Présidentielle 2018 : Niamé Keïta passe à la revue des troupes

19
Le terrain de Sébénikoro a servi de cadre le dimanche 1er juillet 2018, à la tenue de la cérémonie de lancement officiel des activités de la plateforme de soutien aux initiatives de Niamé Keïta (PSINK). Député et ancien directeur de la police malienne, Niamé Keïta a lancé son mouvement politique en présence des responsables de l’URD, comme Mme Coulibaly Kadiatou Samaké, de Me Amidou Diabaté du Parena et de nombreuses autres personnalités. Le chef de quartier de Kalabambougou, Dr Mamadou Diallo, dit Docteur, membre de la Plateforme de soutien aux initiatives de Niamé Keïta, a souhaité des élections présidentielles transparentes crédibles et apaisées. Le général Niamé Keïta et ses alliés se réservent le droit d’adhérer au candidat de leur choix, le vendredi prochain (6 juillet 2018). Officiellement rien n’est dit, mais selon des indiscrétions, Niamé Keïta soutiendra la candidature de l’honorable SoumaÏla Cissé. Boubacar Touré, président de la Plateforme de soutien aux initiatives de Niamé Keïta, s’est réjoui du lancement de ladite plateforme qui regroupe des associations de jeunes et de femmes. Selon lui, Niamé Keïta est un homme d’expériences, qui a servi 40 ans d’abord en tant que policier pour la protection des personnes et de leurs biens. « Nous voulons des politiques qui prennent en compte les préoccupations de la jeunesse à travers notre insertion professionnelle et le financement des projets créateurs de richesse et d’emploi », a-t-il dit. Pour sa part, l’honorable Niamé Keïta a invité les uns et les autres à œuvrer pour sauver le Mali. « Camarades jeunes, je vous demande de ne pas baisser les bras et soyons au rendez- vous de l'honneur car la jeunesse est la source, la base de tout progrès, principale dépositaire de la vigueur, de l'énergie, du courage, de la bravoure. Vous méritez tout mon accompagnement. J’adresse un appel fraternel à nos frères du Nord et du Centre pour le calme et la cohésion. Le grand Mali est un et indivisible, n'a jamais connu de conflits ethniques ou communautaires et ce n'est pas maintenant, que ça doit commencer », a souligné Niamé Keïta. Enfin, il a souhaité à ce que l’élection présidentielle se fasse sans violence. Aguibou Sogodogo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here