Ibrahim Boubacar Keïta probablement contraint à un deuxième tour

19

Selon l’institut Ipsos, le chef de l’Etat malien et ses deux principaux challengers se tiennent dans un mouchoir de poche à l’approche du scrutin du 29 juillet

Donné favori pour sa réélection il y a quelques semaines, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, pourrait avoir la tâche bien plus ardue que prévu. Le dernier sondage Ipsos le donne certes en tête au premier tour de la présidentielle du 29 juillet avec 24,7 % des voix, soit 2,2 % de plus que la dernière vague d’enquête de l’institut français, réalisée en mars. Mais Soumaïla Cissé, le président de l’Union pour la république et la démocratie (URD), le talonne avec 23,5 % des intentions de vote (+ 5,2%). Cheick Modibo Diarra, l’ancien Premier ministre de la transition et président de Microsoft Afrique, complète le trio de tête avec 15,9 %.

Le quatrième est un autre ancien Premier ministre, Moussa Mara, avec 15,1 %. Or ce dernier vient de rallier Cheick Modibo Diarra dont la candidature a été provisoirement invalidée par la Cour constitutionnelle en attendant des clarifications sur les parrainages. Le tandem se met donc à rêver de basculer en tête à l’issue du premier tour même si les reports de voix ne seront pas systématiques. « Nous formons une équipe et sommes sur la même longueur d’onde, explique Moussa Mara. Nous proposons aux Maliens un programme de rupture basé sur la bonne gouvernance et la redevabilité. Je me suis effacé à son profit car il est plus âgé que moi ».

La bonne exploitation de ce sondage Ipsos, commandé par l’un des challengers d’IBK, est importante pour l’opposition alors que le pouvoir tente d’accréditer la thèse d’une victoire dès le premier tour. « Le camp du président est obligé de renoncer à ce projet funeste », poursuit Moussa Mara. De passage à Paris cette semaine, le Premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga, a rencontré Franck Paris, le conseiller Afrique de l’Elysée, et les journalistes de la presse diplomatique. En campagne pour la réélection d’IBK, il se montre pourtant très optimiste.

L’Onu a également réalisé des sondages ces derniers mois, donnant le président et son challenger, Soumaïla Cissé, dans un mouchoir de poche, à un peu plus de 20 % des intentions de vote au premier tour. Moussa Mara complétait alors le podium, à un peu plus de 10 %.

Vote rural. Mais ces sondages comportent quelques biais, notamment en raison de la surreprésentation des électeurs de Bamako. « Plus de 50 % des électeurs vivent en milieu rural, explique un diplomate connaissant bien le pays. Et cet électorat est sensible aux sirènes de l’argent. IBK et Boubeye Maïga, qui a dirigé les renseignements, connaissent très bien la carte électorale et disposent de moyens conséquents pour faire voter massivement dans les campagnes ».

Le chef de l’Etat devrait vraisemblablement être au deuxième tour mais une élection au premier tour paraît difficile à moins de passer en force. Son bilan, après cinq ans d’exercice, ne plaide pas en sa faveur. L’insécurité touche aujourd’hui le centre du Mali, en plus du Nord du pays. Les investissements économiques tardent à arriver. Et l’application de l’accord de paix n’a pas connu d’avancée significative depuis des mois.

« Il y a un coup à jouer au deuxième tour, se met à rêver un soutien de Soumaïla Cissé. Notre candidat est le principal challenger. Il cristallise les déçus de l’ère IBK même si ce n’est pas forcément un vote d’adhésion ». Le candidat Cissé achevait en fin de semaine une tournée en Côte d’Ivoire, pays comptant une importante diaspora malienne et dont le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, est plutôt un allié politique.

De son côté, le duo Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara étaient de passage à Paris. Ils ont eu plusieurs entretiens avec les officiels français (Quai d’Orsay, Elysée, service spécialisé de la défense). Les deux hommes croient en leur étoile mais s’inquiètent de la mauvaise distribution des cartes d’électeurs à Bamako.

Les candidats de l’opposition travaillent actuellement à la mise en place d’une alliance « tout sauf IBK » pour le second tour. Sa concrétisation pourrait dépendre du poids de chacun au soir du premier tour.

Pascal Airault

www.lopinion.fr

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here