Sécurisation de l’élection présidentielle du 29 juillet : Le ministre Salif Traoré rassure les partis politiques

19
Dans le cadre de l’élection présidentielle du 29 juillet, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Salif Traoré, a rencontré hier, les partis politiques de la majorité présidentielle et de l’opposition. Cette rencontre qui s’est déroulée dans la salle de conférence du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation avait à son ordre du jour la sécurisation du processus électoral. Il s’agissait également pour le ministre Salif Traoré de rassurer les acteurs politiques que le gouvernement est en train d’envisager plusieurs mesures possibles pour que l’élection se passe dans la transparence et dans la sécurité des populations. A l’entame de ses propos, le ministre Salif Traoré a déclaré que la sécurité est transversale et qu’elle est une affaire de tous, donc l’implication de tous est nécessaire. Concernant les mesures de sécurité envisagées, le ministre rassure que son département est à pied d’oeuvre pour que chaque Malien puisse exercer son devoir citoyen; ce dans la sécurité. Cette Sécurisation du processus électoral, explique-t-il, passe par plusieurs aspects. Il citera, entre autres, la sécurisation des cartes d’électeur partout sur le territoire national, du processus de distribution, et la bonne garde du matériel électoral. Pour cela, des patrouilles mixtes seront déployées tout au long du processus électoral sur l’ensemble du territoire. Ces patrouilles seront renforcées pendant la campagne électorale, la veille, le jour et le lendemain de l’élection. L’action innovante de cette élection, selon le ministre est la sécurisation de chaque candidat. C’est à dire que chaque candidat sera accompagné d’agents de sécurité dans les bureaux de vote. Pour une réussite de l’opération, une commission nationale de sécurisation de l’élection présidentielle a été mise en place il y a de cela plusieurs mois. Cette commission comprend les départements ministériels impliqués dans le processus. «Il y a également la MINUSMA, l’EUCAP Sahel, Barkhane qui promettent leur accompagnement. Il faut aussi compter sur les mouvements signataires de l’accord qui veillent sur la bonne tenue de l’élection au Nord du pays», a déclaré Salif Traoré. Plusieurs inquiétudes et préoccupations ont été soulevées par les acteurs politiques. Ces préoccupations sont notamment le déploiement des représentants de l’Etat qui n’est pas effectif dans plusieurs localités, le ralentissement de la distribution des cartes d’électeur par la grève des administrateurs civils, le manque de moyens de mobilisation des électeurs et de transport du matériel électoral dans les zones éloignées. Toutes ces préoccupations ne rassurent guère l’opposition d’une élection libre, transparente et sécurisée. Aux dires de Malik Touré, représentant cette composante politique, il y a aujourd’hui 82 localités qui n’ont pas de sous-préfets. A ce rythme, déplore-t-il, il est logiquement difficile de tenir des élections dans ces localités où il n’y a pas de représentant de l’Etat. A ces différentes préoccupations, le ministre a rassuré que toutes les dispositions et mesures seront prises pour pallier ces insuffisances avant le 29 Juillet. Anne-Marie Kéita Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here