Discours du ministre Maouloud Ben Kattra lors de la 2ème session du Comité de Pilotage du Projet FAO

1
Madame la Représentante du Ministre de la Jeunesse, Monsieur le Représentant du Ministre de l’Agriculture, Excellence, Monsieur le Représentant du Grand-Duché du Luxembourg, Monsieur le Représentant de la FAO au Mali, Monsieur le Président du conseil Régional de Sikasso, Monsieur le Président du Conseil Régional de Ségou, Mesdames, Messieurs les Partenaires Techniques et Financiers œuvrant au Mali, Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Professionnelles Agricoles, de la Société Civile et du Secteur Privé, Mesdames et Messieurs les membres du Comité de Pilotage, Monsieur le Coordinateur National du Projet FAO « Contribution à l’insertion professionnelle et au renforcement de la résilience des jeunes en milieu rural dans le centre sud au Mali », Distingués invités en vos rangs, grades et qualités respectifs, Mesdames, Messieurs, C’est un réel plaisir pour moi de présider la cérémonie d’ouverture de cette deuxième session du Comité de pilotage du Projet GCP/MLI/044/LUX « Contribution à l'insertion professionnelle et au renforcement de la résilience des jeunes en milieu rural dans le centre sud au Mali ». Je tiens à remercier chacun d’entre vous pour votre présence et votre pleine bonne volonté à contribuer à l’amélioration du secteur de l’Agriculture au Mali. Honorables invités, Mesdames, Messieurs, Le chômage, le sous-emploi et la pauvreté, parce qu’ils sont au cœur de la demande sociale, constituent de nos jours un des sujets majeurs de préoccupation des pouvoirs publics. La population totale du pays est estimée à 18 millions de personnes, selon l’Enquête Nationale sur l’Emploi auprès des Ménages (ENEM 2016), dont 50% de femmes. Les ruraux comptent pour les trois quarts de cette population et les urbains pour un quart. Ce quart est réparti entre Bamako pour moitié et le reste urbain pour l’autre moitié. Cette population en âge de travailler, regroupant les 15 ans et plus, compte pour un peu moins de la moitié de la population totale ; soit (48,9%). Elle se décompose de 61% de la population en emploi, le reste représente la population hors main-d’œuvre et la population au chômage. Mesdames, Messieurs, Il est admis que le futur des espaces ruraux est lié à celui des jeunes qui y vivent. Souvent considérés comme « l’avenir du territoire », les attitudes et modes de vie de ces jeunes sont au fond mal pris en compte. Leur grand besoin de mobilité qui exprime une aspiration à un mieux-être légitime, se caractérise par trois formes qui coexistent : une mobilité locale, une mobilité alternante et une mobilité pour la sédentarité. Elles mettent en évidence des représentations contrastées de la ruralité et une réelle attirance pour l’installation en milieu rural. Elles témoignent également des différentes dispositions socioculturelles des jeunes face à la mobilité, mais aussi et surtout d’un bouillonnement d’énergie à la recherche de sa voie d’expression. Voilà autant de variables importantes à prendre en compte par l’action des pouvoirs publics. Nous adressons donc la profonde gratitude de Son Excellence El hadj Ibrahim Boubacar Kéïta et du Premier Ministre Soumeylou Boubeye Maïga au Grand-Duché du Luxembourg qui, dans le cadre du Programme Indicatif de Coopération (PIC III, 2015-2019), appuie le Gouvernement du Mali dans ses efforts visant à réduire la pauvreté. Cela, à travers un appui à la croissance inclusive et durable et à la réduction de l’insécurité alimentaire ainsi que l’appui au retour de la paix et de la stabilité au nord du Mali. Honorables invités, Mesdames, Messieurs, Le Gouvernement de la République du Mali s’est fixé comme ambition une stratégie de croissance plus stable et créatrice d’emplois durables. Cette stratégie de croissance est axée sur le secteur agro-sylvo-pastoral et la diversification agricole. Elle définit aussi la formation et l’insertion professionnelle, notamment celle des jeunes chercheurs d’emplois, comme l’une des priorités du Gouvernement. Cette stratégie bénéficie de l’appui de nombreux partenaires au développement du Mali. Ainsi, le projet GCP/MLI/044/LUX, mis en œuvre par la FAO sous la tutelle de mon département et en étroite collaboration avec le Ministère de l’Agriculture, l’Organisation non gouvernementale (ONG) SOS-faim et le Bureau International du Travail (BIT), se veut une contribution à cette stratégie à travers notamment les outils et approches qu’il développe autour de la question de la formation et l’insertion professionnelle des jeunes ruraux. En cela, il se propose de répliquer dans la Zone de concentration Sud du PIC III que sont les régions de Ségou (Cercle de Ségou, San, Tominian, Bla) et Sikasso (Cercle de Yorosso), une approche novatrice de formation des jeunes et de leur insertion basée sur l’approche JFFLS (Junior Farmer Field and Life Schools) et le Partenariat Public-Privé comme approche intégrée de renforcement de capacités et d’insertion professionnelle des jeunes filles et garçons des zones rurales dans les chaînes de valeur agroalimentaires porteuses. C’est un projet qui contribuera directement à la création d'au moins 200 nouveaux emplois et à l’amélioration de la qualité d’environ 500 emplois pour les jeunes femmes et hommes ruraux. Honorables invités, Mesdames, Messieurs, La présente session permet d’évaluer le niveau d’exécution des recommandations du premier Comité, d’apprécier l’état d’avancement des activités au cours de l’année 2017 et de valider les programmations techniques et financières de l’année 2018. J’exhorte l’ensemble des Participants à des débats fructueux lors ce Comité de pilotage, afin que les résultats soient à la hauteur de nos attentes. Honorables invités, Mesdames, Messieurs, Avant de terminer, je tiens à remercier le Grand-Duché du Luxembourg pour la confiance dont il témoigne à l’égard de l’expertise de la FAO. Je puis vous rassurer de la totale disponibilité de mon département à soutenir toutes les initiatives qui concourront à un développement durable et inclusif du Mali. C’est sur ces mots que je déclare ouverts les travaux de la 2ème session du Comité de Pilotage du Projet GCP/MLI/044/LUX : « Contribution à l’insertion professionnelle et au renforcement de la résilience des jeunes en milieu rural dans le centre sud au Mali ». Je vous remercie de votre aimable attention Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here