Magnambougou-Sokorodji : Consultations et médicaments gratuits

4
L’association des Jeunes Pour le Développement, l’éducation et l’épanouissement au Mali, en collaboration avec le mouvement humaniste “Abareka Nandre” ont organisé le week-end dernier, une journée de consultation médicale et de distribution gratuite de médicaments sur le paludisme. C’était à l’école privée Oulématou Dembélé de Sokorodji, en présence des autorités locales. L’accès à la santé est une préoccupation nationale. En réponse à cette problématique, l’Association des jeunes pour le développement, l’éducation et l’épanouissement au Mali a initié cette activité. Selon la présidente de l’association, Alima Dembélé, c’est un élan de solidarité à l’endroit des couches défavorisées pour l’accès équitable à la santé. “Les quartiers périphériques de Bamako sont très exposés à des risques de maladies et de contaminations de toutes autres difficultés en cette période hivernale. En plus l’accès au service public de santé aux personnes du 3e âge n’est pas une réalité absolue, y compris les enfants de moins de 5 ans. Il est de notre de venir en aide. D’où cette journée de sensibilisation et de consultation gratuite. Une centaine de personnes seront consultées”, rappelant que l’initiative s’inscrit dans leur plan d’action. Une centaine de personnes ont bénéficié de cette opération. Le président du mouvement humaniste “Abareka Nandre”, Gaoussou Bathily, parrain de l’opération de consultation médicale et de distribution gratuite de médicaments a fait savoir que l’activité s’inscrit dans le cadre des objectifs du mouvement humaniste “Abareka Nandre”. “Ici à Magnambougou-Sokorodji, la population éprouve beaucoup le besoin de se faire soigner et de se faire consulter. C’est pourquoi notre contribution a été l’achat des médicaments, la prise en charge des médecins et d’autres en matière logistique. Parce qu’ils sont des jeunes dynamiques investis dans la mission du service public…” Selon les responsables des deux mouvements, d’autres activités ont été organisées dans ce sens, notamment les causeries débat avec le Haut conseil islamique sur le mariage, les séries d’éducation familiale, l’organisation des cours de rattrapage à l’intention des couches défavorables et autres. Bréhima Sogoba Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here