Election présidentielle de 2018 : la CENI à bonne école

23
L’ouverture d’un Séminaire de deux jours, organisé par la Commission electorale nationale indépendante (CENI) a eu lieu hier mardi 19 juin à l’hôtel Radisson Blue de Bamako sous l’égide de son président, Amadou Ba avec à ses côtés le représentant du Premier ministre M. Tiena Coulibaly, ministre de la Défense et des Anciens combattants, le Général Siaka Sangaré, Délégué général aux élections et le représentant de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) M. Saidou Alpha Kane. Le séminaire a pour thème « le rôle et place de la CENI dans l’organisation des élections générales au Mali ». La Commission électorale nationale indépendante est l’un des organes de la gestion des élections générales du Mali selon la loi 2016-048 du 17 aout 2016. La CENI est une autorité indépendante, elle est composée au niveau nationale, régionale, locale, communale et dans des juridictions diplomatiques et consulaires de façon paritaire entre les représentants des partis de la majorité, de l’opposition et de la société civile. Selon l’article 3 de cette loi, la CENI est chargée de la supervision et du suivi des opérations référendaires, de l’élection du président de la République, des députés et les conseillers communaux des collectivités territoriales. Et dans l’article 14 de la même loi, il est stipulé que la CENI et ses démembrements veillent à la régularité du référendum et les élections générales à travers la supervision et suivi des opérations notamment l’établissement et la révision de la liste électorale à l’occasion des élections référendaires et des élections générales. C’est pourquoi, le président de la CENI, Amadou Ba, a tenu à rappeler que « la CENI s’occupe de la préparation et la gestion des fichiers électoraux. La confection, l’impression et la remise des cartes électeurs biométriques à l’occasion des élections référendaires et élections générales. La mise en place des matériels et des documents électoraux, le déroulement général de la campagne électorale, les opérations de délivrance des procurations, les opérations de vote, le dépouillement des bulletins de vote, le dénombrement des suffrages, la transmission des procès-verbaux, la centralisation et la proclamation des résultats. La CENI est chargé de la gestion des observateurs nationaux et internationaux ». Il ajoutera qu’ « au regard de tous ces attributs la CENI occupe une place centrale dans le processus électoral. L’organisation de ce séminaire entre dans le cadre du renforcement des capacités de ces acteurs qui sont en charge de la préparation et l’organisation des élections générales et en particulier l’élection du président de la république. Le cadre juridique de la mission de supervision et du suivi de la CENI, le rôle de la CENI en tant qu’organe de la supervision et du suivi du processus électoral comme exemple de la CENA du Sénégal, l’observation électorale et de la crédibilité des élections, quel type d’interaction entre la CENI et les autres organes du processus électoral et le rôle de la commission électorale, du ministère de l’administration territoriale, de la délégation générale aux et la cour constitutionnelle seront entre autres des sujets abordés au cours de ce séminaire. La bonne organisation des élections facteur de consolidation de la démocratie et de la prévention des conflits électoraux. Ainsi les échanges au tour de ces différents thèmes permettront-ils de consolider les aptitudes des participants qui pour la plupart des hommes et des femmes d’expertise ? L’organisation des élections est une école et aucune élection ne ressemble à l’autre : le contexte, les enjeux, les défis et les temps changent en permanence ». Moriba Camara Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here