Découverte des fosses communes à Kobaka et Nantaka : Le Canada met en demeure le Régime d’IBK

0
Depuis la semaine dernière, la probabilité d’implication des FAMA, l’armée malienne dans une affaire de meurtre collectif de Peuls et la découverte des charniers dans le centre du pays ne cessent de défrayer la chronique. En effet, le Canada vient de demander au Gouvernement malien d’ouvrir rapidement une enquête officielle, et à la mener en toute transparence, cette fois-ci. Selon un communiqué de l’Ambassadeur du Canada au Mali, Louis Verret, rendu public hier jeudi 21 juin, le Canada continuera de suivre de près le développement de ce dossier et s’attend à ce que les Responsables de ces crimes odieux soient traduits en justice. Quel discrédit pour le Président sortant Ibrahim Boubacar Kéïta aux yeux de la Communauté internationale ? L’accusation a été contestée par la hiérarchie militaire, mais le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéna Coulibaly, a affirmé, à travers un communiqué, le mardi dernier, l’information relative à la découverte de trois fosses communes contenant 25 corps sans vie dans les localités de Kobaka et Nantaka. «Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que la mission de vérification dépêchée sur le terrain confirme l’existence des fosses communes impliquant certains personnels des FAMA dans des violations graves ayant occasionné la mort d’Hommes à Nantaka et Kobaka, dans la Région de Mopti », avait reconnu le Ministre T. Coulibaly. En reconnaissant l’implication des FAMA dans cette affaire, le Ministère de la Défense et des Anciens Combattants vient d’ouvrir un véritable boulevard pour ceux qui avaient longtemps eu à émettre de sérieux doutes sur le professionnalisme de notre armée nationale. Ce qui donne raison également aux organisations de Défense des Droits de l’Homme qui ont toujours dénoncé des exactions commises par des soldats maliens contre la communauté peule. Le Canada met en demeure le Gouvernement malien Deux jours après la communication du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants sur les fosses communes, le Canada hausse le ton. À travers son Chef de Mission diplomatique et consulaire accrédité au Mali, le Canada exprime sa préoccupation et son engagement à suivre de très près ce dossier d’exactions commises. Hier, jeudi 21 juin, dans un communiqué dont nous avons reçu copie, l’Ambassadeur canadien déclare : « Le Canada est profondément préoccupé par les graves violations des Droits de la personne impliquant les forces militaires maliennes ». Dans sa déclaration, Son Excellence Louis Verret, précise que son pays est «profondément préoccupé par la révélation que les forces militaires maliennes ont été impliquées dans des exécutions extrajudiciaires à Kobaka et à Nantaka, dans la Région de Mopti. Le Canada prend acte de la déclaration du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Monsieur Tiéna Coulibaly, qui reconnait la participation des forces maliennes, et de son engagement à prendre des mesures pour faire face à cette évolution critique». Et, plus loin, il s’est montré très ferme tout en exigeant au Gouvernement du Mali la transparence dans les enquêtes. «Nous exhortons le Gouvernement malien à ouvrir rapidement une enquête officielle et à la mener en toute transparence », a-t-il sommé les autorités maliennes. Selon lui, le retour de la sécurité et de la stabilité dans le Centre et le Nord du Mali est directement lié au respect des Droits de la personne humaine et du Droit international humanitaire par les forces de sécurité. Ainsi, il alerte ouvertement que: «Le Canada continuera de suivre de près les développements de ce dossier et s’attend à ce que les Responsables de ces crimes odieux soient traduits en justice». Cette fermeté du Canada sera sans nul doute suivie par d’autres membres de la communauté internationale par rapport à cette affaire d’exactions amputée aux FAMA. De toutes les façons, les Défenseurs des Droits de l’Homme et l’association Tabital Pulaaku ont toujours accusé l’Armée malienne d’exactions sommaires contre les peulhs de la Région de Mopti. D’ailleurs, toutes les victimes de ces charniers étaient de la seule ethnie peule. Pour notre part, nous maintenons notre question : «Oui ou non, le temps a-t-il donné raison à l’association Tabital Pulaaku qui doigtait récemment le Premier Ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, et son mentor IBK pour avoir poussé l’Armée à la chasse aux peulhs ? ». En tout état de cause, selon plusieurs observateurs, c’est un discrédit, du moins une tache noire mettant en cause l’aptitude du Président sortant, Ibrahim Boubacar Kéïta, à mettre en place une administration digne de confiance autour de l’Armée malienne dans le cadre de sa mission régalienne. Oumar Diakité : LE COMBAT Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here