Incendie au Grand marché: quand Empé aide les secouristes

15
Arrivé sur le lieu du sinistre vers 2 heures du matin, en pyjama, le ministre du Commerce, Abdel Karim KONATE, a surpris plus d’un par sa présence à une heure aussi tardive et par le fait de retrousser manche pour se joindre aux secouristes. Ibrahim MAIGA, président de l’Association des commerçants détaillants du Mali (ACODEM), de l’Association des commerçants voyageurs du Mali et de la diaspora, et membres d’autres organisations de commerçants au Grand marché, lui rend un hommage mérité, dans une interview qu’il nous a accordé le samedi dernier. Info-Matin : Pouvez-vous nous parler du sinistre qui est survenu dans la nuit de jeudi à vendredi au Grand marché ? Ibrahim MAIGA : Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 21 heures, il y a eu un incendie au Grand marché. J’ai reçu un appel qui m’en informait. C’est vers 22h que je suis arrivé. Les premiers constats portaient sur environ deux boutiques en flammes. J’ai trouvé sur place une équipe de la Protection civile qui essayait d’éteindre le feu. La Police était également là. Mais les dégâts sont devenus par la suite plus importants, parce que le feu était difficile à maîtriser. La Protection civile a fait tout ce qu’elle pouvait pour contrôler la situation. Néanmoins, l’incendie s’est propagé à près de 15 boutiques. Les biens des gens ont été entièrement calcinés. Parmi ces victimes, il y a les vendeurs de tissus, de pièces détachées, de chaussures. Nous ignorons l’origine de cet incendie, mais il est survenu la nuit et nous constatons, de façon générale, que tous les incendies surviennent durant la nuit dans ce marché. Cela nous inquiète beaucoup. Nous demandons aux autorités nationales d’identifier la cause de ces incendies nocturnes à répétitions. Nous n’avons jamais eu connaissance des conclusions des enquêtes faisant suite aux précédents incendies. Les responsables qui sont informés ne faisant jamais de feed-back. Mais j’ai vu que pour l’incendie de la nuit de jeudi à vendredi, les autorités se sont précipitées au Grand marché. Le premier à arriver était le président de la Chambre de commerce, Youssouf BATHILY. C’était vers minuit. Il est resté jusqu’aux environs de 3 heures du matin. Le ministre du Commerce, Abdel Karim KONATE dit Empé, est arrivé vers 2 heures du matin. Il a fait savoir qu’il a été réveillé pour l’informer du sinistre. Au pas levé, il s’est rendu au marché. À vue d’œil, il était dans une tenue de nuit. Le ministre KONATE a fait tout ce qu’il pouvait, ne se privant pas de mettre la main à la pâte pour aider les secouristes. Très peu de gens savaient qu’il s’agissait du ministre, tant ils sont habitués à voir un ministre en basin et autres. Il est venu en tenue de sport, mêlé à la foule. Sa présence a été très appréciée par les acteurs présents. Cela, par sa prompte réaction et ses mots de réconfort à l’endroit des commerçants éprouvés. Mais ce qui urge, c’est de voir comment, très rapidement, apporter une aide aux victimes de ce sinistre, voir dans quelle mesure les aider. En termes de perspectives, il va falloir démolir l’immeuble et le reconstruire dans le respect des normes, avec l’accord du propriétaire, et prendre les mesures nécessaires pour recaser les victimes comme ceux du marché rose. Que le propriétaire n’élève plus la caution ou la location et que le Gouvernement le lui demande. Sinon, aujourd’hui, ce n’est pas la grande sérénité chez les commerçants qui ne peuvent plus éteindre le téléphone à domicile, ne sachant jamais ce qui peut se produire au marché. Nous nous en remettons à nos autorités. Nous sommes des responsables avec un mandat. Nous apprécions beaucoup ce qu’elles font. Nous avons vu le jeudi soir le ministre du Commerce et nous le saluons pour cette marque de compassion. La reconnaissance du bienfait est un devoir. C’est normal de le remercier pour ce qu’il fait, même si certaines initiatives n’ont pas encore abouti. Il est venu vers 2 heures du matin en pyjama et il est resté jusqu’aux environs de 3 heures du matin. Pour un ministre, c’est exceptionnel. Qu’il reçoive ici notre reconnaissance infinie. I.M. : Par rapport à l’incendie de la nuit de jeudi à vendredi, quelles dispositions ont été prises par les associations de commerçants ? I.M : Le vendredi, nous sommes repassés pour constater les dégâts. Vous pouvez en témoigner, nous sortons d’une réunion. C’était l’un des points inscrits à l’ordre du jour. Nous envisageons d’aller voir le ministre du Commerce pour voir dans quelle mesure venir en aide aux sinistrés. I.M. : Quelle est votre collaboration avec le ministre du Commerce ? I.M. : Franchement, il avait pris un engagement qu’il a tenu. Il y a eu un moment où il y avait de sérieux problèmes pour les commerçants détaillants à avoir un visa. Il a promis de s’impliquer et il l’a fait. Grâce à son implication, nous avons pu avoir 2 804 visas contre 3 400 passeports déposés. Cela, en 1 an 8 mois environ, une période au cours de laquelle nous avons pu travailler. Or, pendant 9 mois, aucun Malien n’arrivait à avoir de visa pour la Chine. Grâce à lui, nous avons obtenu plus de 2 800 visas. C’est aussi lui qui a mis les commerçants sur les rails, en permettant au passage de renflouer les caisses de l’État, à travers l’obligation d’un passeport biométrique, d’ouverture d’un compte bancaire, de mise à jour par rapport aux impôts, de prendre le registre du commerce. Il a beaucoup fait pour les commerçants. Il faut le féliciter et le remercier pour cela et pour tout ce qu’il fait pour aider les commerçants détaillants. Propos recueillis par Bertin DAKOUO Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here