L’Adema-PASJ et la présidentielle du 29 juillet prochain : La Coordination de Ségou s’engage pour soutenir et à faire élire IBK

22
Ils étaient nombreux le samedi 23 juin dernier à prendre d’assaut la salle de conférence du Conseil région de Ségou, pour participer à la conférence régionale de l’Adema-PASJ. Il s’agit des militants et autres délégués des 7 sections de la région. Présidée par le président du comité exécutif de l’Adema-PASJ, le Pr Tiémoko Sangaré, cette conférence a servi de cadre d’informations sur les orientations du PASJ pour l’élection présidentielle du 29 juillet prochain et sur la vie politique du parti. Une rencontre qui a surtout permis de répondre aux préoccupations des militants à la base, dans la région de Ségou. Venu de Bamako pour appuyer la conférence régionale des sections Adema de la 4ème région, le Pr Tiémoko Sangaré était accompagné pour l’’occasion par Abdoul Karim Konaté dit Empé, 1er vice-président du parti, Adama Diarra secrétaire politique, Ibrahim Lassine Coulibaly, chargé des élections, Mountaga Diallo et de Katilé Adiaratou Sène. Rappel des troupes Une forte représentativité du comité exécutif du PASJ était présente à la conférence régionale de Ségou. Objectif : apporter un message clair aux militants divisés entre le soutien à la candidature d’Ibrahim Boubacar Keita à la présidentielle et l’instauration d’une alternance en 2018 au Mali. Raison pour laquelle, cette conférence régionale du PASJ à Ségou a été un cadre fédérateur pour tous les militants des sections, sous-sections et comités Adema dans la Cité de Balazans. La Coordinatrice régionale du PASJ, Haïdara Rahamatou Walet Ibrahim Haïdara, après avoir affirmé que l’Adema-PASJ se porte bien dans la 4ème région, a dégagé dans son discours que le temps du dépassement de soi est arrivé : « Aujourd’hui, il est plus que jamais important que les militants de l’Adema aillent ensemble, dans la plus grande cohésion sociale. Cela pour le rayonnement du parti. Un rayonnement qui passe par un accompagnement fort autour du candidat de la plateforme ensemble pour le Mali. Il s’agit d’Ibrahim Boubacar Keita. Il faut donc assurer la victoire au candidat IBK pour honorer l’engagement pris. Chose qui passe par le don de soi de tous les militants, partout où ils sont dans la région de Ségou ». Tous derrière IBK « Merci d’être venus si nombreux… ». C’est en ces termes que celui qui se dit porteur de messages du PASJ, le Pr Tiémoko Sangaré, a entamé son exposé de 35 minutes. Un exposé dans lequel, il a expliqué les raisons pour lesquelles, le comité exécutif du PASJ a décidé de soutenir la candidature du président sortant, Ibrahim Boubacar Keita, à la présidentielle du 29 juillet prochain. Une décision qui s’articule autour de trois critères. D’abord, le candidat d’une plateforme. Ibrahim Boubacar Keita est le candidat de la plateforme ensemble pour le Mali. Il n’est pas le candidat d’un parti politique. Au cas où, il est réélu président de la république, il serait élu au nom d’une plateforme. Ensuite, la Participation à l’élaboration d’un programme gouvernementale. Cette doléance est aussi acceptée par Ibrahim Boubacar Keita, candidat de la plateforme. Ce qui voudrait dire que tous les signataires de la plateforme son membres à part entière de l’élaboration du programme gouvernemental du président élu. Enfin, la gestion partagée du pouvoir. Ensemble les acteurs de la plateforme gèrent le pouvoir. Donc, ils sont tous comptables des actions et du bilan du président élu. L’Adema étant créé pour le Mali et non pour faire la promotion de quelques personnes, il a donc été décidé par le comité exécutif de soutenir la candidature de celui qui fut pendant 6 ans, le président de l’Adema. Une décision qui s’impose à tous les militants du parti. C’est pourquoi, le professeur Tiémoko Sangaré a demandé aux militants de l’Adema de prendre les choses en mains. « Il faut se mobiliser et faire mobiliser pour réélire le président Ibrahim Boubacar Keita pour un second mandat de 5 ans », a-t-il martelé. Après avoir écouté les messages, les participants à la rencontre de Ségou, ont posé des questions de compréhension. Et les réponses données ont permis de prendre en compte, toutes les préoccupations développées dans la salle. En bloc, les militants de la coordination régionale de l’ADEMA- PASJ de Ségou, ont décidé de soutenir l’engagement du comité exécutif de la ruche. Et chacun devrait se donner désormais pour la réélection d’IBK. Arouna Traoré ……………………………………………. Élection au Mali La région de Ségou opte pour la carte prépayée d’IBK à la présidentielle C’est le dimanche 29 juillet 2018 que le 1er tour de l’élection présidentielle au Mali devrait se tenir. Pour se faire, les candidats après leurs investitures, passent à leurs dépôts de candidatures au niveau de la Cour Constitutionnelle. En attendant le dépôt final et la validation des candidatures par cette instance, les probables candidats et leurs soutiens se mobilisent sur le terrain à la conquête d’électeurs. La région de Ségou, la 3ème grande force électorale au Mali, après Bamako et Sikasso est quant à elle, favorable au candidat Ibrahim Boubacar Keita. Il suffit de faire un tour dans les 7 cercles de la région de Ségou, pour ce faire une idée du classement entre les candidats, au 1er tour des élections présidentielles. Si les cercles de Baroueli et Tominian sont favorables au candidat Soumaila Cissé de l’URD, les cercles de Bla, Macina, San et Ségou sont les acquis du président IBK, candidat à sa propre successsion. Le cercle de Niono est celui qui échappe au contrôle de ces deux candidats cités. Ce cercle est proche du candidat Aliou Boubacar Diallo de l’ADP-Maliba. Au décompte final, 2 cercles sont favorables au candidat Soumaïla, 4 cercles pour le candidat IBK du RPM et 1 cercle pour le candidat Aliou Boubacar Diallo. Dans le cercle de Baroueli, il faut le dire, Mody N’diaye, député à l’Assemblée Nationale et vice-président de l’URD maîtrise le terrain politique. Il est difficile de lui tenir tête. À côté de lui, le candidat IBK peut se faire une place au soleil en se basant sur le nombre de maire que son parti le RPM, a dans ce cercle. Aussi, dans le cercle de Baroueli, le candidat Cheick Modibo Diarra du RPDM peut bouleverser les pronostics. Sa coalition avec Moussa Mara est un atout dans ce cercle, surtout dans la grande commune de Konobougou, où il y a un seul député du parti Yelèma de Moussa Mara. Dans le cercle de Bla, IBK part incontestablement favorable avec l’influence de Soumana Mory Coulibaly, président de la fédération RPM. Cet homme, malgré son infidélité politique est incontournable à Bla. Derrière le candidat IBK, Soumaïla Cissé pourrait se faire une place de choix dans ce cercle. Depuis très longtemps, l’URD, le parti de Soumi est bien implanté dans le cercle de Bla. Dans ce cercle, Cheick Modibo Diarra, peut titiller, surtout dans les communes de Somasso et Samabogo. Quelque part dans ce cercle, Oumar Mariko du parti SADI domine les débats dans la commune de Diaramana. À Macina, c’est surtout IBK qui revient au devant de la scène, avec l’influence de Komani Tanapo et les députés ASMA-CFP, le parti du Premier ministre, Soumeylou. Il peut être bousculé par le candidat Modibo Koné du Mouvement Mali Kanu, qui est originaire de cette localité. Néanmoins, l’incertitude règne sur l’organisation des élections dans ce cercle dominé par des conflits entre « donsos » et peulhs. La seule commune, de la région de Ségou, où ne se sont pas tenues les élections communales du 20 novembre 2016, se trouve dans ce cercle. Il s’agit de la commune de Souleye. Dans le cercle de Niono, le candidat Aliou Boubacar Diallo, est favori grâce à l’accompagnement de l’opérateur économique Diadjé Bah. Diadjé Bah, président directeur général de l’entreprise agricole Ngoumani-Sa, est un baron dans le cercle de Niono. Ici, Diadjé Bah est imbattable. Des gens, dans ce cercle continuent à dire, qu’il a été triché aux élections législatives. Sinon, qu’il avait damé les pillons. Le candidat IBK peut quand même renverser les choses en sa faveur dans le cercle de Niono, où le candidat Modibo Koné du Mouvement Mali Kanu et le candidat Oumar Mariko de la SADI auront leurs mots à dire. Dans le cercle de San, IBK est bien favori devant Soumaïla Cissé. Seulement que dans ce cercle le candidat Aliou Boubacar Diallo de l’ADP-Maliba semble s’installer. Dans le cercle de Ségou, c’est bien encore le candidat IBK qui domine les débats devant le candidat Soumaïla Cissé qui est aussi sérieusement implanté. Dans ce cercle, le candidat Moussa Sinko Coulibaly de la Plateforme pour le Changement est à prendre au sérieux, surtout dans les communes de Katiena, Fatinè, Boussin et Pélengana. Par ailleurs, le candidat Dramane Dembélé du Front pour le Redressement de l’ADEMA-PASJ, peut se faire une place avec les communes de Cinzana Gare et Digani. Dans le cercle de Tominian, dans le bwatun, Soumi est dominateur devant le candidat IBK et le candidat Cheick Modibo Diarra. Voilà, pour le moment, comment se présente le terrain électoral dans la région de Ségou, pour le premier tour de l’élection présidentielle. Ce calcul est à prendre au sérieux si les bâtisseurs ne présentent pas un seul candidat au 1er tour. Cependant, les campagnes électorales ; les stratégies de communications, de mobilisations et les projets de sociétés des candidats pourraient changer les données. En attendant, il reste à souhaiter la tenue du 1er tour de la présidentielle au Mali, dans un climat de quiétude et dans la plus grande crédibilité. Youssouf Konaré Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here