Mali: un rapport de Guterres pointe la dégradation de la situation sécuritaire

2
Le Conseil de sécurité de l'ONU doit étudier ce jeudi 14 juin le rapport du secrétaire général suite à la mission d'Antonio Guterres au Mali fin mai. Rendu public lundi, ce rapport recommande la prorogation pour un an du mandat de la Minusma. Le texte alerte aussi sur une dégradation de la situation sécuritaire et des divisions accrues entre communautés. Le document réaffirme le soutien de l'ONU à l'accord de paix signé il y a trois ans, mais réclame une accélération de sa mise en œuvre car « le rythme actuel d'application de l'accord de paix, s'il reste inchangé, risque de porter atteinte à sa crédibilité », estime l'ONU. « La dégradation continue des conditions de sécurité », notamment dans le centre du pays, préoccupe particulièrement le secrétaire général de l'ONU. Les incidents liés à la sécurité ont augmenté de 200% au cours de la dernière année, pointe le rapport qui s'inquiète du recours accru à des engins explosifs improvisés. Leur utilisation a doublé en 2018. Au-delà des nombreuses attaques perpétrées par les groupes armés, le texte rendu public comptabilise trois fois plus d'atteintes aux droits de l'homme cette année et en particulier 239 exécutions extrajudiciaires, 25 enlèvements, et 42 détentions illégales. Le rapport pointe notamment la responsabilité des forces armées maliennes, mais aussi des groupes signataires de l'accord de paix tout comme de groupes dissidents. Dans la région de Ménaka frontalière du Niger où opèrent deux d'entre eux, le MSA et le Gatia, le document déplore la mort de 143 civils. Une insécurité qui provoque des déplacements de populations. 137 000 Maliens toujours réfugiés dans les pays voisins. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here