Présidentielle 2018 : Les femmes prient pour un scrutin apaisé

10

Les femmes du Mali, toutes confessions confondues, se sont données rendez-vous le vendredi 06 juillet 2018 au Palais de la culture de Bamako pour prier afin que l’élection présidentielle du 29 juillet 2018 se passe dans la tranquillité sans violence. «Nous demandons à Dieu le tout puissant de faire en sorte que l’élection qui se profile à l’horizon se fasse dans la paix, dans la quiétude sans violence. Nous demandons à Dieu de donner le pouvoir à celui qui détient le bonheur du Mali », a déclaré Mariam Dembélé, représentante de l’Union nationale des femmes musulmanes du Mali (UNAFEM). Au cours de la rencontre, les femmes ont dénoncé les violences basées sur le genre (VBG). En outre, elles ont souhaité l’espacement entre les naissances pour l’épanouissement de la femme et de la famille toute entière.

En partenariat avec le projet Health Policy Plus (HP+) de l’USAID (Agence des États-Unis pour le Développement International) et des organisations féminines, le ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille a organisé le vendredi dernier une session d’information et de sensibilisation des femmes sur la sante de la reproduction/planification familiale (SR/PF) et sur les violences basées sur le genre (VBG).

L’objectif général de la rencontre est de contribuer à la consolidation de la paix et à la réduction des VBG au Mali afin de promouvoir le vivre ensemble. Les objectifs spécifiques étaient d’informer, sensibiliser les populations sur l’importance de la femme dans la consolidation de la paix et de la cohésion sociale ;  informer, sensibiliser les populations sur  la participation accrue des femmes aux élections ; informer, sensibiliser les populations sur les avantages d’une élection apaisée ; informer, sensibiliser les populations sur les conséquences des VBG et enfin ; informer, sensibiliser les populations sur les avantages du planning familiale. Plusieurs femmes, toutes confessions confondues, ont pris part à la rencontre.

Les travaux étaient placés sous la présidence du ministre de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Traoré Oumou Touré, en présence de Dr Seydou Traoré du projet Health Policy Plus (HP+), de la présidente de la coordination des associations féminines, Mme Awa Traoré et d’autres personnalités. Dans ses mots de bienvenue, la présidente de la coordination des associations féminines, Mme Awa Traoré a vivement remercié le projet Health Policy Plus (HP+) d’avoir œuvré pour la tenue de cette rencontre importante pour les femmes. Selon elle, le Mali a besoin de paix et de développement.

A cet effet, elle a fait savoir que les violences basées sur le genre doivent cesser. Pour sa part, Traoré Oumou Touré a précisé que les violences basées sur le genre sont évoquées durant cette rencontre parce que les Maliens sont à la veille de l’élection présidentielle du 29 juillet 2018. « Nous ne sommes pas consultées s’il s’agit de la prise de décision or l’impact joue sur les femmes. Nous ne devons pas attendre le jour de la violence pour se lever. Nous devons mettre le Mali au dessus de tout », a-t-elle dit.

Il ressort des termes de référence de la rencontre que de janvier à novembre 2017, le nombre de violences basées sur le genre (VBG) déclarées s’élève à 2 709 qui se présentent comme suit : viol (8%), agressions sexuelles (36%), agressions physiques (18%), mariages forcés (9%), dénis de ressources (12%), violences psychologiques (17%).

Dr Seydou Traoré du projet HP+ s’est réjoui de la projection qui permettra d’obtenir un changement de comportement. « Tout ceci est fait pour la santé de l’enfant, de la femme et de la famille  tout court », a-t-il dit. Enfin, il a salue la grande mobilisation faite par l’Union nationale des femmes musulmane du Mali (UNAFEM).

La cérémonie a pris fin par les prières faites par les chrétiennes et les musulmanes pour des élections apaisées. Mme Coulibaly Bamatou Keïta de la communauté chrétienne a prié pour des élections apaisées et la fin de la violence basée sur le genre. Idem pour Mme Mariam Dembélé de la religion musulmane. «Nous demandons à Dieu le tout puissant de faire en sorte que l’élection qui se profile à l’horizon se fasse dans la paix, dans la quiétude sans violence. Nous demandons à Dieu de donner le pouvoir à celui qui détient le bonheur du Mali. Nous souhaitons la paix, l’emploi et le développement du Mali », a-t-elle conclu.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here