EID : La 23è édition de l’Espace d’interpellation démocratique lance ses activités

13
Le secrétaire permanent de l’Espace d’interpellation démocratique(AID), Adama Tiémoko Traoré, a lancé hier jeudi 28 juin 2018, dans les locaux des services du Médiateur de la République, les activités de la 23ème édition de l’EID, lors une conférence de presse. Le Médiateur de la République et son équipe, dit Adama Tiémoko Traoré, se fixent un triple objectifs lors de cette édition : large diffusion des critères de l’EID pour qu’il y ait moins de rejet de dossiers pour cause de bonne formulation ou constitution du dossier ; sensibiliser les femmes dont la participation est faible à l’espace de participer massivement à l’Eid ; de même que la diaspora malienne pour qu’elle prenne part aux interpellations. Ces défis ne sauraient être relevés, dit Adama Tiéméko Traoré, sans l’implication, la participation ou contribution forte de la presse à relayer l’information auprès des citoyens. Ladite conférence de presse, dit Adama Tiémoko Traoré, a été tenue simultanément comme celles des délégations territoriales. L’ordre du jour a porté sur les organes de l’EID ; les modalités de participation à l’EID, et des dispositions envisagées cette année pour donner la possibilité à nos concitoyens de saisir l’EID. S’agissant des organes de l’EID, le format actuel comprend un organe permanent et deux organes temporaires. « L’organe permanent de l’EID, point focal de l’EID, agit sous l’autorité du Médiateur et es responsable devant lui, de la préparation, du déroulement et du suivi des sessions de l’EID. Les organes temporaires nécessaire à la bonne organisation et au bon déroulement de ladite session : commission préparatoire et un jury d’honneur », a explique Adama Tiéméko Traoré. Concernant les modalités de participations, dit le secrétaire permanent, le dépôt des dossiers est ouvert du 1juillt au 30 septembre 2018. « L’interpellation doit être écrite en langue officielle, lisible, etc. », dit-il. L’interpellation ajoute Adama, peut être rejetée si elle le dossier constitué ne correspond pas aux critères de forme et de fond. Pour les dispositions à prendre lors de cette 23 ème édition de l’EID, Adama Tiéméko Traoré, a indiqué que le secrétariat entend renforcer la communication. De plus, dit-il, des conférences de presse du jour, tous les canaux de communication y compris la presse en ligne seront concernés au cours de cette campagne. L’accent sera mis surtout sur les langues parlées dans chaque localité. On se fixe lors de cette édition 2018, dit Adama Tiémoko Traoré, un triple objectifs: large diffusion des critères de l’EID pour qu’il y ait moins de rejet de dossiers pour cause de bonne formulation ou constitution du dossier ; sensibiliser les femmes dont la participation est faible à l’espace de participer massivement à l’Eid ; de même que la diaspora malienne pour qu’elle prenne part aux interpellations. Ces défis ne sauraient être relevés, dit Adama Tiéméko Traoré, sans l’implication, la participation ou contribution forte de la presse à relayer l’information auprès des citoyens. Rappelons qu’en 2017, les services du Médiateur on enregistré 290 dossiers contre 234 en 2016. De 1994 à 2017, précise le secrétaire permanent, aucune session n’a enregistré autant de demandes d’interpellation. Sur les 290 interpellations, dit-il, 41 ont été retenues pour lecture le 10 décembre 2017, 147 classées pour suite à donner ; 102 non retenues pour non-conformité avec les critères de recevabilité fixés par le règlement intérieur de l’EID. Sur les 188 dossiers retenus, 112 ont fait l’objet de réponse soit 59,57% à la date du 31 mai 2017. Sur les dossiers traités, 10 ont reçu des réponses satisfaisantes. Dossiers en cours de traitement 76. Hadama B. Fofana Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here