Marche réprimée de l’opposition: La majorité présidentielle donne tort à l’opposition

28
Suite la marche interdite de l’opposition, réprimé par le Gouvernement, le samedi 2 juin passé, la Plateforme de la majorité présidentielle ‘’ Ensemble pour le Mali” a animé, ce mardi 5 juin 2018, une conférence de presse, à la Maison de la presse. L’objectif était de porter les éclaircissements sur les faits. Elle a été animée par le Président de ladite plateforme, Dr. Bocar Tréta, accompagné par plusieurs personnalités. La majorité présidentielle est clairement et totalement en phase avec le gouvernement quant à la préservation de l’ordre public, assène le Président de la Plateforme de la majorité présidentielle ‘’Ensemble pour le Mali’’, Dr. Bocar Tréta, dans ses propos préliminaires. Il estime que concernant la marche ‘’interdite’’ tenue par l’opposition, celle-ci n’avait pas d’arguments sérieux et crédibles, car elle a bouclé l’essentiel de ses revendications. Au dire de lui, pour contester une décision administrative, comme dans ce cas d’interdiction de la marche, il y a des voies de recours plus démocratiques existent que l’opposition devrait entreprendre, en dehors de la défiance… et de la bravade dans la rue. A l’en croire, l’opposition récuse le refus de l’autorisation du gouverneur en maintenant sa marche prévue le samedi passé et ouvrant la polémique sur les raisons invoquées. En outre, il estime que l’opposition a appelé ses militants à défier la légalité et à braver les forces de l’ordre. L’Etat d’urgence est une loi de la République que chacun doit impérativement respectée, souligne le Dr. Tréta et de préciser qu’IBK en tant que candidat n’aura pas plus de temps d’antenne qu’un autre candidat sur l’ORTM. Par ailleurs, l’ORTM en tant que media public, naturellement est appelé à couvrir les activités du Président de la République, comme cela se passe partout au monde. « Cela a été ainsi avant IBK, cela sera ainsi après IBK », soutient-il. En sus, cette Plateforme félicite et encourage le Gouvernement qui, de bonne foi, à la demande de l’opposition a fait auditer par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) le fichier électoral ; supprimé les cartes NINA et réintroduit la carte d’électeur biométrique et réaffecté 2 assesseurs de l’administration aux partis politiques de la majorité et de l’opposition. Par ailleurs, il est à souligner que l’opposition a tenu, une marche qui a été interdite par le Gouverneur du district de Bamako et réprimée par la force de l’ordre et elle a reprogrammé ce vendredi 8 juin prochain par l’opposition. S.B. TRAORE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here