IBK, l’ADEMA et l’ORTM : Trois gouffres

9
La population a élu IBK et non sa famille. Cette fois-ci la trahison fut aussi grande que les Maliens ne peuvent y rester indifférents et se préparent unanimement à changer de régime. La forfaiture et la mésenventure énormes de cet homme ébahissent tant. Jamais un président malien n’a autant échoué. IBK a fait le contraire de tout ce qu’on pensait de lui et de tout ce qu’on attendait de lui. À sa parole «je fais tout ce que je dis» on a plutôt constaté «je ne fais jamais ce que je dis». IBK est à l’antipode du président Modibo Keita dont il se réclame. Un héritier de Modibo Kéita ne peut pas mal gérer les affaires du pays à ce point. Ne dit-on pas que la mort même est une victoire quand on a bien vécu et que le cercueil n’est qu’un char de triomphe. Aux soucis déjà existants viennent s’ajouter d’autres. Avec les petits comportements de puérilité de L’ADEMA c’est la goûte d’eau qui fait déborder le vase. On s’en fout de l’ADEMA qui loin de nous émouvoir nous exaspère. L’ADEMA pour se faire voir crée toujours sciemment et consciemment un confusionnisme et un bordélisme politiques. Ce parti-père maudit qui se laisse surpasser par ceux-là mêmes qui sont sortis de ses jambes, en decrescendo d’année en année et contre le rayonnement des autres pointe son nez à la fenêtre pour témoigner d’un faux soutien à IBK. L’ADEMA a tellement chuté violemment bas que sa tête, son dos, ses mains et bras, ses pieds et jambes se sont cassés, son ventre déchiré, son torse fracturé, ses os se sont morcelés et irrécupérables. Tous les maux actuels du Mali viennent de l’ADEMA qui n’est même capable de se choisir ou d’avoir un candidat à sa tête et cela, depuis vingt (20) ans, toujours prêt à aller du côté vers lequel le pouvoir basculera pour ne pas en avoir à pâtir. L’ADEMA suivra IBK parce que la crainte du retrait de leurs privilèges les fait serfs et sujets, taillables et corvéables à merci, eunuques et muets. L’ORTM ou plutôt le directeur de l’ORTM qui depuis le déluge fait le ping-pong entre son poste de directeur général et celui de ministre. L’ORTM au lieu de servir le pays sert le pouvoir. On se demande si l’ORTM n’a pas déménager de Bozola pour siéger au palais de Koulouba à cause de l’opportunisme extrêmissime d’un directeur qui a mangé sa noble profession de journaliste pour se couvrir de souillure sous la passion dont le seul temps qui lui reste est celui des élections. Sidiki Konate le monde a changé mais vous continuez à respirer les anciennes manières du journalisme de natte et de calebasse. Le danger est de penser que c’est du professionnalisme profané par votre goût à vous prosterner et même à vous baisser la culotte devant tous les régimes, hier c’était sous ATT aujourd’hui sous son excelence président de la République chef de l’Etat elhadj blablabla… L’ORTM doit changer mais pas avec ces oripeaux, l’ORTM doit être réformatée mais pas avec cet agrégat de journalistes professionnels. L’ORTM doit se dépassionner et sortir de ce griotisme indigne. Le roi ne lâche que si le peuple arrache! Par Ousmane

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here