche interdite, à seulement quelques jours de de l’élection présidentielle. C’était animé par l’honorable Moussa TIMBINE, Président des jeunes du Bureau politique national du RPM et premier vice-président de l’Assemblée nationale. ‘’Est-il normal des troubles, en défiant nos institutions à deux mois de la présidentielle ? Le cas de la marche interdite de l’opposition’’, était le thème de cette conférence de presse qui a été l’occasion pour l’honorable TIMBINE de démontrer à l’opinion nationale et internationale que l’Opposition malienne est de mauvaise foi, en ce qui concerne la tenue d’une élection apaisée et sécurisée au Mali. D’entrée de jeu, le député élu en CV explique le choix du thème. Selon lui, l’Opposition avait déclaré avoir pris acte du communiqué interdisant la marche du 2 juin, avant de braver l’autorité d’État. « Il avait affirmé en avoir pris acte. Mais contre toute attente et au mépris dudit communiqué, elle a insisté à réaliser sa marche. Toute chose qui a causé des troubles et a mis à mal la quiétude de la population de Bamako et celle de l’intérieur du Mali. Face à ce constat, nous avons décidé de nous interroger, s’il est vraiment normal de semer des troubles en défiant nos autorités et par conséquent, les autorités qu’ils incarnent, d’où le présent thème », a-t-il expliqué. L’honorable TIMBINE a déploré cette descente de l’Opposition dans la rue, en ce mois béni et serein de Ramadan, pour réclamer une transparence pour la prochaine présidentielle et une libération de la chaîne de télévision nationale ORTM qui serait, selon les responsables de l’opposition, sous l’emprise du pouvoir. Contrairement aux marcheurs qui ont dénoncé une agression par les forces de l’ordre, le président de la jeunesse ‘’EMP’’ a déploré que les éléments de l’opposition se sont attaqués aux forces. «C’est avec violence qu’ils se sont attaqués aux forces de l’ordre et de sécurité par des jets de pierres et autres projectiles. Le bilan déplorable a fait état de blessés tant au sein de la Police que du côté de l’opposition », a-t-il regretté. Il s’est cependant réjoui qu’il n’y ait pas eu de perte en vie humaine ni de dégât matériel. A cet effet, selon le conférencier, les jeunes du mouvement par sa voix trouvent que l’opposition du Mali a toujours pleinement joui de ses libertés politiques, depuis l’accession au pouvoir du Président IBK. « Toutes les fois que l’opposition a décidé de manifester, les autorités lui ont toujours accordé et encadré ses marches. L’on se souvient de différentes marches que l’opposition avait organisées, pour manifester son refus de la tenue du référendum portant sur la révision constitutionnelle. Les forces de l’ordre ont toujours accompagné et facilité les marches de l’opposition. Si cette fois-ci qui est d’ailleurs une première, les autorités ont interdit, à cause de l’Etat d’urgence, pourquoi l’opposition n’a-t-elle pas obéi à cela ? Les responsables de l’opposition sont assez mûrs et avertis et l’on s’étonne qu’ils n’aient pas pu respecter les dispositions de notre Constitution qu’eux-mêmes prétendent défendre », s’est-il étonné. Comme pour enfoncer le clou, l’honorable TIMBINIE accuse l’opposition de mettre des commandos armés aux alentours des maisons de personnalité. « Dans son comportement du samedi dernier, tous les observateurs ont remarqué une attitude insurrectionnelle. Toute chose que l’opposition elle-même précise le lendemain lors de sa conférence de presse. Elle a avoué avoir mis aux aguets, aux alentours des maisons des personnalités, qu’elle aurait ciblées », a-t-il fait le rappel. Autant de faits qui accablent notre opposition qui s’est pourtant toujours qualifiée de républicaine. Il les a ainsi appelés à la retenue. Car, selon lui, il n’est pas bénéfique de vouloir créer le désordre dans le pays et surtout ici à Bamako. «Nous condamnons la façon dont l’opposition mène actuellement sa lutte politique. Elle ne rend pas service aux Maliens qui sont déjà trop traumatisés par la crise que nous traversons tous. L’opposition, en détruisant l’image de nos instituions, s’est profondément disqualifiée », a-t-il clamé. Il a ainsi fait un appel solennel aux Maliens en finissant son exposé. « Nous appelons toutes les Maliennes et les Maliens de ne pas suivre ces aventuriers du chaos. Ces gens qui n’aiment pas le Mali et capables de sacrifier tout le monde pour venir au pouvoir. Ces gens qui tourment dos à la démocratie et qui croient que le pouvoir est dans le rue. Non ! Le pouvoir s’obtient dans les urnes et non dans la rue, sur la base de violence qu’ils veulent semer », a-t-il rappelé PAR CHRISTELLE KONE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here