Campagne présidentielle : Des règles à respecter

2

La campagne électorale du premier tour de la présidentielle du 29 juillet prochain a été ouverte, le samedi 7 juillet dernier, sur l’étendue du territoire national. 24 candidats sont en lice pour ce premier tour. Selon la loi électorale de 2016, modifiée il y a 2 mois, plusieurs règles de bonne conduite régissent son déroulement.

Selon la loi, la campagne électorale pour les élections va durer jusqu’à la veille du scrutin, c’est-à-dire 48 heures avant le scrutin. En cas de second tour, la campagne électorale commence le lendemain de la proclamation des résultats définitifs du premier tour et s’achève le jour précédant la veille du scrutin à minuit. Durant toute la période de la campagne, tous les partis et groupements politiques doivent avoir un égal accès aux médias d’État. Selon cette loi, c’est le Comité National de l’égal accès aux médias d’État qui doit veiller à l’application de cette mesure. Par ailleurs, cette loi précise que tout cadeau et don de nature à influencer le vote des populations sont formellement interdits. Par exemple : les tissus, les tee-shirts, les ustensiles de cuisine, les stylos ou argent. « L’utilisation des biens ou moyens d’une personne morale publique, institution ou organisme public aux fins de la campagne est aussi interdite », explique la loi. « Toute campagne est interdite dans les lieux de culte », note également le document.

Soutien à un candidat :

La CNAS-Faso Hère clarifie sa position

Face à l’ampleur de la rumeur d’un éventuel soutien de la CNAS-Faso Hère, singulièrement de son président d’honneur, Soumana Sacko, à un candidat à l’élection présidentielle. Le parti a organisé, le vendredi 6 juillet dernier, à son siège un point de presse. Occasion pour la CNAS-Faso Hère de faire une mise au point : « La CNAS-Faso Hère et son président d’honneur ne soutiennent aucun candidat au 1er tour de l’élection présidentielle du 29 juillet 2018 ».

Le parti balaie d’un revers de main toutes les rumeurs attestant du soutien de la CNAS-Faso Hère à un candidat à l’élection présidentielle.

Dans sa mise au point, le parti affirme : « qu’en raison de contraintes financières insurmontables, le Dr. Soumana Sako ne sera pas candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018. La CNAS-Faso Hèrè ne donne, à ce stade, aucune consigne de vote pour le premier tour tout en se réservant le droit de le faire en cas de deuxième tour ».

Mopti :

L’inquiétude des populations

Après l’attaque terroriste qui a visé le Quartier général du G5 Sahel à Mopti, les populations vivent dans l’incompréhension et l’inquiétude. Depuis l’attentat terroriste d’août 2015 contre le Byblos de Sévaré, c’est la première fois qu’une attaque d’une telle envergure se produise dans la ville. Au Centre du pays les populations vivent dans la psychose d’autres attaques. Elles exigent « plus de sécurité et plus d’implication des forces étrangères partenaires du Mali ». Cette attaque qui a fait au moins cinq morts, dont des militaires et civils, intervient trois ans après l’attentat qui a frappé un hôtel à Sévaré. Entre colère et inquiétude, les populations cherchent des explications. Comment le véhicule Kamikaze a pu détourner la vigilance des éléments du G5 Sahel ? A quand la fin du cycle de violence dans la région ? Comment les élections pourront-elles se tenir, dans une telle violence ? A Mopti les populations se posent des questions, sans forcément avoir les réponses. En attendant, le gouverneur de la région appelle au calme et à la vigilance. Pour le général Sidi Alassane Touré, « il ne faut pas céder à la peur que veulent instaurer les terroristes ».

Minusma :

La Grande-Bretagne octroie une aide

La Grande-Bretagne a octroyé une aide d’environ 2,3 millions de dollars au Fonds Fiduciaire, administré par la Mission de paix de l’ONU au Mali (Minusma), en soutien à la paix et la sécurité au Mali, annonce, le mardi 3 juillet 2018, un communiqué de la Minusma.

Une convention en ce sens a été signée, le mardi 3 juillet dernier, par le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif et l’ambassadrice du Royaume-Uni au Mali, Mme Catherine Angela Evans.

« Notre contribution au Fonds Fiduciaire est un exemple concret du soutien du Royaume-Uni à la stabilisation au Mali et au processus de paix et à la Minusma, qui joue un rôle essentiel pour la paix et la sécurité du pays », a déclaré l’ambassadrice. Le chef de la Minusma a souligné, pour sa part, que « cette contribution du Royaume-Uni permettra à la Minusma de mettre en œuvre des projets visant la réduction des conflits et les activités de stabilisation dans le Centre du Mali et dans les régions frontalières du Mali, en mettant l’accent sur le soutien au Plan de Sécurisation Intégrée des Régions du Centre du gouvernement malien ».

Gao :

Un hôpital militaire inauguré

Un hôpital militaire, de niveau II, a été inauguré, le vendredi 6 juillet dernier, à Gao par les ministres de la Défense et de la Santé, respectivement Tiènan Coulibaly et Ousmane Samba Sow. Il a été financé à hauteur de 1,8 milliards de Francs CFA par la Corée du Sud à travers l’Union africaine. Les deux ministres se sont également rendus aux chevets des victimes de l’attaque contre la force Barkhane survenue le 1er juillet 2018.

Tessit :

Hausse du prix du haricot

Le prix du haricot a fortement augmenté à Tessit ces derniers jours. Le coût d’un pot de haricot s’élève à 1000 F CFA. En cette période agricole, le produit est convoité par les agriculteurs qui l’utilisent comme semence.

Goudam :

Pénurie de fourrage

La ville de Goundam est durement confrontée, depuis quelques semaines, à une pénurie de fourrage ou bourgou dont le prix du tas a doublé. Selon les revendeurs, le bourgou se fait rare dans les zones de ravitaillement. En revanche, en ce début d’hivernage, il y a un approvisionnement précaire du marché en feuilles de haricots et d’arachides.

Bankass :

6 morts dans un conflit foncier

Un litige foncier entre les agriculteurs de Seretomoni et Wela dans le cercle de Bankass en région de Mopti a fait, le vendredi dernier, 6 morts et plusieurs blessés. Selon des sources locales, c’est une ancienne affaire, tranchée par la justice depuis des années qui est ressassée.

Union Africaine :

Le tourisme a créé plus de 21 millions d’emploi

L’industrie du tourisme a créé des opportunités d’emplois pour plus de 21 millions de personnes en Afrique, a annoncé l’Union Africaine (UA).

L’UA a révélé dans que la part de l’industrie du tourisme dans la force de travail totale du continent africain a également atteint 6,5 %. « La valeur de l’industrie s’élève désormais à plus de 160 milliards de dollars, représentant quasiment 8 % du PIB, dépassant ainsi les contributions des secteurs industriels et bancaires », a dit Amani Abou-Zeid, commissaire en charge des Infrastructure, de l’Energie et du Tourisme de l’UA.

« C’est pourquoi, nous faisons en sorte qu’il (le secteur du tourisme) prennent la place qui lui incombe », a souligné Mme Abou-Zeid. Elle a, cependant, noté que le continent africain devrait œuvrer pour la promotion du secteur touristique en développant de meilleures stratégies de promotion du tourisme, en améliorant l’image de l’Afrique et en valorisant le tourisme sur le continent… « Notre priorité sur le continent devrait désormais être d’optimiser le rôle du tourisme en se basant sur le plan d’action de l’UA et du NEPAD (Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique) », a-t-elle poursuivi.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here