Le candidat de l’ADP-Maliba, Aliou Boubacar Diallo donne l’avant-goût de son programme ambitieux pour le mali 15.000 milliards de Fcfa pour booster l’économie malienne et instaurer une paix durable

9
Plusieurs candidats, des responsables de parti politique et d’organisations de la société civile viennent de signer l’acte de création de la plateforme ” Ensemble pour le renouveau du Mali ” (Ere du Mali) autour du candidat de l’Alliance démocratique pour la paix (Adp-Maliba), Aliou Boubacar Diallo. C’était le dimanche 17 juin dernier, au siège de l’Adp-Maliba. Les responsables de plus d’une vingtaine de partis politiques et plus d’une trentaine de mouvements politiques, en plus de quelques milliers d’associations organisées en coordinations, ont apposé leur signature sur le document, consacrant ainsi leur soutien au candidat de l’Adp-Maliba. Parmi les partis politiques signataires, nous pouvons citer le Mouvement Mali Emergence, Faso Jo Ton, Pdm, Pari, Rjs, Dpr, Rcp… La présidente du mouvement des femmes de l’Adp-Maliba, Touré Kadidiatou Maïga, a, à l’entame de ses propos, félicité tous les signataires de la plateforme “Ere du Mali”. Pour elle, ils ont fait le meilleur choix parce que Aliou Diallo est celui qui peut mettre fin à la souffrance des Maliens. “Pour réaliser ce souhait, nous invitons les femmes maliennes à jeter leur dévolu sur le candidat Aliou Diallo qui, avant d’être candidat, a créé des milliers d’emplois pour les jeunes”, a-t-elle laissé entendre. Pour sa part, le représentant des partis politiques signataires de la convention, Hamed Cissé, a précisé que le choix du porte-étendard de l’Adp-Maliba a été bien réfléchi par les différents signataires de la Convention. “Pour avoir créé des milliers d’emplois de jeunes et pour avoir investi des centaines de milliards au Mali, Aliou Diallo est celui dont le Mali a besoin aujourd’hui. En mettant toutes ses expériences à contribution, il pourra endiguer les multiples problèmes qui assaillent les Maliens”, a-t-il dit. Aliou Diallo, le seul candidat apte à remplacer le président IBK De sa lecture, l’élection du 29 juillet constitue une opportunité pour les Maliens de mettre fin à une mauvaise gouvernance. ” Les Maliens doivent s’exprimer librement et cela dans la transparence. Leur choix au décompte final doit être préservé et respecté. Les fonctionnaires de l’Etat qui ont le privilège d’être au centre de la chaine de la gestion des élections et du contentieux doivent comprendre que le vote des Maliens ne peut se substituer aux délices et privilèges à eux accordés. Ils doivent choisir entre le Mali et les strapontins. Dans tous les cas, nous veillerons au respect scrupuleux du résultat des urnes “, a-t-il averti. Il ajoutera que l’alternance en 2018 est impérative pour sauver le Mali pour restaurer l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire, pour mettre un terme aux conflits intercommunautaires, pour combattre vigoureusement le terrorisme, pour baisser considérablement le taux de chômage. “La mise en œuvre de l’accord ne peut pas constituer un obstacle pour le bonheur”, a-t-il martelé. Evoquant les objectifs de la plateforme “Ere du Mali”, le représentant des partis politiques signataires a affirmé que son regroupement vise à faire élire Aliou Diallo à la magistrature suprême de notre pays et l’aider à avoir une majorité confortable à l’Assemblée nationale. En ce qui concerne la représentante des associations signataires, Sissoko Awa Sidibé, elle dira que le président IBK a échoué sur tous les plans et le candidat de la plateforme “Ere du Mali”, Aliou Diallo, est le seul apte à le remplacer à la tête du Mali. Cheick Diallo, Amadou Thiam… ont tous rendu hommage à leur candidat pour son patriotisme, ses œuvres en faveur des plus démunis et ses nombreux investissements au service des Maliens. Quant au candidat de l’Adp-Maliba, Aliou Diallo, il a dénoncé avec la dernière rigueur la répression de la marche de l’Opposition du 2 juin avant d’exprimer toute sa joie pour la réussite de celle du 8 juin qu’il qualifie de la victoire de la démocratie sur la dictature. En donnant un aperçu sur son programme pour le Mali, une fois élu à la magistrature suprême de notre pays, le Pdg de la société Petroma compte axer ses effets sur trois fronts, à savoir travailler au retour de la paix, faire émerger une classe moyenne à travers une politique économique volontariste de développement économique décentralisé et lancer une vraie politique de grands travaux à l’échelle nationale. Pour réaliser ces travaux pharaoniques, il promet d’investir au moins 15.000 milliards de francs sur une période de cinq ans. D’abord, pour la stabilisation du Mali, le candidat promet la mise en place d’une équipe technique composée de leaders religieux modérés, d’experts sécuritaires et d’acteurs sociopolitiques. Pour cela, il prévoit 1000 milliards de francs Cfa. “Mes chers compatriotes, je vous dis que nous consacrerons 1000 milliards au chantier de la stabilisation du centre du Mali”, a-t-il promis. 500 milliards de Fcfa pour la création d’emplois dans les secteurs de l’Agriculture, de la télécommunication… Aliou Diallo s’est aussi prononcé sur le problème récurrent du chômage des jeunes. Pour y mettre fin, il promet de faire en sorte que les Maliens créent eux-mêmes de l’emploi à l’horizon 2023. Il annonce aussi la création des entreprises dans plusieurs secteurs, notamment dans l’Agriculture, l’élevage, l’industrie, les télécommunications et les nouvelles technologies. Pour réaliser la création de ces entreprises, il promet d’y consacrer 500 milliards de Fcfa. A l’en croire, sous son ère, les conditions de vie et de travail des fonctionnaires maliens seront beaucoup améliorées. “Je suis conscient qu’on ne peut pas voir un plan aussi ambitieux, en exigeant le meilleur de l’Administration sans mettre les fonctionnaires dans les conditions de travail optimales “, a-t-il fait savoir. Et pour l’amélioration des conditions de vie des travailleurs, il compte sur la modernisation de l’administration et l’augmentation des salaires des fonctionnaires. “Nous allons donc consacrer 200 milliards Fcfa supplémentaires à l’amélioration des conditions de travail des fonctionnaires de l’Etat”, s’est-il engagé. Dans le cadre du développement des infrastructures, le Pdg de Wassoul’Or envisage un investissement de 2 000 milliards de nos francs à l’horizon 2023. Sans oublier nos compatriotes établis en dehors de nos frontières, le candidat dit avoir un programme spécial pour le retour des bras valides qui souhaiteraient, à travers des initiatives tendant à alléger les procédures de création d’entreprise en faveur de ceux-ci. Pour finir, Aliou Diallo a rassuré que les investissements de 15.000 milliards de Fcfa qu’il compte faire au cours de premier quinquennat sont bien réalisables. “En cinq ans, nous estimons pouvoir investir 15.000 milliards de Fcfa dans le développement économique et la recherche de la paix. C’est possible ! J’en suis convaincu. Mon expérience est le socle de cette certitude … Pour cela, les membres de la plateforme Ere du Mali doivent se battre pour que ce changement pour soit”, a-t-il renchéri. Boubacar PAÏTAO Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here