Attaque de dimanche à Gao : Le gouverneur était au courant

26
Les terroristes ont mené dimanche à la périphérie de Gao une attaque-suicide contre des militaires français de l’opération Barkhane et des soldats maliens qui participaient à une patrouille conjointe. Une attaque prévisible puisque, selon le gouverneur de la région, la ville est infiltrée par les jihadistes. 48 heures après l’attaque terroriste à la périphérie de Gao une attaque suicide contre des militaires français de l’opération Barkhane et des soldats maliens qui participaient à une patrouille conjointe, on ne sait toujours pas le nombre exact de victimes. Jusqu’à hier matin, un tweet du ministère malien de la Sécurité faisait état de 4 civils décédés et d’une vingtaine de civils blessés, et de 4 militaires de l’opération Barkhane sérieusement blessés. De source hospitalière à Gao, des enfants atteints par le souffle de l’explosion figurent parmi les blessés. L’état des blessés était dimanche soir stabilisé, selon le directeur de l’hôpital de Gao. L’état-major français dément catégoriquement tout décès côté français et précise que les blessés français ont tous été pris en charge et rapatriés dans la base de Gao. L’attaque s’est produite vers 11 h du matin, heure locale, en périphérie de la ville, à quelques centaines de mètres du check-point de Bourem. Sur les faits précis, deux versions circulent. Selon la première, les véhicules blindés de la force Barkhane ont aperçu un véhicule suspect. Ce véhicule à bord duquel se trouvait au moins un kamikaze a foncé sur les blindés, provoquant une forte explosion, comme en témoigne le cratère au sol, les deux véhicules français endommagés dont un qui a brulé une partie de journée, les magasins éventrés, les maisons fissurées ou effondrées. L’attaque s’est produite dans un climat déjà tendu. Le gouverneur de Gao assure avoir été alerté sur des infiltrations en ville. Il appelle aujourd’hui les habitants à collaborer. “On ne pourra jamais sécuriser Gao sans la participation des populations”, confiait dimanche soir Sidiki Samaké à la presse. “Ce que les terroristes veulent, c’est nous séparer (…) Il faut que les Maliens soient ensemble”, a déclaré Tiéna Coulibaly, ministre de la Défense. MD Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here